Historique

Le chagrin des vivants • Anna Hope

12825598_606407226182968_1823046829_n

Il y a des livres qui nous attirent sans que l’on sache bien trop pourquoi. Le chagrin des vivants est de ceux-là. Il est sorti pour la rentrée littéraire de janvier et j’ai décidé de me le procurer en librairie et de le lire dès sa sortie.

Résumé …

Durant les cinq premiers jours de novembre 1920, l’Angleterre attend l’arrivée du Soldat inconnu, rapatrié depuis la France. Alors que le pays est en deuil et que tant d’hommes ont disparu, cette cérémonie d’hommage est bien plus qu’un simple symbole, elle recueille la peine d’une nation entière. À Londres, trois femmes vont vivre ces journées à leur manière. Evelyn, dont le fiancé a été tué et qui travaille au bureau des pensions de l’armée ; Ada, qui ne cesse d’apercevoir son fils pourtant tombé au front ; et Hettie, qui accompagne tous les soirs d’anciens soldats sur la piste du Hammer-smith Palais pour six pence la danse. Dans une ville peuplée d’hommes incapables de retrouver leur place au sein d’une société qui ne les comprend pas, rongés par les horreurs vécues, souvent mutiques, ces femmes cherchent l’équilibre entre la mémoire et la vie. Et lorsque les langues se délient, les coeurs s’apaisent.

Mon avis …

Je ne me suis pas trompée, ce livre est une merveille, un petit bijou plein de sensibilité et de beauté. De tristesse aussi. Ce n’est pas un roman où le bonheur est présent dans chaque page, loin de là. Ce roman, c’est la souffrance, la perte, le deuil, la douleur. Pour autant, rien de larmoyant, bien au contraire. En ce sens, il m’a beaucoup rappelé Toute la lumière que nous ne pouvons voir. Non pas dans l’histoire qui, si ce n’est de traiter le sujet de la guerre vécue par les hommes, n’a pas grand chose à voir avec celle de ce roman. Mais plutôt dans les sentiments qui s’en dégagent, dans la sensibilité et la beauté de l’écriture, dans la distance avec l’émotion que les auteurs installent.

Le chagrin des vivants se situe dans l’après-guerre et évoque comment chacun vit après ces années où la mort a pénétré chaque foyer. L’auteur a choisi d’alterner son récit entre trois personnages différents, trois femmes, ayant chacune été touchée par la guerre d’une façon différente. Que ce soit par la perte d’un fils, d’un mari ou tout simplement parce que des hommes de leur famille ou de leur entourage sont revenus du front et vivent avec leurs cauchemars, leurs peurs, leurs traumatismes. On s’attache très rapidement à ces trois femmes qui peinent à conserver leur envie de vivre, leur féminité, leur foi en l’avenir. Chacune est un témoin souvent impuissant de la douleur des hommes. Malgré tout, elles sont confrontées aussi à leurs propres souffrances, à leur chagrin. Ce qui est terrible, c’est l’impossibilité de connaître la vérité. Bien souvent, seule une lettre annonce le décès. Impossible de savoir comment il est parti, ni où il repose. C’est l’impossibilité de faire son deuil qui est au centre du récit.

Cette impossibilité pour l’Angleterre d’avancer après la guerre, cette souffrance si vive, va se caractériser par l’hommage rendu aux victimes avec le Soldat Inconnu. Nous suivons donc en parallèle la préparation de cette cérémonie, et nous comprenons petit à petit à quel point ce symbole va permettre à tant d’anglais endeuillés de dire adieu à leurs proches. J’ai été très touchée par la pudeur et la justesse avec laquelle l’auteur aborde le sujet du deuil. Chaque personnage de ce roman a ses propres souffrances, très différentes les unes des autres et pourtant si intenses qu’elles les empêchent de continuer à embraser la vie, à accepter le bonheur, à accepter d’être en vie tandis que tant d’autres sont morts.

C’est un livre qui pénètre en nous comme une brume de sentiments très vifs et très doux à la fois. L’auteur réussit à partir de douleurs si fortes à écrire un récit où la peine se partage, où les mots guérissent et où chacun finit par trouver l’apaisement à sa manière.

Pour résumer …

Le chagrin des vivants c’est la difficile reconstruction de tout un pays, de tout un peuple. C’est les ravages de la guerre dans tous les foyers, dans tous les coeurs. C’est les étapes progressives par lesquelles chacun va passer pour petit à petit retourner à la vie, sans jamais oublier, sans avoir bien souvent de réponse, mais en acceptant malgré tout que la vie continue. Un roman sublime.

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

Advertisements

9 réflexions au sujet de « Le chagrin des vivants • Anna Hope »

  1. Je l’ai eu plusieurs fois entre les mains, sans parvenir à me décider, mais tu me donnes très envie … quoique je n’ai pas aimé « Toute la lumière que nous ne pouvons voir », que je n’ai pas réussi à terminer …

    1. Moi non plus je n’ai pas aimé « Toute la lumière que nous ne pouvons voir », mais celui ci est beaucoup mieux ! MYMYhttp://cousineslectures.canalblog.com/archives/2015/08/06/32451211.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s