Jeunesse

Mon hiver à Zéroland • Paola Predicatori

11084467_454774064679619_767878217_n

Découvert par hasard il y a quelques mois, j’ai soupçonné immédiatement le potentiel incroyable de ce roman dont on parle étrangement très peu. J’ai, effectivement, découvert ce jour-là une pépite et j’espère qu’elle pourra être découverte par le plus grand nombre.

Résumé …

« Le plus terrible, ce n’est pas de perdre les personnes que l’on aime, c’est de cesser d’en parler » nous dit Alessandra, dix-sept ans, confrontée trop jeune à la perte de sa mère. De retour au lycée après ce drame, Alessandra n’a pas la force d’affronter ses anciens amis. Elle choisit alors la compagnie de « Zéro », Gabriele de son vrai prénom, le mauvais élève, toujours en marge de la classe. Ce qu’elle aime à « Zéroland », c’est le silence et la solitude qui règnent en maîtres. Les règles y sont strictes : on ne se parle pas, on ne se regarde pas. Par-delà les mots, une complicité fragile se noue toutefois peu à peu, et Alessandra découvre bientôt un jeune homme attentionné et passionné de dessin. Mais elle reste tiraillée entre son monde d’avant et « Zéroland », son monde avec lui, au point de mettre en danger ce qui les lie… Une année dans la vie d’une jeune fille de 17 ans qui met son coeur en berne ou plutôt en hibernation, pour peu à peu retrouver goût à la vie au contact d’un autre coeur adolescent gelé…

Mon avis …

Est-il humainement possible de rester insensible à ce livre ? Je ne le crois pas. Quand je pense à tous les romans que l’on voit en rayon de littérature jeunesse (et notamment des romans de new adult) qui n’ont rien à y faire alors que ce magnifique livre, ce bijou trop peu connu mériterait tellement, tellement, tellement d’y avoir sa place. J’ai été bouleversée par cette histoire, par l’écriture de l’auteur, par la délicatesse, la douceur et la justesse de ses mots quand elle aborde le deuil, sujet pourtant tellement difficile à traiter surtout du point de vue d’une adolescente.

Je trouve que l’auteur a su trouver les mots justes pour parler de la perte, de ce vide soudain et impossible à remplir que ressent Alessandra après la mort de sa mère. Mon coeur s’est brisé de lire cette souffrance, ce quotidien où chaque geste rappelle l’absent.

C’est également ainsi qu’on meurt, je crois : on n’utilise plus certains objets, on n’entre plus dans certaines pièces. On emprisonne le passé pour que le poids des souvenirs ne nous atteigne plus.

Et pourtant jamais, pas un seul instant, l’auteur ne tombe dans le larmoyant, au contraire. En décrivant la rencontre entre Alessandra et Gabriele, ce garçon un peu à part du reste du monde qui va lui permettre de pénétrer dans son « zéroland », l’histoire retrouve une lumière, parce que soudainement, Alessandra redevient cette adolescente, réapprend à vivre, à ressentir, à aimer. Là encore, cette histoire entre ces deux jeunes est abordée de manière très spéciale, avec une distance qui peut déconcerter, avec des moments de fusion totale et d’autres de distance absolue, parce que leurs vies sont tellement remplies de souffrance qu’ils ne peuvent tout simplement pas vivre dans l’insouciance des autres.

J’ai découvert ce roman par hasard il y a quelques mois et que j’en suis heureuse ! Il ne faut pas passer à côté de cette merveille qui est à lire par tous, à tout âge, parce que ce roman traite d’un sujet universel, celui du deuil, avec une justesse rarissime en littérature, d’autant plus quand le personnage est un adolescent. Magnifique.

Pour résumer …

Le deuil et la perte, évoqués par l’auteur avec une justesse qui poignarde en plein coeur. Ces mots, si doux, nous transmettent toute la souffrance de ce vide ressenti, mais également de cette vie qui reprend peu à peu. Un bijou de la littérature à lire à tout âge.

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

Publicités

11 réflexions au sujet de « Mon hiver à Zéroland • Paola Predicatori »

  1. Je partage totalement ton avis. J’avais adoré ce roman, dont j’avais écrit l’une des chroniques qui me tenait le plus à coeur. Merci de m’avoir permis de me souvenir de cette très belle lecture grâce à ta super chronique !! 😀

  2. Ta chronique donne très envie de le découvrir. Je ne pense pas le lire de suite vu les tonnes de livres qui m’attendent mais je suis rassurée en tout cas. Je ne pense pas être déçue 🙂

  3. Je suis tiraillée entre l’envie de le découvrir et l’envie de passer à côté car j’ai peur qu’il soit trop trop triste ! Dans tous les cas, maintenant, je ne peux pas ignorer ce roman…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s