BD Adulte

Les Crocodiles • Thomas Mathieu

12277139_564317333725291_551463856_n

Je n’avais pas entendu parler de cette bande dessinée mais lorsque je l’ai vue à la médiathèque, j’ai décidé de l’emprunter. Le sujet du harcèlement de rue m’intéressait et j’étais curieuse de voir comment l’auteur allait l’aborder.

Résumé …

Thomas Mathieu illustre des témoignages de femmes liés aux problématiques comme le harcèlement de rue, le machisme et le sexisme ordinaire. Son travail s’inscrit dans un mouvement plus large de prise de conscience et d’une nouvelle génération de féministes qui utilisent internet pour réfléchir et informer sur des concepts tels le « slut-shaming » ou le « privilège masculin ». Dans ses planches, les décors et les personnages féminins sont traités en noir et blanc de manière réaliste tandis que les hommes sont représentés sous la forme de crocodiles verts. Le lecteur ou la lectrice est invité à épouser le point de vue de la femme qui témoigne et à questionner le comportement des crocodiles particulièrement quand ils endossent le rôle stéréotypé de dragueurs/ prédateurs/dominants.

Mon avis …

Il s’agit de recueils de témoignages mis en dessins et représentant le harcèlement de rue tel qu’il est vécu par les femmes. Pour cela, l’auteur a choisi de représenter les hommes sous la forme de crocodiles, de couleur verte fluorescente. Cela agresse à la lecture et rend encore plus forte la distinction entre les femmes et les hommes. Cela peut être contestable car tous les hommes ne sont pas agresseurs, et c’est peut-être cela qui gène le plus à la lecture.

De même, un véritable malaise se ressent lorsque l’on lit cette bande dessinée. Tout d’abord par ce contraste de couleurs évoqué précédemment, mais aussi par l’aspect très cru voire vulgaire des mots employés. Cela surprend car on ne s’y attend pas. On ne s’attend pas en ouvrant cette bande dessinée à y trouver un contenu si extrême, si radical. Les dessins sont souvent très explicites et les mots des agresseurs reproduits sans aucune censure. Là encore, le malaise est présent même si la réflexion nous amène à penser qu’il s’agit tout simplement de véritables situations, de véritables paroles que les victimes entendent chaque jour. Quelle femme n’a pas, au moins une fois, subi cela dans la rue ? C’est tout simplement inadmissible, et je suis la première à le penser.

Alors une partie de moi estime que la dénonciation prend toute sa force par le fait justement de ne rien ignorer, mais au contraire de dire les choses telles qu’elle sont. De provoquer chez le lecteur le malaise que la victime ressent elle-même lorsqu’elle est confrontée à une pareille situation. D’un autre côté, je n’ai peut-être pas été à l’aise avec les choix faits par Thomas Mathieu. L’ouvrage est à mon sens un peu trop extrême dans ses propos, un peu trop cru aussi et je pense que cela empêchera à cette bande dessinée d’avoir un impact sur le plus grand nombre. Les personnes qui lisaient le tumblr en question, qui savent à quoi s’attendre en ouvrant la BD seront sans doute réceptifs, mais les autres seront, je pense, difficilement sensibles au caractère très cru des dessins et des textes.

L’idée est donc là, je la trouve d’ailleurs admirable car on en vient parfois à penser qu’il est « normal » de se faire harceler : ‘parce qu’on se balade tard le soir seule dans la rue’, ‘parce qu’on est habillées en robe’, et pour tant d’autres raisons. Or, non, cela n’est et ne sera jamais acceptable. Cependant, je n’ai pas, pour ma part, était vraiment convaincue par la manière dont le harcèlement est condamné ici. A trop vouloir le représenter de la façon la plus réaliste qui soit, je trouve que le propos perd de sa pertinence.

Pour résumer …

Une dénonciation du harcèlement de rue qui provoque le malaise chez le lecteur, à l’image du harcèlement lui-même qui devient bien trop commun pour être acceptable. La représentation est très crue, voire vulgaire et cela, bien que réaliste, m’a gêné et empêche les propos d’avoir une véritable portée.

Ma note : ★★☆☆☆☆
(08/20)

Publicités

6 réflexions au sujet de « Les Crocodiles • Thomas Mathieu »

  1. Pour la première fois, je ne suis pas du tout d’accord avec toi 🙂 C’est vraiment mon quotidien qui est dépeint dans cette bande dessinée, je n’ai pas trouvé ça cru. Ce sont de réels témoignages, et c’est exactement ce que je m’attendais à trouver dans cette BD. Peut-être que ton impression vient du fait que tu n’étais pas préparée ? En tout cas, j’ai beaucoup aimé cette BD et je trouve que tout le monde devrait la lire. C’est une bonne sensibilisation. C’est vrai que les hommes sont représentés par des crocodiles, mais pas tous, il faut bien lire l’avant-propos (ou l’épilogue, je ne sais plus). L’auteur explique très bien son choix je trouve. Bref, dommage que tu n’aies pas aimé, moi j’ai adoré et je soutiens de tout coeur ce projet ! Je te joins le lien de ma chronique au passage : https://carnetparisien.wordpress.com/2015/05/21/les-crocodiles-thomas-mathieu/ Bisous copine !

      1. Je n’ai jamais dit le contraire, simplement la façon de le représenter n’est selon moi pas le bon moyen de transmettre le message souhaité, mais chacun pense différemment en fonction de sa propre sensibilité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s