Contemporain

Les larmes de Tarzan • Katarina Mazetti

10609139_350455685111458_1660002283_n

Voilà des années que je souhaitais découvrir Katarina Mazetti, étant très attirée par tous ses romans, que j’ai d’ailleurs ajoutés les uns après les autres dans ma PAL. Cet été, enfin, j’ai pris le temps d’ouvrir un de ses livres et j’ai décidé de commencer avec Les larmes de Tarzan, peut-être l’un des moins connus, mais sans aucun doute celui qui me tentait le plus.

Résumé …

Elle, c’est Mariana, mais leur rencontre fut assez fracassante pour qu’il la surnomme Tarzan. Lui, il s’appelle Janne, pour de vrai. Mère célibataire, elle élève seule deux enfants, caresse le souvenir de leur fantasque père évaporé dans la nature et tente de nourrir sa petite famille malgré des fins de mois asphyxiantes. Lui, il roule en Lamborghini, papillonne sans s’engager avec de jeunes femmes forcément cadres, élégantes et dynamiques, et déteste que des marmots salissent les sièges en cuir de sa voiture de sport. Ces deux-là peuvent-ils s’aimer? Et si, malgré l’abîme qui les sépare, ils s’attachent l’un à l’autre, sauront-ils vivre une relation décomplexée qui fera fi des conventions et des barrières sociales?


Mon avis …

Je ne pensais pas que ce roman serait aussi particulier. A vrai dire, je m’attendais à une histoire d’amour plutôt mignonne et pleine de charme, mais absolument pas à ce que ce roman contient. Il est plutôt étrange, plutôt bouleversant aussi, et il est très clair qu’il surprend par son contenu.

Car oui, il nous raconte une histoire d’amour, en quelques sortes, mais ce n’est pas le plus important parmi tout ce que décrit l’auteur dans ce roman. En réalité, nous découvrons deux personnages que tout oppose, et ce choc des catégories sociales qui va découler de leur rencontre. Parce que Mariana et Janne n’étaient pas faits pour se rencontrer, et pourtant, ces deux personnages qui n’ont rien en commun et qui ont deux vies totalement à l’opposée l’une de l’autre vont s’apporter énormément.

C’est le milieu social dans lequel évolue chacun des personnages qui va rendre l’histoire aussi unique. En effet, Janne a un mode de vie très confortable, aisé, avec plus d’argent qu’il ne peut en dépenser à lui seul. Quand il va rencontrer Mariana et découvrir sa vie, mère seule avec ses deux enfants, qui n’a pas assez d’argent pour remplir le frigo et qui tente de s’en sortir comme elle peut, Janne va envisager la vie différemment. Ce besoin qu’il ressent d’aider Mariana, d’être auprès d’elle, n’est pas quelque chose qu’il a voulu ou souhaité. Il va être le premier surpris de cette attraction qu’il ressent envers elle et cette générosité et cet amour dont il fait preuve sont, je trouve, magnifiques. Il va ensoleiller la vie de Mariana, mais leur relation ne va jamais tomber dans le cliché puisque cette dernière a cette gène persistante de voir cet homme l’entretenir, de devoir avouer qu’elle a besoin d’aide pour s’en sortir, pour offrir une vie plus belle à ses enfants.

J’ai été très touchée par ces personnages, par les petites attentions mutuelles qu’ils s’offrent, et surtout par la manière dont le personnage de Janne va prendre sous son aile cette famille, passer au delà de son dégout pour les enfants, apprendre même à les aimer, réaliser que certaines personnes n’ont pas son confort et trouver du bonheur dans le fait de les aider. C’est une très belle histoire que nous offre Katarina Mazetti et elle aurait pu être un coup de coeur si je n’avais pas eu un peu de difficultés à m’habituer à son écriture, aux changements de point de vue (et également d’écriture quand elle écrit du point de vue des enfants), voire parfois à son écriture un peu familière, qui va cependant très bien à l’histoire, et qui contribue sans aucun doute à la rendre encore plus réaliste. Je suis très contente d’avoir commencé ma découverte de l’auteur avec ce roman et j’ai déjà hâte d’en lire d’autres.


Pour résumer …

Ce roman m’a beaucoup plu et j’en ressors très touchée. Cette rencontre improbable nous permet de découvrir des personnages dont la vie est loin d’être belle, mais l’auteur nous décrit alors les tracas du quotidien de ces familles qui luttent chaque jour pour s’en sortir et nous offre un prince charmant des temps modernes pour une histoire particulièrement belle et bouleversante sur les inégalités sociales d’aujourd’hui.

Ma note : ★★★★★☆
(16/20)

Publicités

8 réflexions au sujet de « Les larmes de Tarzan • Katarina Mazetti »

  1. Pour ma part j’ai lu « Le mec de la tombe d’à côté » et ‘Le caveau de famille » qui sont aussi bien! C’est plein d’humour et touchant à la fois, et ça sort un peu de l’ordinaire. Je voulais me lancer dans la lecture de celui-ci mais je suis passée à d’autres romans entre temps… . Ton article m’a donné très envie de le découvrir rapidement!! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s