Contemporain

Sirius • Jonathan Crown

12540455_585588098264881_684684447_n

Vous l’aurez sans doute remarqué, je lis actuellement beaucoup de romans de cette rentrée littéraire. A chacune des rentrées, beaucoup de livres m’intéressent, malheureusement on ne peut pas tout lire alors il faut faire des choix. Sirius m’a évidemment interpellé puisqu’il se déroule pendant la seconde guerre mondiale, et je remercie les éditions Presses de la Cité pour la lecture de ce livre qui sortira le 21 janvier.

Résumé …

Brillant fox-terrier capable de communiquer en messages codés, Sirius émigre aux Etats-Unis avec la famille Liliencron, qui fuit l’Allemagne nazie. Arrivé à Hollywood, il devient la coqueluche des studios Warner Bros. et s’acoquine avec les plus grands : Rita Hayworth, Billy Wilder, John Wayne et Cary Grant n’ont plus de secrets pour lui ! Engagé ensuite par le cirque Barnum, son ascension dans le showbiz tourne court lorsqu’un tour de magie échoue et le fait «réapparaître» à Berlin. Il sera alors le dernier confident d’Hitler…

Mon avis …

Contrairement à beaucoup de romans qui situent leur intrigue pendant cette période de l’Histoire, je n’étais pas certaine d’accrocher à ce livre. Pour autant, il m’intriguait. Un chien comme personnage principal, voilà qui est étrange. Et souvent, j’ai tendance à avoir du mal avec les histoires un peu trop loufoques, mais j’avais envie de lui laisser sa chance.

Le début m’a beaucoup plu. Evidemment, puisque nous suivons cette famille qui recueille Sirius, et qui va devoir quitter l’Allemagne pour échapper aux nazis. Certaines scènes racontées des yeux du chien sont vraiment poignantes, tant elles nous replongent dans l’horreur de la période. Cependant, cela ne constitue qu’une petite partie de l’histoire puisque nous allons ensuite suivre Sirius et sa famille partir aux Etats-Unis et conquérir Hollywood.

Sirius va en effet être repéré par les plus grands producteurs et sollicité par tous. Il n’est, en effet, pas un chien comme les autres. Il comprend tout et se révèle être capable de communiquer avec les humains. C’est donc toutes ses aventures que nous allons suivre, puisqu’elles ont été nombreuses ! De Berlin à Hollywood, puis de retour à Berlin, Sirius va devoir s’adapter à toutes les situations, même quand il se retrouve face au Führer lui même.

Malheureusement, plus j’avançais dans ma lecture et moins je réussissais à rester concentrée, à trouver l’histoire intéressante. Comme j’en avais eu peur au départ, je n’ai pas réussi à croire en cette histoire et surtout je suis restée très spectatrice de tout cela. C’était sans doute le risque de faire d’un chien le personnage principal d’un roman. Je pense que les lecteurs qui aiment les histoires très originales et un peu loufoques sauront apprécier Sirius, d’autant plus que le contexte historique dans lequel il évolue est intéressant. Pour ma part, je ne renouvellerai sans doute pas l’expérience d’un roman mettant en scène des animaux en tant que personnages principaux car j’ai véritablement eu des difficultés à en venir à bout malgré sa courte taille.

Pour résumer …

Le contexte historique de la seconde guerre mondiale m’a plu mais le fait que le chien soit au centre de ce livre a rendu ma lecture compliquée.. Un peu trop loufoque pour moi sans doute, je n’ai pas réussi à être plus que spectatrice de cette histoire et à trouver l’ensemble intéressant mis à part les passages du début du roman. Dommage.

Ma note : ★★☆☆☆☆
(07/20)

Advertisements

11 réflexions au sujet de « Sirius • Jonathan Crown »

  1. Bonjour,
    moi aussi j’ai préféré le début même (c’était la partie la plus poignante) si cela ne m’a pas dérangé de suivre Sirius. Mais je te comprend. J’aurai surement préféré que le livre soit centré sur les Liliencron. J’ai eu plus de mal avec la forme. J’avais l’impression de lire des anecdotes mises bout à bout.

  2. Aie, aie, aie.. Je l’attendais beaucoup celui-ci et je pense qu’il restera sur les étagères de la librairie… J’ai peur du coup qu’il ne me plaise pas…
    Ce ne sera pas la première fois que tu me sauves d’un naufrage littéraire. Figures-toi qu’à Noël, je n’ai pas eu La liste de Freud (je l’avais rayé des listes) mais Crème Anglaise et j’ai beaucoup aimé 😉
    Bises
    Johanna

  3. Ah oui, un chien comme personnage principal, c’est original… probablement trop vu ton avis. Je crois que j’aurais un ressenti assez similaire au tien, malgré le fait que je sois fan de toutous. Du coup, je passe.

  4. Ah mince ! C’est vrai que ça peut être perturbant, j’ai l’impression que c’est tout ou rien avec ce genre de roman, je repose généralement les romans qui ont pour perso principal un animal (et pourtant je les aime ces petites bêtes), j’ai aussi trop l’impression que c’est une mode en ce moment (en mettant en scène des vaches par exemple…) Je vais sans doute passer celui-ci aussi du coup.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s