Contemporain

La Perle et la Coquille • Nadia Hashimi

IMG_3630

Depuis plusieurs mois, je comptais les jours jusqu’à la sortie de ce roman. Une citation de Khaled Hosseini, mon auteur préféré, et un résumé qui n’a pas été sans me rappeler mon roman préféré : Mille soleils splendides ; je ne pouvais que mourir d’envie de le lire et je remercie mon amoureux de me l’avoir offert.

Résumé …

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d’une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Mon avis …

Ce roman est absolument superbe et va rejoindre sans hésitation la liste de ces romans qui ont marqué mon année 2015 .. et ma vie de lectrice. Il y a un petit air des romans de Khaled Hosseini entre les lignes de La perle et la coquille et ceci parce qu’ils ont en commun une chose primordiale : cette volonté d’ouvrir les yeux au reste du monde sur la condition de la femme en Afghanistan. Ce livre est bouleversant, poignant, difficile aussi par moments en décrivant le quotidien de ces femmes privées de leur liberté, de leur intimité, du droit de choisir leur destin. Je n’arrive pas à rester insensible à ce genre de romans parce que je sais que derrière ces personnages existent des millions de femmes dans le monde qui n’ont pas la chance de jouir de tous les droits et libertés dont je bénéficie moi-même.

Rahima m’a énormément touchée et je me suis attachée à elle autant qu’à son ancêtre : Shekiba. Deux femmes inspirantes de courage, de force, de désir d’émancipation et de liberté. Deux femmes qui, par leur transformation en bacha-posh à un moment de leurs vies, ont goûté à cette illusion de liberté, parce qu’en devenant des garçons, en s’effaçant derrière des personnages masculins, tout leur était soudainement offert. L’auteur écrit superbement bien (et la traductrice a d’ailleurs fait un travail remarquable) et elle réussit si merveilleusement à lier ces deux femmes, ces deux destins que j’ai eu même par moments des difficultés à les distinguer tellement elles se noyaient l’une dans l’autre.

Par le biais de sa tante Shaima, fil conducteur pendant toute la durée du livre, Rahima va découvrir Shekiba. Elle va apprendre à découvrir la vie de son ancêtre, et sa tante, en lui enseignant cette histoire, essaie de lui donner la force de s’inspirer de cette dernière. Car Shaima est l’une des rares femmes de ce roman à oser parler, à oser s’affirmer et la place qu’elle occupe dans le coeur de Rahima va être déterminante. Les chapitres se mêlent les uns aux autres, et au fur et à mesure que Rahima grandit, elle découvre l’histoire de son ancêtre, et leurs vies sont si semblables, leurs destins si proches que l’une et l’autre ne font plus qu’une dans l’esprit du lecteur. Les deux se battent pour un avenir meilleur, les deux souffrent en silence et font face à des épreuves terribles.

« Son esprit se chargeait de l’emmener là où son corps n’allait pas. »

C’est terrifiant d’assister page après page à tant d’horreurs, à tant d’abus, de voir toutes ces femmes accepter leur sort parce qu’elles ignorent qu’il est possible qu’il en soit autrement. Ces 540 pages sont d’une richesse incroyable et si j’ai fait durer ma lecture sur près d’une semaine c’est parce que je n’avais jamais envie qu’elle se termine. J’ai pleuré, espéré, crié d’injustice avec Rahima et Shekiba et ces deux femmes m’ont fait ressentir tellement d’émotions que je suis certaine qu’elles resteront longtemps dans ma mémoire.

Pour résumer …

Plus que jamais un roman central et bouleversant sur la condition féminine en Afghanistan. Rahima et son ancêtre Shekiba nous rappellent ce que signifie être une femme privée de liberté, de droits et d’espoir. Deux destins inspirants et deux femmes que je ne suis pas prête d’oublier. Un roman magnifiquement écrit. Coup de coeur.

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

Advertisements

19 réflexions au sujet de « La Perle et la Coquille • Nadia Hashimi »

      1. je te remercie, ton article m’a fait découvrit un auteur que je ne connais pas du tout!A cause de mon histoire personnelle et de mes origines, tout ce qui concerne la lutte des femmes pour gagner leur liberté m’interpelle et me touche.Je le lirai sans faute d’autant plus que j’adore Hosseini.

  1. Je viens de le terminer. Je l’ai lu en 4 jours je ne pouvais plus le lâcher. C’est une histoire merveilleuse. On ne se rend pas compte, confortablement installées dans notre canapé, la condition de ces femmes et le courage qu’il leur faut pour se battre contre les carcans dans lesquels on les enferme. C’est un véritable coup de coeur pour ma part et je suis totalement de ton avis je pense que Rahima et Shekiba resteront dans ma mémoire pour un moment!
    Merci pour cette manifique découverte une fois de plus!!

  2. J’ai appris aujourd’hui que j’ai gagné ce roman à un concours (concours auquel j’ai participé à cause/grâce à ton avis sur ce roman). Je t’avoue que ce roman sort carrément de ma zone de confort de lecture mais j’avais envie de tester… 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s