Témoignage / Biographie

Camille, mon envolée • Sophie Daull

12208232_558622607628097_736127151_n

J’avais entendu parler de ce livre lors de sa parution en août dernier. On me l’avait même recommandé mais c’est le passage de son auteur dans La Grande Librairie récemment et le fait de l’entendre s’exprimer à son sujet qui m’a convaincue de l’emprunter à la médiathèque et de le lire.

Résumé …

Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille Camille, 16 ans, emportée une veille de Noël après quatre jours d’une fièvre sidérante, Sophie Daull a commencé à écrire. Écrire pour ne pas oublier Camille, son regard « franc, droit, lumineux », les moments de complicité, les engueulades, les fous rires ; l’après, le vide, l’organisation des adieux, les ados qu’il faut consoler, les autres dont les gestes apaisent… Écrire pour rester debout, pour vivre quelques heures chaque jour en compagnie de l’enfant disparue, pour endiguer le raz de marée des pensées menaçantes. Loin d’être l’épanchement d’une mère endeuillée ou un mausolée – puisque l’humour n’y perd pas ses droits –, ce texte est le roman d’une résistance à l’insupportable, où l’agencement des mots tient lieu de programme de survie : « la fabrication d’un belvédère d’où Camille et moi pouvons encore, radieuses, contempler le monde ».

Mon avis …

C’est une lecture courte de moins de 200 pages mais pas pour autant dénuée d’émotions. Vous vous en doutez, on ne lit pas un témoignage si fort sans être bouleversé devant une peine si grande. Car bien qu’un parent qui perd son enfant n’ait pas de nom pour le définir, quelle perte peut être plus grande que celle-ci ?

Comme à la lecture de Wave, un autre témoignage sur la perte d’un enfant, Camille, mon envolée m’a empli d’une très grande tristesse. D’autant plus lorsque l’on réalise que la mort de cette enfant en bonne santé ne s’explique pas ou semble si difficile à concevoir et à admettre. L’auteur raconte ces derniers jours où Camille luttait pour sa vie sans le savoir. Où son corps a, sans prévenir, arrêté de fonctionner.

C’est un livre qui alterne les souvenirs de ces quatre jours de souffrance et « l’après » lors duquel Sophie Daull décide d’écrire des mots pour y graver le souvenir de sa fille, sa joie de vivre et le bonheur qu’elle apportait dans leur vie. Toute la douleur qu’elle décrit transperce le coeur des lecteurs, laissant entrevoir l’étendue immense de sa souffrance. L’humour est présent, c’est à cela que cette mère se raccroche pour rester en vie, ainsi qu’à ces petites obligations du quotidien si futiles et insignifiantes qu’elles semblent insulter la mémoire de Camille. Mais n’est-ce pas aussi cela, ce quotidien et ce temps qui ne s’arrête pas, qui nous garde en vie ?

Pour résumer …

Une lecture difficile, éprouvante qui laisse entrevoir l’immense douleur d’une mère face à la perte de son enfant, mais qui exprime aussi tout ce qui lui permet de se raccrocher à la vie.

Ma note : ★★★★★☆
(16/20)

 

Publicités

8 réflexions au sujet de « Camille, mon envolée • Sophie Daull »

  1. Cette émission de LGL m’a fait pleurer…Sophie Daull était à la fois digne et bouleversante- je pense que son livre va être dur à lire émotionnellement parlant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s