Contemporain

Un mauvais garçon • Deepti Kapoor

sdqd

Cette année, j’ai eu la chance de découvrir un grand nombre de romans de la rentrée littéraire, et Un mauvais garçon en fait partie. Je tiens à remercier les éditions du Seuil mais aussi Babelio grâce à qui j’ai pu le recevoir dans le cadre d’une masse critique organisée le mois dernier.

Résumé …

Elle a vingt ans à New Dehli. Elle n’a ni père (parti vivre à Singapour), ni mère (décédée), ni repères. Elle est belle. Sa tante, chez qui elle vit, cherche à la marier. Elle brûle d’une énergie qui n’a nulle part où aller, alors elle se plie aux conventions et garde ses pensées pour elle-même. Un jour, dans un café, il la dévisage. Plus âgé, quelque chose de sauvage dans le regard, il semble venir d’ailleurs. Il est laid, et pourtant tout chez lui attire inexorablement la jeune fille. Il l’initiera au sexe, à l’alcool, aux drogues ; aux plaisirs du corps et à la noirceur de l’âme. Elle bravera tous les interdits, et découvrira avec lui un New Dehli secret, dangereux et enivrant où se côtoient l’ancestral et l’ultramoderne, la richesse et la putrescence, le profane et le sacré, et où pulse une rage de vivre que rien n’arrête.

Mon avis …

L’Inde est un pays que j’adore, qui me fascine même. Malheureusement, si je suis captivée par ses trésors lorsque je le visite et que j’adore lire à son sujet, j’ai souvent des difficultés à apprécier la littérature indienne en elle-même. Le mois dernier, j’ai justement abandonné un roman indien : Le plaisir ne saurait attendre et je plaçais donc beaucoup d’espoir en Un mauvais garçon, que je souhaitais vraiment de tout coeur apprécier.

Ce ne fut cependant pas du tout le cas. Je suis restée complètement hermétique à ce livre, à l’écriture de l’auteur, à l’histoire elle-même. Le sujet était pourtant intéressant, j’ai apprécié découvrir New Delhi sous un autre jour, celui de la décadence, de la folie, du déraisonnable. Par cette rencontre que l’auteur décrit et cette histoire naissante entre les deux personnages, nous vivons une sorte de voyage à cent à l’heure entre les rues de la ville, rythmé de fêtes, de drogue, d’alcool, de sexe.

Cette relation est très spéciale, elle est ponctuée de désir et d’appartenance, où la femme est considérée comme l’objet pour satisfaire les désirs de l’homme. C’est dans cette relation que le personnage féminin du roman va trouver son affranchissement des conventions sociales. Elle va ainsi s’autoriser à être libre, pour échapper à cette vie que l’on veut choisir pour elle, à ce mariage qu’on veut lui imposer.

Cette prétendue liberté que ce roman évoque m’a gênée dans le sens où elle permet certes de se sentir momentanément libre, mais elle représente aussi une somme d’excès qui, rassemblés, sont au contraire une sorte de privation encore plus dérangeante. J’ai du mal à être sensible aux sujets que l’auteur évoque et à comprendre également les choix des personnages. Ce roman est un drame qui n’a donc pas vraiment su me toucher.

Pour résumer …

Une rencontre, une relation qui évolue au rythme de la drogue, du sexe, de l’alcool.. dans les rues de New Delhi. Une sensation de liberté éphémère pour échapper aux conventions sociales. Un drame qui n’a pas su me toucher par les sujets qu’il aborde ni par l’écriture de l’auteur.

Ma note : ★☆☆☆☆☆
(05/20)

Advertisements

7 réflexions au sujet de « Un mauvais garçon • Deepti Kapoor »

  1. Coucou Fiona,
    Dommage pour cette lecture. J’aime beaucoup la culture indienne et la couverture m’inspirait mais du coup, je ne pense pas le lire.
    Au sujet de la littérature indienne, est-ce que tu as lu « le dieu des petits rien » de Arundhati Roy? C’est un de mes livres coup de coeur. Ce livre parle de la classe des Intouchables en Inde et des castes en générale – comment le destin d’un humain est décidé dès la naissance par rapport à la caste auquel il appartient. C’est une bonne réflexion mais un livre très dur et avec quelques lenteurs. Lenteurs qui ne m’ont pas gênées car j’ai beaucoup aimé le style de l’auteur. Je serai curieuse d’avoir ton avis sur ce livre.
    Sinon dans le plus connu, j’ai beaucoup aimé lire SlumDog Millionnaire. Contrairement au film, l’histoire n’est pas racontée par ordre chronologique et cela rend l’histoire beaucoup plus intéressante! Voila mes quelques bonnes expérience de la littérature indienne! Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s