Historique

Là où tombent les anges • Charlotte Bousquet

12431729_577895979034093_1951910792_n

Il y a plusieurs mois, j’ai été contactée par Gulf Stram Editeur pour recevoir ce roman. C’est en réalité Gaëlle – LanylaBooks – qui a pensé à moi pour lire ce roman, persuadée qu’il allait me plaire. Je souhaitais donc la remercier pour m’avoir permis de lire ce livre car sans m’être penchée sur le sujet, j’avais dans l’idée qu’il s’agissait, comme la plupart des romans de l’auteur, d’un roman de fantasy. Ce n’est pas du tout le cas puisque Là où tombent les anges est un roman historique que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir. Merci également à la maison d’édition pour cette lecture qui m’a permis de découvrir Charlotte Bousquet.

Résumé …

Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêve, elle se laisse séduire par Robert Maximilien et accepte de l’épouser. Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l’exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. Heureusement Lili la délurée et la douce Clémence sont là pour la soutenir. Quand la première guerre mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front. C’est l’occasion pour Solange de s’affranchir de la domination de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s’organisent peu à peu sans les hommes…

Mon avis …

J’ai lu beaucoup de romans se déroulant dans un contexte de guerre mais il s’agissait la plupart du temps de la seconde guerre mondiale. Avec Là où tombent les anges, j’ai pu découvrir un peu plus en détails la première guerre mondiale. Mais loin de se centrer sur la vie au front, le roman évoque majoritairement l’arrière, à savoir la vie des femmes qui devaient assumer, sans vraiment y être préparer, la vie sans les hommes. C’est donc une liberté soudaine et imprévue que Charlotte Bousquet décrit à travers toutes ces femmes et la pénibilité du travail et du quotidien pendant ce contexte difficile. Ce contexte où l’incertitude quant à la survie des hommes partis au front est omniprésente.

C’est Solange qui est le personnage principal du roman et elle est l’exemple même de la femme effacée avant la guerre et qui va s’ouvrir peu à peu au monde pendant cette période. C’est une jeune femme qui a toujours été maltraitée par les hommes et qui s’est toujours laissée faire, par peur de se faire entendre. La guerre va évidemment tout changer. Même si je me suis attachée à elle, j’ai souvent regretté qu’elle se rebelle si peu. On sent qu’elle est féministe, qu’elle souhaite au fond d’elle se battre pour que les choses changent, mais c’est difficilement qu’elle applique cela dans sa propre vie.

Charlotte Bousquet a cependant réussi, je pense, à peindre cette période, ce quotidien des femmes soumises à leurs maris qui devait être une réalité très fréquente. Cette société qui évolue et la place que prend peu à peu la femme est très intéressante à suivre et j’ai apprécié la découvrir tout comme suivre tous les personnages de ce roman, toutes ces femmes qui vieillissent et vivent la guerre à leur manière. Ce roman n’a pas su me surprendre au point d’être un coup de coeur mais c’est certainement une très jolie lecture qui m’a intéressée et qui a le mérite de parler des femmes à une époque où elles ont dû se battre pour obtenir les droits que nous avons aujourd’hui.

 

Pour résumer …

Un beau roman sur le quotidien des femmes pendant la première guerre mondiale, à cette époque où elles ont dû vivre pour elles-mêmes et s’émanciper de cette emprise du mari.

Ma note : ★★★★★☆
(17/20)

Publicités

10 réflexions au sujet de « Là où tombent les anges • Charlotte Bousquet »

  1. J’aime cette idée de parler de l’indépendance progressive des femmes en l’absence de leur mari. Et comme toi, je lis beaucoup de choses sur la seconde guerre mondiale mais peu sur la première. Il était déjà dans ma WL, je le garde dans un coin de ma tête 🙂

  2. Un bon livre, en effet.
    Là où je suis un peu plus nuancée que toi, c’est ici, quand tu dis: « C’est Solange (…) est l’exemple même de la femme effacée avant la guerre et qui va s’ouvrir peu à peu au monde pendant cette période.(…) Même si je me suis attachée à elle, j’ai souvent regretté qu’elle se rebelle si peu ».
    En fait, Solange n’est pas une « femme effacée » pour son époque, elle l’est seulement pour la nôtre. Se rebeller dans les années 15/20 (donc, il y a 100 ans!) était une autre histoire (et plus que difficile)…. Cela ne se faisait pas sachant que les femmes n’avaient pas les droits qu’elles ont pu acquérir par la suite ( ce que tu dis dans ta conclusion, par ailleurs). Je trouve aussi que Charlotte Bousquet a très bien su trouver le ton sans en rajouter dans le féminisme (un terme qui était si peu connu, alors, et qui ne trouva son plein épanouissement qu’après la 2nde guerre, même pas la 1ère…).
    En tout cas, merci de cette critique. Oui, peut-être pas un coup de coeur mais toujours beaucoup de sensibilité chez Charlotte Bousquet.

    1. Tu as tout à fait raison c’est d’ailleurs pour cela que j’ai précisé la justesse avec laquelle l’auteur a su évoquer le sujet. Même si de notre point de vue à nous, en 2015, on a envie que ça ait été plus facile, il serait naïf de le penser.

  3. J’ai découvert le résumé de ce livre lors d’un petit périple à la FNAC. Je l’avais pas mal vu passer sur la blogo sans m’y pencher plus que ça.
    Il a rejoint ma WL. J’espère pouvoir l’emprunter à la médiathèque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s