Témoignage / Biographie

Et tu n’es pas revenu • Marceline Loridan-Ivens

11072371_454698924687133_1552500186_n

Ce témoignage de Marceline Loridan-Ivens était pour moi nécessaire et important. Je ne pouvais pas ne pas le lire pour tout ce qu’il contient, tout ce qu’il enseigne et apporte.

Résumé …

« J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur. Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »

Mon avis …

A travers ces quelques pages, Marceline Loridan-Ivens s’adresse à son père, ce père déporté avec elle à Auschwitz-Birkenau, ce père qui n’en est jamais revenu. Elle raconte sa déportation, sa vie au camp, l’horreur quotidienne et la survie impossible. Les témoignages de la déportation sont toujours difficiles à lire par le rappel qu’ils sont de ce passé insupportable qui, même s’il ne m’a jamais personnellement concernée, me touche et m’horrifie profondément.

Par ses mots à son père, elle raconte sa vie, ce qu’elle a traversé en son absence, dans l’ombre des camps qui, jamais, ne disparaissent. Parce qu’il est impossible de revenir inchangée quand on a côtoyé la mort avec une telle proximité.

Ce témoignage est à lire absolument par devoir de mémoire et parce qu’il enseigne beaucoup sur la survie, sur la déportation, sur le fait de revenir de l’horreur. Il évoque aussi l’incompréhension de ceux qui ne l’ont pas vécu, les proches qui sont « morts des camps sans jamais y être allés ». Cette difficulté de transmettre l’incompréhensible. Parce que tout ceci dépasse l’entendement et que plus jamais il n’est possible de vivre sans les camps autour de soi quand on en ressort vivant.

Pour résumer …

Un témoignage important sur l’horreur des camps, l’incompréhensible qui rend toute survie impossible. L’auteur raconte la vie sans son père, ce père qui n’est pas revenu. Bouleversant.

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

Publicités

6 réflexions au sujet de « Et tu n’es pas revenu • Marceline Loridan-Ivens »

  1. Je l’ai lu la semaine dernière, billet à venir, effectivement c’est un témoignage nécessaire et bouleversant… la plupart des témoignages parlent de ce qui s’est passé dans les camps, celui-ci insiste également sur les difficultés rencontrées après le retour et les dommages collatéraux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s