Contemporain

À demain, Lou • Marie-Claude Vincent

12992939_625843284239362_684285255_n

Curieuse, je suis. A demain, Lou sorti le 7 avril dernier me tentait beaucoup et j’ai décidé de découvrir ce roman sans trop savoir à quoi m’attendre. Il est tellement agréable, parfois, de plonger dans un livre pour le pur plaisir de la découverte. De la surprise. Merci à Robert Laffont pour cette lecture.

Résumé …

Élisabeth, Lou et la petite Laura forment avec leurs parents une famille unie et joyeuse. Jusqu’au jour où Éli part passer le week-end chez une amie et ne revient pas. Bloquée par le silence des adultes, Lou n’ose pas poser de questions. Le corps pressent ce que l’esprit refuse d’accepter, mais admettre qu’Éli est morte serait plus terrible encore que ce mutisme qui, peu à peu, empoisonne tout. C’est sur cet événement que Lou revient à la veille de ses seize ans, l’âge d’Éli à sa disparition. Comment continuer à vivre sans cette grande soeur qu’elle chérit tant ? Comment se résoudre à devenir plus vieille qu’elle ? Comment cesser d’être « la petite soeur d’Éli » ? Il va bien falloir, pourtant, passer ce cap…

Mon avis …

Quelle belle surprise.. ! Je ne m’attendais pas du tout à être à ce point émue par ce livre. Des larmes ont coulé, beaucoup. Et je l’ai terminé en pleurant énormément. Ce livre m’a touchée, voilà. Pourtant, des romans sur la mort, sur le deuil, on en lit souvent. Et le sujet peut devenir un peu répétitif, les façons de le traiter aussi. Je n’ai absolument pas ressenti cela avec ce roman. Au contraire, j’ai eu le sentiment de lire quelque chose de différent, qui parlait de la mort d’une façon surprenante, parfois un peu déroutante même.

« J’avais douze ans. Je croyais que la vie, c’était ça. (…) Je croyais que ça n’aurait pas de fin. »

Lou a douze ans quand elle perd sa grande soeur, Elisabeth, âgée de 16 ans. On lui annonce qu’Eli a eu « un accident » et qu’elle est « partie ». Est-il possible à cet âge de comprendre et de percevoir l’immuabilité de la mort ? Lou va décrire ce temps qui passe, ces choses qui disparaissent de la maison, les unes après les autres. Elle va noter sur un petit cahier toutes les choses qui ont changé depuis le départ d’Eli, pour qu’elle puisse tout savoir à son retour. Bien qu’elle sache qu’Eli est morte, Lou se raccroche à cette notion de retour, comme si son départ était temporaire.

Les mois passent, et Lou s’enfonce dans son silence. Dans ces apparences qui lui permettent de continuer à vivre sans Eli, et cela malgré la douleur de son absence. Parce qu’entre Eli et Lou, c’était une relation fusionnelle, un amour inconditionnel, comme celui que peuvent se porter deux soeurs qui grandissent ensemble, qui dorment chaque soir dans la même chambre, qui parlent de l’avenir, du fait de grandir.

L’écriture peut dérouter, peut surprendre, et pourtant je l’ai trouvée très adaptée au récit et surtout à l’âge de Lou. L’auteur a réussi à écrire du point de vue d’une enfant la perception même de la mort, et cela n’a pas dû être facile. Il était compliqué de rendre le roman juste et crédible en ce sens, elle a pour moi totalement réussi à le faire.

Quand, enfin, viennent les mots, les phrases, viennent toutes ces choses qu’elle n’a pas su dire. Quand enfin Lou évacue tout ce qu’elle garde en elle depuis des mois, quand elle réussit à percevoir la réalité de la mort de sa soeur, c’est tout simplement bouleversant. J’ai pleuré devant sa douleur, devant cette enfant qui perd son innocence, qui connaît avant l’heure la souffrance, qui réalise si tôt que la vie n’est pas éternelle, qu’une famille est constituée d’êtres humains à part, qui peuvent vivre les uns sans les autres. Tout ce que Lou croyait, tout ce qu’une enfant perçoit de la vie, toute cette insouciance, tout cela disparait.

Comment continuer à être Lou quand se rapproche le moment où elle va vieillir, et dépasser l’âge qu’a eu sa soeur ? Comment admettre qu’elle va vivre des choses que sa soeur ne vivra jamais ? Comment transmettre ce qu’était Eli à leur petite soeur qui n’en garde que de vagues souvenirs ? C’est les questions que cette jeune fille se pose, page après page. Elle avance dans la vie, avec beaucoup de douleur conservée à l’intérieur d’elle-même, et elle essaie de comprendre l’incompréhensible. Ce livre est terriblement émouvant, très triste aussi. A peine 160 pages qui nous bouleversent, qui nous laissent complètement retournés par notre lecture. Qui nous enseignent beaucoup, aussi.

Pour résumer …

Perdre sa grande soeur à l’âge de 12 ans, c’est perdre sa vision insouciante de la vie, de la famille, du bonheur. C’est se construire en imaginant, en tentant de comprendre, en souffrant en silence. C’est admettre que le jour viendra où elle sera plus vieille que sa grande soeur, où elle vivra ce que sa soeur ne vivra jamais. Un livre court mais absolument bouleversant qui nous laisse en pleurs, touchés en plein coeur.

Ma note : ★★★★★★
(18/20)

Publicités

11 réflexions au sujet de « À demain, Lou • Marie-Claude Vincent »

  1. Wahou…là, j’ai très envie de me l’offrir, il a l’air sublime…En tout cas tu en parles avec tant d’émotions que je ne peux que craquer. (J’ai pas lu ta chronique de Désolée je suis attendue car je l’ai pré commandé et veux rien savoir avant:p)

  2. Je vient de le lire et j’ai beaucoup aimé aussi. Je n’ai pas pleuré mais c’est vrai que j’ai été touchée en plein coeur. Je recommande vivement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s