Témoignage / Biographie

Rien ne s’oppose à la nuit – Delphine de Vigan

04803474-photo-delphine-de-vigan

Ce roman était dans ma bibliothèque depuis très longtemps, et pourtant je ne l’avais pas encore lu. Ce n’est pas faute d’avoir entendu de bons avis à son sujet puisque toutes les personnes l’ayant lu autour de moi sont ressorties de cette lecture assez bouleversées. A l’occasion du Challenge Livradeux pour PAL Addict, Cindy a choisi ce roman dans ma PAL parmi sa sélection de 3, et je n’ai pas hésité un seul instant pour sélectionner celui-ci comme lecture définitive pour le challenge. J’étais donc forcément intriguée mais j’avais aussi quelques appréhensions car je savais que cette lecture serait sans doute assez difficile, douloureuse. En effet, après ma lecture, il me semble qu’il est réellement impossible de rester insensible à ce que l’auteur nous raconte.

Résumé …

« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. » Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.


Mon avis …

Il me semble assez délicat de chroniquer et noter ce roman, tout simplement car j’ai l’impression que ce n’est ni ma place, ni mon rôle. Car ce roman est avant tout personnel, et j’ai eu le sentiment qu’il ne ressemblait à aucun autre, que la démarche de l’auteur était toute personnelle et qu’elle n’avait pas pour but d’écrire un roman destiné aux lecteurs, mais avant tout un livre pour elle-même, pour comprendre.

Delphine de Vigan nous raconte sa mère, et si j’ai été assez perturbée au départ par l’absence de commentaire de sa part, et par le développement si détaillé de l’enfance de Lucile (sa mère), j’ai fini par comprendre que Delphine de Vigan avait réellement tenté de retracer la vie de sa mère dans son intégralité. Rapidement, elle va y insérer des chapitres entiers dans lesquels elle va commenter ces passages, expliquer sa démarche et on constate très vite à quel point elle souffre dans cette démarche, à quel point elle garde ses distances, par peur de se tromper, en rappelant à chaque fois qu’elle se fonde sur des témoignages, des récits, des lettres retrouvées.

Rien ne s’oppose à la nuit est une véritable quête de l’auteur pour découvrir les raisons qui ont poussé sa mère au suicide. Sa mère n’a jamais été comme les autres, et sa bipolarité nous est écrite au fur et à mesure que le récit avance. On ne peut vraiment pas rester insensible à ce qui nous est décrit, et on ne peut qu’imaginer la souffrance et la vie qu’ont vécu Delphine et sa soeur. Cette famille hors du commun nous intrigue, on essaie de la comprendre dans sa complexité et dans les tragédies qu’elle traverse génération après génération.

Delphine de Vigan a une écriture si particulière, si belle et pourtant si dure aussi. Elle ose dire les choses que personne n’a osé dire avant elle, et elle décide d’essayer de comprendre ce que toute sa famille a préféré ignorer avant elle. Elle offre, dans ce roman, une vue si étendue sur ce qu’a été sa vie, celle de Lucile, et cette manière de tout exposer m’est vraiment apparue comme une volonté d’accepter.

Ce fut une lecture qui s’est révélée très intense au fil des pages, et qui me marquera par sa particularité et par cette recherche si personnelle de l’auteur de comprendre son passé et celui de sa famille.


Pour résumer …

Un témoignage dur et poignant, dans la démarche d’une fille d’accepter et de comprendre sa mère. Une écriture sublime et dure qui nous touche en plein coeur et qui rend ce récit tellement particulier et fort.

Ma note : ★★★★★★

Publicités

8 réflexions au sujet de « Rien ne s’oppose à la nuit – Delphine de Vigan »

  1. Il est dans ma PAL. J’attends un peu avant de le lire parce que je viens de finir un livre sur la résistance pendant la guerre et là aussi côté émotions c’est assez fort alors je m’accorde un break-emotions-j’ai-envie-de-pleurer-a-chaque-page mais il m’intrigue beaucoup et je ne doute pas qu’il va me plaire!

  2. Il est difficile de rester constant dans sa lecture, comme le « personnage » de Lucile. Il y a des moments joyeux qui en côtoient d’autres qui nous heurtent plus, et notre regard sur Lucile s’en retrouve changé. Ce livre m’a vraiment fait penser que nous ne pouvons pas nous défaire de notre famille, et que certaines histoires nous marquent à vie.
    J’en est aussi fait la critique sur mon blog, c’est intéressant de voir ce que d’autres lecteurs en ont pensé. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s