Fantastique / SF

L’île de l’oubli • Melissa De La Cruz

11910641_530461267110898_200772469_n

Quand les éditions Hachette m’ont proposé de découvrir L’île de l’oubli, j’ai tout de suite été tentée. En effet, j’ai grandi avec Disney et ses personnages et j’avais également déjà lu Melissa de la Cruz avec sa saga Les sorcières de North Hampton dont j’avais lu les deux premiers tomes. J’étais donc curieuse de la découvrir dans un genre très différent mais surtout de voir comment elle allait pouvoir redonner vie aux méchants de Disney.

Résumé …

Il y a vingt ans, tous les Méchants de tous les contes de fée ont été bannis du royaume d’Auradon et réduits à vivre dans une prison sur une île. Et quand on parle de Méchants, c’est vraiment de la crème de la crème de la méchanceté : Cruella d’Enfer, Maléfique, la Méchante Reine, Jafar et compagnie… Cette île est protégée par une force magique qui maintient les prisonniers et leurs enfants en captivité. La vie y est sinistre et monotone. C’est un endroit sale, qu’on laisse pourrir, oublié du reste du monde… Cependant, dans les profondeurs de la mystérieuse Forteresse Interdite, un œil de Dragon est caché. Il est la clé de leur liberté. Or, seul le Descendant le plus intelligent, le plus mauvais et le plus diabolique pourra le trouver… à moins qu’il s’agisse d’une Descendante ?

Mon avis …

Avant toute chose, je tiens à préciser que ce roman est un prequel à une série TV qui sera prochainement diffusée sur Disney Channel et qui sera intitulée The Descendants. Je pense donc que Melissa de la Cruz a dû suivre les choix effectués par la série pour écrire son histoire, et c’est peut-être cette incertitude quant à la part d’imagination de l’auteur et à celle des scénaristes de la série qui me gène pour chroniquer et même dans mon ressenti vis à vis du roman.

J’ai beaucoup aimé retrouver les méchants de Disney et j’ai trouvé qu’il y avait une certaine ironie qui était présente dans le fait de nous les présenter bannis sur leur île et vivant dans leur rancoeur de ne pas avoir réussi à battre les princes et princesses. De même, nous découvrons leurs enfants et j’ai beaucoup aimé que chacun ait son propre caractère mais aussi ses propres difficultés à vivre et à grandir avec l’héritage assez spécial qui lui est transmis. On doit bien admettre à la lecture de ce roman, et surtout parce que ces enfants en sont au centre, que l’histoire est plutôt destinée à un très jeune public, et j’ai peut-être regretté le fait que le public adulte soit du coup un peu mis de côté. Car l’ensemble est au final très survolé, très superflu et un peu léger. J’aurais aimé une plus grande complexité dans cet univers décrit.

Au niveau de la construction du roman, j’ai surtout apprécié le milieu de l’histoire, beaucoup moins la fin qui, pour suivre les schémas d’action et d’intrigue souhaités, nous offre une aventure et des missions à réaliser qui m’ont semblé vraiment tout sauf crédibles et du coup vraiment lassantes. A l’inverse, j’ai apprécié le milieu du roman qui nous plonge vraiment dans chaque famille, dans le quotidien sur l’île, mais aussi sur Auradon, où vivent tous les princes et princesses. C’est peut-être l’aspect du récit qui m’a le plus intéressée finalement car il évoque la complexité à structurer une société qui a banni tous les méchants, mais l’auteur ne fait qu’évoquer rapidement Auradon, quitte à ne pas vraiment l’approfondir.

Peut-être que l’approfondissement que je recherche sera fait dans la série. J’avoue ne pas être vraiment convaincue par le choix qui a été fait de créer un roman s’inspirant du concept de la série, j’aurais largement préféré que l’auteur puisse écrire une saga complète, structurée et bien plus aboutie, afin d’en inspirer ensuite une série. J’ai peur que ce « partage » ait fait que ce roman soit finalement un peu anecdotique et c’est fort dommage quand l’on connait l’imagination dont peut faire preuve Melissa de la Cruz.

 

Pour résumer …

Une réécriture originale des contes Disney où l’on retrouve nos méchants bannis et isolés vivant dans leur rancoeur et leur haine transmise à leurs enfants. Des passages intéressants, d’autres lassants et peu crédibles. J’aurais préféré peut-être que l’auteur écrive davantage plutôt qu’elle ne fasse que s’inspirer de la série pour en réaliser cette introduction que j’ai, du coup, trouvée un peu légère dans son contenu et qui aurait mérité d’être bien plus approfondie.

Ma note : ★★★☆☆☆
(11/20)

Advertisements

9 réflexions au sujet de « L’île de l’oubli • Melissa De La Cruz »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s