Historique

Le Silence des bombes • Jason Hewitt

11937961_535282506628774_1007398741_n

Je n’avais encore lu aucun roman des Editions Preludes mais leurs parutions me tentent toujours terriblement. Le silence des bombes édité à l’occasion de la rentrée littéraire a toutefois été encore plus tentant que d’habitude puisque le sujet et la couverture m’ont vraiment attirée. Je remercie donc les éditions Prélude et l’agence Anne & Arnaud pour cette lecture.

Résumé …

Juillet 1940. La petite Lydia, 11 ans, traverse un village du Suffolk. Elle porte un masque à gaz. Les magasins sont fermés, les maisons vides, les fenêtres condamnées. Lydia coupe à travers champs et arrive bientôt devant une grande demeure. C’est là qu’elle a grandi. La fillette espère y retrouver sa famille, mais la maison est déserte. Plus tard, dans la nuit, un soldat portant un fusil et un uniforme anglais pénètre dans la maison. Avec un étrange accent, il lui explique qu’il ne lui fera pas de mal, mais qu’elle ne doit pas quitter les lieux et qu’elle doit obéir à certaines règles… Dit-il la vérité ? Que cherche-t-il ? Pourquoi lui semble-t-il aussi familier ? Et surtout, comment connaît-il le nom de Lydia ?

Mon avis …

Le silence des bombes était sans doute le roman de la rentrée littéraire qui me tentait le plus. Je l’avais repéré depuis des mois et quand j’ai eu la chance de le recevoir plusieurs semaines avant sa sortie, j’ai donc succombé et l’ai lu avant sa parution, prévue le 02 septembre prochain. Malheureusement, ce roman n’a pas été à la hauteur de mes espérances et je suis ressortie très déçue de cette lecture. Cela brise toujours le coeur de constater qu’un roman qu’on attendait tant n’a pas réussi à nous toucher, surtout que j’étais persuadée que j’allais aimer ce livre profondément.

Ce qui a été décevant, c’est avant tout le rythme de l’histoire qui n’a jamais réussi à vraiment m’accrocher. Le roman est une sorte de huis-clos auquel je ne m’attendais pas, puisque nous suivons Lydia et ce soldat allemand qui cohabitent malgré eux dans la maison de la petite fille. Chacun vit dans ses souvenirs, sans jamais vraiment avoir envie de partager avec l’autre puisqu’une méfiance s’installe dans ce climat de guerre et ils ne savent pas réellement s’ils peuvent l’un et l’autre se faire confiance. Difficile de rester concentré, de ne pas s’ennuyer même puisque chacun est plongé dans ses souvenirs, essaie de vivre avec les fantômes du passé, avec les traces que la guerre a pu laisser dans leurs vies, et surtout chacun observe l’autre, en gardant toujours une certaine distance.

C’est cette distance qui m’a perturbée car je pensais vraiment que les deux personnages, en devant supporter la présence de l’autre, partageraient bien davantage, échangeraient bien plus. On est donc un peu spectateur de ce tableau où tout est immobile, ou presque, ou chaque geste de l’un est analysé par l’autre, et j’ai été très rapidement lassée par cette ambiance particulière, voire pesante, qui découle également de la désolation qui entoure les personnages en raison de la guerre toujours en cours.

Certes, j’ai été intéressée par l’histoire, par les personnages, intriguée aussi par ces derniers. J’ai apprécié découvrir petit à petit les raisons de la présence de ce soldat chez Lydia et je me suis attachée également à cette petite qui fait face à l’absence de tous les membres de sa famille et qui se retrouve seule, avec cet adulte qu’elle ne connait pas. Malgré tout, je n’ai pas du tout adhéré à la façon dont l’auteur a choisi de développer son histoire, à ce rythme qui fut trop lent et à l’évolution du roman qui n’a pas été dans le sens que j’attendais. J’aurais souhaité beaucoup plus d’échanges entre les personnages car le huis-clos instaure déjà une ambiance particulière et l’absence de dialogues fut donc de trop pour moi.

Pour résumer …

Un huis-clos à l’ambiance pesante en raison du contexte de guerre et de désolation autour des personnages. Une lente progression pour petit à petit découvrir comment leurs vies se sont croisées, mais un manque clair de rythme et de dialogues. Il est perturbant de lire un roman si calme où l’observation prend le pas sur l’échange et où il est alors difficile de rester intéressé.

Ma note : ★★☆☆☆☆
(08/20)

Advertisements

18 réflexions au sujet de « Le Silence des bombes • Jason Hewitt »

  1. C’est vrai que la quatrième de couverture est intrigante ! Je reste malgré tout curieuse, j’aime bien les huis-clos généralement, même si l’absence d’échange entre les personnages doit être perturbant en effet ! Me voilà prévenue si jamais j’en tente la lecture ^^

  2. Bon, j’ai lu deux fois ta chronique : mardi et ce matin. Et je ne sais toujours pas quoi penser de ce livre que j’attendais impatiemment et qui semble vraiment décevant.
    Le côté huit-clos est censé créer un cadre qui, d’une façon ou d’une autre, permet aux personnages d’avoir une évolution dans leurs rapports. Ce qui ne semble pas le cas ici.
    J’ai lu une deuxième fois ton article, à tête reposée, pensant que j’allais réussir à relativiser, mais en fait je n’ai plus du tout envie de le lire. Peut-être lirai-je d’ici là une chronique qui au contraire me donnera envie, mais si je le lis, ce sera emprunté à une bibliothèque.

    1. Leur relation évolué quand même mais dans une mesure très restreinte, pour plein de raisons. C’est quand même un roman intéressant sur le plan psychologique mais je ne m’attendais pas à une telle distance entre les personnages donc j’ai vraiment eu du mal à m’y faire. Mais c’est mon ressenti propre donc peut être que tu en auras un différent 🙂

      1. En effet, ce n’est pas hyper désagréable comme lecture, j’ai connu pire, mais j’attendais mieux, du coup j’ai été un peu déçue.
        Et je n’imaginais pas un seul instant que Toby serait aussi… « creepy ». C’en est malsain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s