Historique

Un parfum d’encre et de liberté • Sarah McCoy

12736179_596750167148674_1913769045_n

Il y a un an, j’ai lu Un goût de cannelle et d’espoir qui avait été un très gros coup de coeur pour moi. Quand on a aimé un roman d’un auteur, on a évidemment hâte d’en lire davantage et c’est avec grand bonheur que j’ai reçu son tout nouveau roman. Je remercie les éditions Michel Lafon pour cette lecture et Léa pour cette lecture commune qui nous a permis de partager nos impressions au fil des pages de ce roman.

Résumé …

1859. Deux ans avant le début de la guerre de Sécession. Sarah Brown, fille d’un célèbre abolitionniste, se résigne à ne pas avoir d’enfant.  » Qui voudrait l’épouser ?  » se désole sa mère… Sarah retrouve pourtant goût à la vie en s’engageant avec sa famille dans un groupe de résistants, qui aide les esclaves à fuir leur terrible sort vers le nord de l’Amérique. Grâce à ses talents artistiques, elle retrace et dissimule dans ses dessins les cartes secrètes qui mènent à la liberté.

2014. Eden et son mari, un couple en manque d’enfant, emménagent dans une ancienne demeure de la petite ville de Charleston en Virginie. Alors qu’Eden vagabonde dans sa maison en compagnie de sa voisine, une fillette énigmatique, elle découvre une tête de poupée soigneusement cachée dans le cellier. Malgré les ravages du temps, elle entrevoit de curieuses lignes sur le visage de porcelaine, dans lequel se trouve une mystérieuse clé…

Plus d’un siècle sépare Eden et Sarah mais leurs routes vont s’entrecroiser. Car sur la grande carte du monde et de l’Histoire, le passé et le présent se rejoignent dans le destin de ces deux femmes qui dépassent la douleur de ne pas être mères et se révèlent à elles-mêmes.

Mon avis …

Sarah McCoy a conservé le même schéma narratif avec ce roman : une alternance entre deux époques éloignées. Cela n’est pas pour me déplaire, au contraire, je trouve toujours ces mises en perspective très intéressantes, et pendant toute notre lecture, on cherche ce qui va rassembler les deux personnages, ces deux femmes pourtant éloignées l’une de l’autre. Comme pour Un goût de cannelle et d’espoir, le point commun tient davantage de l’inspiration, c’est toujours assez subtil avec cette auteur et c’est ce qui me touche énormément. Cette tête de poupée que Eden va trouver va l’emmener sur les traces de la vie de Sarah et j’ai évidemment été très émue en découvrant l’histoire de cette poupée.

J’étais certaine d’adorer ce roman parce que l’histoire de Sarah Brown m’intéressait beaucoup. Bien que cette femme ait réellement existé, l’auteur a romancé et imaginé sa vie, tout en s’inspirant de nombreux faits réels. Dans les chapitres consacrés à Sarah, nous sommes plongés en pleine guerre de Sécession. Je lis beaucoup de romans sur l’esclavage aux Etats-Unis alors il me paraissait évidemment que ce roman allait également énormément m’intéresser. Ce fut complètement le cas. Nous découvrons Sarah Brown qui va suivre à sa manière les traces de son père, abolitionniste. J’avais imaginé son implication plus forte, cependant par ses petits gestes et surtout ses dessins incroyablement intelligents et malins, elle va jouer son rôle à elle dans ce combat. C’est une jeune fille qui m’a beaucoup inspirée, que j’ai trouvée très forte. Son amitié avec Freddy m’a bouleversée, notamment par les sacrifices qu’elle fait par amour pour lui. Le symbole des poupées et leur rôle m’a également fortement marqué, tout comme la difficile survie des noirs face aux Confédérés.

Nous avons également Eden, à notre époque. Cette femme, comme Sarah, n’arrive pas à avoir d’enfant et c’est dans une souffrance assez intense que nous la rencontrons. Après des années de tentatives infructueuses, c’est envers son mari qu’elle rejette sa douleur et leur couple ne tient plus qu’à un fil. Il est assez bouleversant de découvrir cette femme qui se renferme sur elle-même au lieu de s’appuyer sur l’homme qui partage ses souffrances. J’ai beaucoup aimé la façon dont elle s’intègre malgré tout à sa manière dans sa nouvelle ville et sa rencontre avec Cléo et avec Criquet, le petit chien que son mari va lui offrir. Le trio qu’ils forment est tellement mignon et adorable, j’ai adoré les passages les concernant. Eden nous offre une belle réflexion sur la vie, sur nos rêves mais aussi sur le bonheur pourtant simple de profiter de ce que la vie nous offre, quand bien même on aimerait parfois avoir davantage.

C’est donc une nouvelle fois avec un coup de coeur que je referme ce roman de Sarah McCoy. Décidément, je suis conquise par ses histoires, d’autant plus que ce roman comporte un intérêt historique certain qui m’a beaucoup passionnée. Je n’oublierai pas les merveilleux personnages de ce roman : Sarah, Eden, Criquet, Cléo, Freddy et tant d’autres. Ce fut une magnifique lecture et j’ai déjà hâte de relire Sarah McCoy avec un nouveau roman.

Pour résumer …

Sarah McCoy ne me déçoit décidément jamais. Deux époques éloignées, deux personnages féminins forts et très attachants, j’ai été conquise. L’auteur nous plonge dans la guerre de sécession et dans la vie de Sarah Brown, mais également dans celle d’Eden qui doit accepter qu’elle ne peut pas avoir d’enfants et qui doit se battre pour son couple. Le lien qui les unit est très beau et l’ensemble m’a bouleversée.

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

La chronique de Léa

Publicités

17 réflexions au sujet de « Un parfum d’encre et de liberté • Sarah McCoy »

  1. Je viens de terminer « un goût de cannelle et d’espoir ». Un véritable coup de cœur. J’attends avec impatience de recevoir « un parfum d’encre et de liberté « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s