Contemporain

Avant de t’oublier • Rowan Coleman

11050999_458143394342686_34371445_n

Avant de t’oublier est l’une des parutions de 2015 que j’avais le plus hâte de découvrir. C’est la première fois que je lis un roman traitant de la maladie d’Alzheimer et ce sujet me touchait tout particulièrement. Je n’ai donc pas attendu longtemps pour le lire puisque je l’ai pré-commandé et lu dès que je l’ai reçu.

Résumé …

Claire mène une vie heureuse en compagnie de son mari et de ses deux filles. Mais son bonheur est de courte durée : elle découvre qu’elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Sa mémoire part à la dérive, et elle oublie ce qu’elle croyait gravé en elle pour toujours. Pour lutter contre sa disparition, son mari lui offre un carnet dans lequel elle notera tout ce qu’elle n a pas encore oublié. Une façon de faire comprendre à ses filles que même si ses jours sont comptés, la vie a encore de beaux jours devant elle.

Mon avis …

Ce roman m’a effectivement touchée par le sujet qu’il aborde et par la manière dont l’auteur l’évoque en traitant notamment de l’Alzheimer précoce. Il est, au départ, assez perturbant de se trouver dans l’esprit de Claire et de voir sa mémoire la quitter peu à peu. Avec ce roman, on comprend que la maladie d’Alzheimer est très complexe et les différentes « phases » que traversent les malades peuvent être très perturbantes, notamment pour l’entourage.

Il m’a été parfois difficile de comprendre leurs réactions ou même de comprendre Claire et ses impulsions qui lui font faire des choses par moments dangereuses. Mais je pense ce que l’auteur a essayé de nous transmettre avce cette histoire, c’est qu’il est impossible d’essayer de comprendre cette maladie tellement elle éloigne les individus de ce qu’ils étaient, de la raison ou même du sens de leurs actions ou de leurs paroles.

Par moments, Claire est d’une totale lucidité, et à d’autres, elle redevient une enfant ou une jeune fille pleine de folie qui a tout oublié de sa vie actuelle. J’ai trouvé ces changements soudains très tristes parce que même si elle ne se rend pas toujours compte de ce qui lui arrive, elle finit toujours par se sentir perdue, déboussolée, et on la voit s’éloigner toujours plus de la personne qu’elle a été.

J’ai trouvé que c’était un beau roman et si j’étais par moments un peu déçue de voir que l’auteur abordait d’autres sujets, et pas seulement celui de la maladie, j’ai finalement trouvé que c’était un choix judicieux car l’entourage est parfois même plus impacté que le malade lui-même. Je me suis notamment attachée à Caitlin et à ce qu’elle traverse même s’il peut sembler un peu exagéré qu’elle se retrouve dans des situations souvent identiques à celles de sa mère au même âge.

Avant de t’oublier aborde donc un sujet difficile, celui de l’Alzheimer précoce, en évoquant l’impact d’une telle maladie chez l’entourage. C’est un roman centré sur la famille qui touche par le réalisme avec lequel il aborde le sujet et qui peut être dérangeant aussi dans sa manière de plonger le lecteur directement dans l’esprit de Claire et dont il confronte alors aux réalités de la maladie.

 

Pour résumer …

Un beau roman qui nous confronte aux réalités de la maladie d’Alzheimer, à l’incompréhension et à la douleur de l’entourage, mais aussi à la nécessité de trouver la paix et le bonheur même quand la personne que l’on a été disparait peu à peu.

Ma note : ★★★★★☆
(17/20)

Publicités

13 réflexions au sujet de « Avant de t’oublier • Rowan Coleman »

  1. J’attendais ta chronique 😀 Ce livre me fait très très envie. Ce sujet m’intéresse aussi beaucoup (je l’ai vécu dans ma famille du coup ça marque un peu ^^). J’aimais beaucoup le titre, le résumé, la couverture douce, et ton avis me fait flancher. Je finirais par le lire, c’est certain !

  2. As-tu vu le film Still Alice avec Julianne Moore ? Un très beau film qui raconte comment une femme, jeune (50 ans), professeur émérite est touchée de plein fouet par cette maladie et l’impact sur sa famille ,ses enfants, son époux. Leurs réactions et la sienne face à la « perte » de sa mémoire, de sa vie. Le film était très touchant, pudique et très beau. Il n’écartait aucune scène difficile. Ton billet me fait penser beaucoup à cette histoire. Il faut savoir que le film est adapté d’un roman américain publié en 2008 ou 2009, je trouve que les deux histoires se ressemblent beaucoup.

    J’ai aussi cette maladie dans ma famille et j’ai travaillé trois ans dans le domaine de la dépendance et particulièrement de cette maladie, et c’est assez effrayant. Les manifestations (syndromes) sont différents à chaque patient, certains deviennent violents, mutiques, d’autres à l’inverse sont neurasthéniques. Mon aïeul avait zappé toute sa vie d’adulte et ne se rappelait que de sa jeunesse et rentrait donc chez ses parents… Plus de 800 000 personnes sont atteintes en France. Un laboratoire aurait eu des résultats encourageants concernant un traitement qui diminue les symptômes (sans guérir).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s