Contemporain

Je ne veux pas d’une passion • Diane Brasseur

12177809_554075658082792_1192528241_n

N’ayant pas lu le premier roman de l’auteur, Les fidélités, j’ai profité de la sortie de son nouveau roman pour découvrir sa plume et me faire un avis sur ses écrits. Je tiens donc à remercier chaleureusement les éditions Allary pour cette lecture.

Résumé …

Elle pensait que c’était le bon, mais il la quitte. Restée seule dans un café, une jeune femme revit les derniers mois de son histoire d’amour, et la relation fusionnelle qu’elle entretient avec son père depuis l’enfance. Deux passions très différentes, qui vivent dans un seul cœur.

Mon avis …

En une journée, j’ai lu ce livre. Un record pour une période où je mets une semaine pour venir à bout de chaque nouveau livre que j’entame. Mais Je ne veux pas d’une passion se lit très vite, sans doute à cause de ses chapitres extrêmement courts, qui sont comme des souvenirs racontés par bribes.

Il est très étonnant de découvrir le contenu de ce roman car il alterne les souvenirs de cet amant que l’héroïne a aimé mais aussi de ce père si important pour elle. Un mélange curieux pour lequel j’ai cherché un sens jusqu’à la fin du livre, sans jamais vraiment le trouver. Et c’est cela qui fut le plus gênant sans doute, l’absence de lien plus clair, plus concret entre ces deux « parties » du roman. Mis à part l’amour qu’elle leur a porté, on a du mal à en saisir le but, d’autant plus qu’elle a aimé, fort naturellement, chacun de ces deux hommes de manières très différentes.

En effet, on découvre le père, cet amour inconditionnel, ce mélange d’admiration et de mystère face à cette figure familiale si importante. Cette relation père-fille que l’on devine privilégiée, forte et complice. A l’opposé de cela, on découvre également cette relation passionnée et passionnelle, cette féminité exacerbée lorsqu’elle est près de cet homme qui fut son amant, son amour, sa passion. La première relation est touchante, la seconde est intensément sensuelle et passionnelle. Le mélange est donc très curieux et pourtant très séduisant aussi. Le lecteur s’y plonge, souhaitant toutefois en savoir un peu plus sur chacun de ces hommes.

L’auteur reste très éloignée de ces personnages masculins. Finalement, ils sont évoqués par les yeux de l’héroïne et on ressent une petite déception de ne pas avoir plus de choses dévoilées mais aussi de ne pas avoir un lien plus net entre ces deux liens qui semblent si éloignés, et qui pourtant ont tous les deux construit cette jeune femme.

Pour résumer …

Deux hommes, le père et l’amant. Une relation complice et fusionnelle, l’autre passionnée et destructrice. J’ai été happée par ce que l’auteur évoque mais j’en attendais un peu plus sur la finalité du roman. J’aurais notamment souhaité trouver un lien entre ces deux relations parallèles qui se côtoient pendant tout le roman.

Ma note : ★★★★☆☆
(12/20)

Advertisements

3 réflexions au sujet de « Je ne veux pas d’une passion • Diane Brasseur »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s