Thriller

À la vie, à la mort • Colette McBeth

11075066_459104400913252_1234413464_n

J’ai eu la chance d’être sélectionnée cette année pour faire partie du Club de Lecture de la maison d’édition Les Escales. Cela me permet de lire les nouvelles parutions de l’année 2015 qui m’intéressent et À la vie, à la mort m’intriguait définitivement. Je remercie beaucoup Les Escales pour cette lecture qui a été passionnante.

Résumé …

Certaines amitiés s’essoufflent. Rachel et Clara se sont promis que la leur durerait toujours. Le jour de leur rencontre, Rachel était la petite nouvelle et Clara, celle avec qui tout le monde voulait être ami. À l’approche de la trentaine, les deux femmes sont toujours aussi étroitement liées mais les rôles sont inversés. Rachel poursuit une brillante carrière à la télévision et mène une vie stable avec son petit ami ; Clara, elle, perd peu à peu le contrôle de son existence. Quand Rachel doit enquêter sur une disparition, elle est loin de se douter qu’il s’agit de sa meilleure amie. Que cache cette disparition ? Est-ce un enlèvement, un suicide ou bien tout autre chose ?

Mon avis …

En librairie, un bandeau compare ce roman aux Apparences de Gillian Flynn, mais je trouve qu’il est dommage de comparer des livres entre eux. Pour ma part, n’ayant pas lu Les apparences, aucune comparaison n’a donc été possible, et tant mieux. Je pense qu’il faut prendre chaque livre pour ce qu’il est avant tout. Je lis très peu de thrillers (même si j’essaie d’en lire de plus en plus) mais j’apprécie de plus en plus ce genre surtout quand ils réussissent à m’emporter à ce point.

Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que À la vie, à la mort est un véritable page-turner et je l’ai dévoré en une journée à peine. Il est très difficile de le poser une fois qu’on y est plongé car l’auteur réussit à nous captiver et à nous passionner avec cette histoire qui, on le comprend peu à peu, renferme de nombreux secrets.

J’ai immédiatement été intriguée par cette histoire d’amitié entre Rachel et Clara qui, dès le départ, semble complexe, fusionnelle, voire destructrice. Depuis leur adolescence, on comprend qu’elles se sont considérées comme des âmes-soeurs, comme si elles trouvaient en l’autre tout ce qui leur manquait, au point où l’admiration, l’amour et la dévotion qu’elles se portaient avaient parfois entrainé quelques conflits. La jalousie, l’envie, tous ces sentiments sont évoqués par l’auteur et durant tout le livre, on va tenter de comprendre ce qui a pu se passer réellement entre ces deux amies que tout rapprochait, ce qui a pu conduire à la disparition de Clara.

« C’est comme si quelqu’un avait mis des couleurs dans ma vie. Ce n’est pas facile à expliquer, j’ai l’impression que tu as toujours été la à m’attendre. Comme si nous, c’était une évidence. »

L’auteur a su me surprendre par les retournements de situation qui interviennent régulièrement et qui sont totalement inattendus. Même si j’avais envisagée la fin à certains moments du livre, cela ne m’a pas empêchée d’apprécier la manière dont l’auteur la dévoile peu à peu en rassemblant des morceaux de l’histoire qui auraient pu nous avoir échappé. C’est un excellent thriller que j’ai adoré lire, que je ne voulais pas reposer et qui a su me surprendre et me tenir en haleine jusqu’à la fin. La manière dont l’auteur traite d’une amitié destructrice m’a totalement convaincue et la complexité des personnages de Clara et de Rachel est passionnante à découvrir. On se demande à chaque page si l’histoire va aller encore plus loin, on doute également de la réalité des évènements, et cette sensation que l’imagination de Rachel lui joue des tours fait de ce livre un véritable thriller psychologique qui se dévore en quelques heures.

Pour résumer …

Impossible de reposer ce thriller psychologique qui est un véritable page-turner. Une amitié fusionnelle et destructrice, des secrets enfouis, des retournements de situation .. L’auteur a su me captiver et me surprendre du début à la fin. J’ai adoré !

Ma note : ★★★★★★
(18/20)

 

Publicités

6 réflexions au sujet de « À la vie, à la mort • Colette McBeth »

  1. Chouette critique !
    Pour ma part mon raisonnement a peut-être été biaisé par ma lecture des Apparences de G. Flynn. Ces deux romans n’ont pas vraiment le même genre à mon sens (je vois A la vie à la mort comme un thriller pur, et Les Apparences, comme un roman psychologique) mais il y a tout de même des similitudes dans le traitement de l’intrigue qui me poussait à faire la comparaison.

    Ça a été quand même une lecture agréable, où même si on devine la fin, on ne lâche pas le bouquin avant de l’avoir lue !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s