Historique

Le chant du rossignol • Kristin Hannah

12939281_622941541196203_2097544262_n

Il n’était pas encore sorti en français que ce roman était déjà LE livre que je souhaitais le plus lire en 2016. Il a reçu le prix Goodreads pour la Meilleure Fiction Historique fin 2015, et avait une note de 4,5/5 sur Goodreads sur un total de 140 000 votants. Tout cela accumulé rendait cette lecture impérative. Il sort le 7 avril 2016 et je remercie énormément les éditions Michel Lafon de m’avoir permis de le lire avant sa sortie. J’ai partagé cette lecture avec mon amie Diane du blog Livres de Filles que je remercie aussi pour ces beaux moments de partage pendant la lecture de ce roman.

Résumé …

France, 1939. Dans le village de Carriveau dans la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Elle ne peut imaginer que les nazis vont envahir le pays. Pourtant, lorsqu’un capitaine allemand réquisitionne sa maison, elle est forcée d’accueillir un officier sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille avant la liberté de son pays… Sa sœur Isabelle, 18 ans, a passé son enfance dans des pensionnats depuis la mort de leur mère, et son père décide de l’envoyer vivre avec Vianne. Mais son tempérament rebelle met en danger leurs vies à toutes. Isabelle décide donc de partir vivre à Paris, le jour de l’entrée des Allemands dans la ville. Impétueuse et pleine d’idéaux, elle s’engage très vite dans la Résistance sous le nom de code  » Le Rossignol  » et fait régulièrement passer des aviateurs anglais en Espagne. Deux sœurs, deux destins et deux façons de survivre à la guerre et à l’envahisseur. Un grand roman sur l’amour, la liberté, les idéaux et sur le rôle des femmes pendant la guerre.

Mon avis …

Vous devez commencer à le savoir à force de me suivre depuis toutes ces années, les romans situés pendant la seconde guerre mondiale font partie de mes préférés. Alors, vous vous doutez bien que des romans sur le sujet, j’en ai lu des dizaines et des dizaines. Pourtant, celui-ci est sans doute un des plus beaux romans que j’ai pu lire sur la seconde guerre mondiale. C’est un roman de plus de 500 pages que j’ai lu pendant une semaine entière et que j’ai fait durer le plus longtemps possible. Parce que je n’avais tout simplement pas envie d’arriver au bout de cette histoire.

Ce roman, c’est la guerre vécue par deux femmes. Deux soeurs. Chacune va vivre la guerre à sa manière, et pourtant, elles vont sans le savoir ni le vouloir chacune faire preuve de courage, de bravoure, d’amour pour les autres. Elles sont chacune admirables en dépit de leurs erreurs, de leurs fautes, de leurs doutes. En tant que femme moi-même, je me suis identifiée à chacune des pages de ce roman à ces deux personnages.

Tout prend place lentement, et au début je n’ai pas vu venir le déchirement que j’allais vivre en lisant ce roman. Parce que finalement, ce que raconte Le chant du Rossignol, c’est la seconde guerre mondiale telle qu’on la connait tous. Dans ses aspects les plus atroces et les plus inhumains. Comment est-il possible d’être à ce point déchiré de l’intérieur en lisant sur quelque chose qu’on a déjà lu des dizaines de fois ? C’est pourtant ce qui se produit à chaque fois. Kristin Hannah a ce talent pour raconter la « banalité » de la guerre d’une façon si humaine, si simple et si juste que je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer quasiment à chaque page pendant les 250 dernières pages du roman. Chaque chapitre me déchirait le coeur un peu plus que le précédent, et lorsque l’on pensait que le pire s’était produit, elle nous démontrait le contraire.

En tournant chaque page de ce livre, on a peur, on a envie de croire de tout notre coeur que tout ira bien. Que Isabelle autant que Vianne ont vécu le pire. Qu’elles pourront enfin être heureuses. C’est utopiste de le croire dans le contexte qui est le leur, mais impossible de s’en empêcher. J’ai été inspirée par l’humanité qui transpire de ces pages, par l’hommage que l’auteur rend à tous ces héros de la Résistance qui, par des actes parfois minuscules, ont sauvé des vies. Ces personnes qui ont risqué leur vie, leur confort, pour sauver des inconnus, des amis, des voisins. Ce sont des leçons pour nous tous.

Ce roman se déroule en France, peut-être que cela a fait aussi que j’ai été si sensible aux descriptions, parce qu’elles nous replongent dans un passé pas si lointain, dans notre propre pays, et que l’on a trop tendance à oublier ce que les français ont vécu sous l’occupation nazie. Les conditions de survie à peine humaines, l’intimité inexistante, la peur dans le regard, la nourriture et les médicaments si rares. Ce roman est d’une richesse inouïe et je crois que Kristin Hannah aurait difficilement pu écrire un roman plus juste et humain sur le sujet de la Résistance.

Il me serait impossible d’aborder dans cette chronique tous les aspects de ce roman. Ils sont tellement nombreux. Chacun d’entre eux le rend unique et si spécial. Je n’oublierai aucun des personnages de ce roman, jamais. Ce livre rejoint mes romans favoris, il est de ceux que j’ai lu en pleurant, que j’ai terminé en sanglots. Que j’ai refermé régulièrement parce qu’il était trop difficile de continuer. Il fait partie de ces romans qui deviennent une partie de nous.

Pour résumer …

J’ai beau avoir lu des dizaines de romans sur la seconde guerre mondiale, celui-ci est sans doute un des plus beaux que j’ai lus. Chaque page a été si intense qu’il a été difficile de retenir mes larmes bien souvent. Kristin Hannah a écrit un roman plein d’humanité et d’une justesse inouïe sur la guerre, sur la Résistance et sur ces héros qui ont risqué leurs vies pour lutter contre la haine et l’horreur.

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

La chronique de Diane

Advertisements

13 réflexions au sujet de « Le chant du rossignol • Kristin Hannah »

  1. Alors j’avoue que moi aussi je suis fan de ces livres sur le deuxième guerre mondiale, Je connais l’histoire de cette époque mais je ne me lasse pas de lire et relire des roman et des témoignages. Merci de me faire découvrir ce livre, je me le mets de coté 😉 bonne journée

  2. J’aime aussi beaucoup les romans et les films historiques qui se passent durant la Seconde Guerre Mondiale, même si comme tu le dis, il y en a beaucoup ! Mais avec une revue pareille, comment ne pas avoir envie de craquer pour celui-là ? Dommage qu’il ait l’air d’être très gros, c’est quelque chose qui me refroidit un peu en général…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s