Fantastique / SF

La symphonie des abysses, tome 1 – Carina Rozenfeld

IMG_20140224_112922

J’ai découvert Carina Rozenfeld avec le 1er tome de Phaenix, que j’ai lu fin 2013 et qui ne m’avait malheureusement pas du tout convaincue. Cependant, j’avais déjà aperçu la beauté d’écriture de cette auteur, et en apprenant que La symphonie des abysses allait sortir, dans un genre totalement différent puisque, cette fois-ci, dystopique, j’ai eu le sentiment que ce serait LE livre qui me ferait apprécier Carina Rozenfeld à sa juste valeur, et je ne me suis pas trompée puisque ce roman est un énorme coup de coeur et sans doute la plus belle dystopie que j’ai pu lire.

Résumé …

Un chant de liberté s’élève du fond des abysses, mais comment répondre à son appel quand un mur infranchissable vous en sépare ? L’Anneau, cet immense atoll avec en son centre le Cercle – une étendue d’eau de mer parfaitement circulaire – est cerné par le Mur, une haute barrière d’une trentaine de mètres, électrifiée, infranchissable. Sous son ombre, des hommes et des femmes vivent là, répartis dans des villes et villages si éloignés les uns des autres qu’ils ont oublié leurs existences respectives. Un point commun relie pourtant ces différentes communautés : le Règlement Intérieur et son code ultra restrictif. Trois personnages principaux : Abrielle, Sa et Ca. Trois destins différents qui vont finir par se croiser pour composer la mystérieuse Symphonie des Abysses. Abrielle est une réminiscente. Elle porte en elle des mélodies et des chants dans un village ou la musique est strictement prohibée, ou la pratiquer est devenu un crime. Jusqu’au jour ou elle entend un chant qui vient des profondeurs de la mer : la Symphonie des Abysses. C’est pour cette raison qu’elle devra tout quitter et laisser derrière elle les seuls repères de son existence… Quant à Sa et Ca, deux Neutres, ni hommes ni femmes, ils s’aiment dans une ville ou les sentiments sont interdits. Deux futurs hommes qui vont devoir fuir leur quotidien afin de devenir les adultes qu’ils veulent être. Tous les trois finiront par se retrouver afin de construire leur identité et changer le destin de l’Anneau, grâce à la Symphonie des Abysses…


Mon avis …

En me plongeant dans cette lecture, j’avais énormément d’attentes en raison des promesses formulées par le résumé, et le résultat s’est révélé complètement à la hauteur de mes espérances. J’ai trouvé dans ce livre tout ce que j’y cherchais. Tout d’abord, l’univers est parfaitement décrit, et la présence de toutes ces descriptions est, selon moi, primordiale car elle nous permet de visualiser au mieux cet univers dans chacun de ses détails. On s’y croit, tout simplement, et cette évasion que j’ai ressentie a joué un rôle très important dans le fait que j’ai été fascinée par cette histoire.

La construction du roman est également très intéressante puisqu’il est, en quelques sortes, « coupé » en deux parties. Dans la première, nous découvrons Abrielle, qui vit dans une communauté encadrée par de nombreuses restrictions, et où la musique est interdite. Abrielle est une réminescente, elle est la seule à oser entendre la musique, à la ressentir et à l’avoir un jour chanté. Ces interdictions vont l’amener à quitter son village et à rencontrer, dans sa fuite, Ca et Sa, deux « Neutres ». Cette seconde partie nous présente leur communauté à eux, dans laquelle les individus restent neutres, asexués, jusqu’à la Célébration au cours de laquelle ils choisiront un sexe. Pour nous décrire au mieux ce concept, Carina Rozenfeld utilise une écriture totalement innovante, puisque les « il » et les « elle » deviennent des « iel ». Au départ très perturbante, cette écriture transmet énormément puisqu’elle permet au lecteur de s’imprégner au mieux de cette communauté toute particulière.

De vrais messages sont transmis. Par le biais de cette neutralité, et de Ca et Sa, l’auteur nous décrit l’amour, pourtant interdit dans leur communauté. Ces deux Neutres s’aiment en dépit des interdits, et cet amour dépasse le fait qu’ils deviendront un homme ou une femme. La beauté de l’écriture de l’auteur et de cette relation qu’elle nous décrit, cet amour dans son état le plus pur et le plus sincère inspire une tolérance et une poésie sans pareille.

Carina Rozenfeld nous offre une dystopie innovante dans son univers, dans les thèmes qu’elle aborde mais aussi dans l’écriture qu’elle utilise. J’ai été plongée, fascinée, captivée par ces communautés, par les problématiques posées, par l’univers décrit, par cette ambiance à la fois paradisiaque et oppressante, en raison de ce Mur qui demeure présent. J’ai aimé cette histoire encore plus que ce que j’aurais pu imaginer. J’en suis tombée amoureuse, et la fin du tome nous annonce une suite encore plus forte peut-être, avec la question de l’apparence, une fois de plus, et des haines raciales qui peuvent naitre. Les personnages m’ont inspiré un amour si fort, et j’ai tellement aimé voyager et découvrir cet univers, sa beauté et ses menaces avec eux que je suis tout simplement impatiente d’avoir la suite. Selon moi, Carina Rozenfeld se révèle avec ce livre qui est non seulement magnifique et poétique, mais surtout important et très puissant.


Pour résumer …

Un livre dont je suis tombée amoureuse en raison de la poésie qui se dégage de l’écriture innovante de l’auteur, mais aussi de ses personnages tellement attachants. Un véritable voyage par la découverte de cet univers, de sa beauté et de ses menaces. L’auteur transmet des messages de tolérance qui rendent ce livre important et d’une puissance incroyable. Un énorme coup de coeur.

Ma note : ★★★★★★

Publicités

30 réflexions au sujet de « La symphonie des abysses, tome 1 – Carina Rozenfeld »

  1. Wahou, ta merveilleuse chronique me donne envie de m’acheter le livre ici et maintenant >< Je le met illico sur ma Wish-List, et je suis franchement suuuper pressée de découvrir l'univers enchanteresse de Carina Rozenfeld !

      1. J’ai eu un tout petit peu de mal au debut à me faire au « iel » « luiel » etc, ça rendait ma lecture un peu moins fluide mais alors c’est tellement intelligent quoi !

      2. Oui il faut vraiment s’y faire, c’est sur, moi aussi j’ai eu du mal à comprendre lol mais quelle innovation, ça transmet tellement plus, wahou j’ai adoré ce livre et touuut ce qu’il contient ❤

  2. On a ressenti la même chose ! Ta chronique est très belle (je l’avais lu après avoir fait la mienne). J’ai eu la chance de rencontrer Carina Rozenfeld lors d’un salon sur l’île de Ré et elle est vraiment géniale !

      1. Elle nous en avait parlé, ça m’avait donné plus qu’envie de le lire ! Maintenant vivement la suite. J’ai très hâte de voir ce que va donner son livre à 4 mains avec C.J Daugherty

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s