Contemporain

Dieu me déteste • Hollis Seamon

10544821_341294922694201_931476725_n

Avec son apparence un peu étrange (couverture en matière cartonnée) et son nom assez particulier, je n’avais d’abord pas été particulièrement curieuse à propos de ce livre. Et puis, des avis ont défilé sur internet, publiant éloge après éloge sur ce roman. Après avoir lu le résumé, une chose était certaine : il me FALLAIT ce roman. Sitôt acheté, sitôt dévoré en une journée. Attention, coup de coeur !

Résumé …

New York, hôpital Hilltop. Richard Casey aura bientôt 18 ans. Comme tous les adolescents, il voudrait faire la fête, draguer, s’envoyer en l’air, tomber amoureux… La différence, c’est que Richard sait qu’il ne fêtera jamais ses 19 ans. Il est un peu plus pressé que les autres et, pour vivre fort, il lui faut déjouer les pièges de tous ceux qui préféreraient le voir vivre un peu plus longtemps. Heureusement, Richard a de la ressource, du courage et un solide sens de l’humour. Alors il va ruer dans les brancards. Et si Dieu le déteste, il est prêt à rendre coup pour coup.


Mon avis …

J’ai adoré ce roman, du début à la fin. Vous l’ignorez peut-être, mais Oscar et la dame rose est un de mes livres favoris, et j’ai trouvé que Dieu me déteste était totalement dans le même esprit. Pour moi, c’est un roman semblable dont le personnage principal est simplement un peu plus âgé. Parce qu’ici, on suit Richard, un adolescent atteint d’un cancer, en phase terminale au service de soins palliatifs. Un sujet dramatique, tellement difficile même car la maladie est un sujet qu’il est toujours difficile d’aborder, d’autant plus quand il s’agit d’enfants ou d’adolescents. Alors voilà, j’ai eu un coup de coeur pour ce livre qui a su me toucher bien davantage que Nos étoiles contraires et dont il faut, selon moi, bien plus parler pour qu’il soit lu par tout le monde.

L’auteur a réussi à aborder le thème de la maladie avec un réalisme assez frappant et un humour présent tout au long du livre. Richard est un adolescent, mais sa vie est bien loin d’être la même que celle des autres, et l’auteur ne nous cache jamais la réalité de son quotidien, les difficultés pour effectuer chaque mouvement, chaque déplacement, et la vision de son corps qui ne cesse d’être diminué. Le réalisme aussi quant à ce service dans lequel sont placés les patients en fin de vie et l’issue qui en est inévitable.

Ce qui rend ce livre encore plus incroyable, c’est que certes, on est ému, on verse des larmes par moments, forcément, car certains passages sont vraiment tristes et cette fatalité avec laquelle vit Richard, la manière dont il constate qu’il est responsable de la douleur de sa maman qui voit son fils mourir sous ses yeux, tout cela est déchirant. Pourtant, on rigole aussi parce que Richard est un ado et, comme tout ado, il rêve de liberté, de folie. Ses escapades sont tellement pleines de vie, elles rendent le livre encore plus unique. Parce que certes, la mort peut arriver d’un jour à l’autre, mais Richard veut en vivre chaque seconde. Pour ne rien regretter.

Ce roman nous raconte également l’implication incroyable du personnel médical qui entoure ces patients. Cette difficulté à faire la part des choses entre l’attachement aux patients qui les encourage à les aider à ne pas respecter les conseils des médecins, pour pouvoir vivre plus, vivre vraiment, et leur métier qui leur impose de respecter les règles. J’ai été très touchée par tous les adultes : médecins, parents qui circulent dans ce service et qui, s’ils semblent parfois assez durs et incompréhensibles, essaient en réalité tout simplement de garder espoir, de se battre contre la mort chaque jour.

C’est une magnifique histoire, un roman qui a su me bouleverser et que je vous conseille de tout coeur. Vous allez rire et pleurer, et vous ressortirez de ce livre en vous sentant plus riche en plein de choses d’avoir rencontré Richard et Sylvie, et tous les autres. Parce que la maladie concerne chaque jour des milliers d’enfants et qu’on a tendance à oublier leur quotidien, à l’ignorer même. L’auteur a côtoyé ces services, et cela se ressent, et je pense qu’à travers Richard, son envie de vivre et sa volonté de ne jamais renoncer, elle a su réellement rendre hommage à tous ces enfants, partout dans le monde, qui nous quittent bien trop tôt.


Pour résumer …

Que ce roman est beau et bouleversant ! On rit, on pleure, et on en ressort bien différent. A travers Richard, on apprend à réaliser ce que traversent les enfants malades que la mort menace chaque jour. Une envie de vivre, une véritable folie se dégage de ce roman, avec un réalisme bouleversant concernant la réalité de la maladie. A lire absolument.

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

Publicités

39 réflexions au sujet de « Dieu me déteste • Hollis Seamon »

  1. Quelle chronique!!! Je n’ai pas aimé Nos étoiles contraires au point ou tout le monde en parle. Si tu dis que celui ci est mieux, je veux aller voir de quoi il retourne… Hop dans ma WL. Merci a toi

  2. Coucou !
    Eh bah dis donc quelle belle chronique ! Tu m’as littéralement transporté et je dois dire que j’y étais vraiment dedans. Donc je pense que je n’hésiterai pas à le lire lorsque j’en aurais l’occasion. J’espère le trouver en médiathèque ou bien même en e-book.

    Merci à toi pour toutes ces belles émotions et ce merveilleux moment :). J’espère autant aimé que toi.

  3. J’ai fait lire ta chronique à ma mère car elle a failli l’acheter hier à la Fnac mais elle préférait voir quelques avis avant. En tout cas tu l’as convaincue, même si elle a un peu peur parce qu’elle a aussi lu ta chronique sur « La première chose qu’on regarde » et que, elle, elle l’a beaucoup aimé haha. Mais ce livre m’intéresse bien moi aussi 🙂

  4. Je suis en train de lire ce livre à la suite d’un envoi de l’éditeur… je dois avouer que j’ai bien du mal à accrocher à l’histoire, je ne sais pas pourquoi… barrière de la langue un peu brute… un protagoniste qui n’arrive pas à m’émouvoir… une histoire qui ne mène pour l’instant nulle part… je m’y replonge dès le T3 de Divergente terminé!

      1. Effectivement. J’avais été bouleversée par Je veux vivre il y a de cela plusieurs années (euhhhh… sept je dirais !), et dans le style, ce livre reste mon petit chouchou. J’avais le même âge que la protagoniste. Maintenant, je suis un peu trop âgée pour les histoires d’ado, j’ai souvent du mal à m’y replonger…

      2. Je n’ai pas lu celui là, il faudra que je m’y penche. 😉 Il me semble que ce livre s’adresse à tous les âges même si le personnage est un ado, mais bon ça reste mon avis, après il se peut que ça ne te plaise pas plus que ça, mais aaaah j’ai tellement envie que tout le monde l’aime autant que moi !!! ^^ En plus on a le même âge apparemment XD Enfin tu me diras ça! ^^

      3. Et je comprends ce que tu ressens, l’envie que tout le monde partage ton enthousiasme pour un bouquin que tu as réellement adoré… !! Mais bon, parfois, on n’est pas tous d’accord… ça arrive ^^

    1. Quant à l’histoire « qui ne mène nulle part », l’issue du roman semble assez inévitable étant donné l’état de santé de Richard et son placement en soins palliatifs, mais c’est justement ces jours dans ce service que l’on va vivre avec lui, je crois qu’il est dommage de s’attendre à autre chose car le lieu dans lequel se déroule l’histoire se suffit à lui même je crois.

      1. Je ne voulais pas me montrer méprisante 🙂 Je souhaitais juste dire que je ne sais pas très bien où l’auteur veut nous emmener (même si le dénouement paraît certes inéluctable). Après, j’en suis au début, j’ai dû lire environ 70 pages seulement…

      2. Ah non ne t’en fais pas, je n’ai pas pensé que tu étais méprisante 🙂 C’est juste que le contexte est déjà lourd étant donné qu’on est dans un service quand même particulier, et je pense que l’auteur souhaitait simplement nous montrer un peu ce que vivent ces enfants, et que ce n’est pas parce que la mort menace chaque jour leur vie un peu plus qu’ils n’ont pas envie de vivre ces quelques jours qu’ils leur reste au maximum. J’ai adoré Richard, j’ai adoré son envie de vivre, et j’ai été bouleversée par le réalisme que l’auteur décrit concernant la maladie, l’état de son corps, ses faiblesses chaque jour plus grandes. Enfin voilà, j’espère que tu sauras être bouleversée par cette histoire toi aussi, parce qu’effectivement, le langage est spécial, le personnage de Richard ne se lamente pas sur son sort, mais c’est aussi ce qui rend le livre incroyable je crois.

  5. Ce n’est pas le genre de livre que j’ai l’habitude de lire, je ne pense pas que je me lancerais mais je tiens à dire que ta chronique est très touchante. Et ta vidéo YT m’a conforté dans les émotions que tu as ressenti.
    Je tenais à mettre l’accent sur ta jolie chronique, tu présentes un livre émouvant. Malheureusement, je sais que ça me rendrais trop triste de le lire donc je préfère m’abstenir malgré cette jolie chronique.

  6. Je dois avoir un problème de coeur visiblement, ce livre tout comme Nos étoiles contraires, ne m’a pas boulversé. J’ai du mal à rentrer dans l’histoire, je le traine depuis un mois, c’est pourtant pas qu’il soit très long (200 pages environ). Effectivement j’ai trouvé des passages super drôle, mais il y a qq chose qui me dérange, et je ne sais pas quoi encore. Plus que qq pags avant la fin. Faut que je me force du coup, dommage :/

    P.S. : je pensais être la seule à avoir entendu parler de ce livre. Comme quoi en fouinant un peu partout, on trouve de tout lol.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s