Feel-Good

La petite boulangerie du bout du monde • Jenny Colgan

12366774_571673422989682_1546153315_n

La petite boulangerie du bout du monde est l’un des romans que j’avais reçus en début d’année 2015 (oui j’ai un retard catastrophique) et, perdu au milieu de ma bibliothèque, je n’arrivais jamais à le sortir de ma PAL. En ce mois de décembre, j’ai eu envie de me plonger dans une lecture détente et savoureuse et ce livre m’a semblé parfait. Je remercie les éditions Prisma pour cette lecture.

Résumé …

Quand son mariage et son entreprise familiale font naufrage, Polly Waterford quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Elle s’installe seule dans un minuscule appartement situé au-dessus d’une boutique laissée à l’abandon. Pour se remonter le moral, elle se consacre à son plaisir favori : fabriquer du pain. Alors qu’il n’y a plus dans le village qu’une boulangère irascible au pain sans saveur, les arômes de levain qui s’échappent de chez elle attirent très vite la curiosité et la sympathie des habitants. Petit à petit, d’échanges de services en petits bonheurs partagés, elle ravive l’esprit d’entraide et de partage dans le village. Au fil des rencontres farfelues (un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands) et au gré des événements heureux ou tragiques qui touchent la communauté, ce qui ne devait être qu’un simple  » break  » devient l’entreprise de sa vie. Polly se révèle enfin à elle-même : une femme déterminée et créative, prête à mordre dans la vie comme dans une mie de pain chaude et croustillante. Un feel good book qui, sur fond de crise économique prône des valeurs de partage et d’entraide.

Mon avis …

Contrairement à ce que la couverture peut laisser suggérer, ce roman n’est absolument pas jeunesse, au contraire! C’est un roman adulte avec des personnages ayant la trentaine, et plus! Quand on cherche une lecture détente et que l’on débute ce roman, on y trouve tout ce que l’on voulait. Une lecture qui nous change les idées et c’est cela que j’ai aimé dans ce livre. J’ai beaucoup aimé découvrir Polly à un moment de sa vie où elle avait besoin de prendre du recul, de prendre un nouveau départ alors même que sa situation amoureuse mais aussi financière était compliquée. Son arrivée dans cette île perdue au milieu de nulle part est assez surprenante, tout comme sa décision d’emménager dans un logement insalubre. Le début du roman est particulièrement drôle et je me suis laissée embarquer dans cette histoire très rapidement.

Malgré tout ce qui pourrait la faire tomber dans la déprime, j’ai aimé voir Polly repartir du bon pied, essayer de trouver du positif dans le moindre aspect de son quotidien. C’est un personnage inspirant puisqu’elle est positive, enjouée et optimiste, et sans doute que chacun d’entre nous devrait l’imiter bien souvent. J’ai eu la sensation d’être transportée moi aussi au bord de mer, d’entendre les oiseaux chanter et surtout de goûter chaque matin le délicieux pain réalisé par Poppy. Sa passion pour la boulangerie est transmise dans chaque page et c’est un régal de la lire.

Le livre est cependant parfois un peu long, j’ai trouvé qu’un contenu comme celui-ci ne méritait pas 500 pages d’écriture. L’auteur aurait dû faire une histoire plus courte mais sans longueurs, ça aurait sans doute rendu la lecture un peu plus dynamique. Je suis restée un peu insensible à tous les rebondissements et aux quelques drames de l’histoire, je dois dire que le début du roman m’a passionnée mais que la suite tourne selon moi un petit peu trop en rond. Le schéma de l’histoire est également un peu cliché, un peu vu et revu, mais cela reste assez marginal et j’ai trouvé quand même que l’ensemble était vraiment réussi, et surtout que l’auteur n’en faisait pas trop. Le petit plus du roman, c’est Neil, le petit macareux de Polly. Un oiseau adorable qui apporte à cette histoire une petite touche d’originalité et qui m’a totalement fait craquer !

En bref, c’est un mélange entre La bibliothèque des coeurs cabossés et Cupcake Club que j’ai eu le plaisir de découvrir. Ce roman sortira au format poche début janvier et je vous conseille de le lire quand vous aurez envie de vous évader et de vous changer les idées en tentant d’insuffler un peu de positif dans votre vie, comme Polly !

Pour résumer …

Un roman qui fait du bien, où l’on entend à chaque page le bruit de la mer, des oiseaux et où l’on savoure les délicieux pain de Polly. Une jolie lecture au schéma un peu classique et aux quelques longueurs mais qui m’a donné le sourire par toutes les ondes positives qu’elle communique.

Ma note : ★★★★★☆
(15/20)

Publicités

15 réflexions au sujet de « La petite boulangerie du bout du monde • Jenny Colgan »

  1. Ah, je me laisserai peut-être tenter en janvier quand il sortira en poche alors 🙂 c’est vrai qu’au creux de l’hiver on a bien besoin de ce genre de livre réconfortant! Merci pour la découverte 🙂

  2. Suite à ta chronique sur les livres que tu avais aimés qui sortaient en poche j’ai acheté celui-ci que je viens de terminer. J’ai bien cru que j’allais prendre 10kg tellement ce livre donne envie de manger. Je suis d’accord le début est vraiment drôle et à partir de la tempête j’ai trouvé que c’était bien long et je n’ai pas non plus été émue par les drames.
    Par contre son optimisme et sa nouvelle vie donne aussi d’une certaine manière envie de suivre nos rêves c’est cela qui m’a beaucoup plu!
    Merci beaucoup pour ces chroniques livres de poche qui font du bien au porte-monnaie!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s