Contemporain

On dirait nous • Didier Van Cauwelaert

13348788_649218928568464_476575051_n

Je sais que Didier Van Cauwelaert est un auteur français connu qui publie régulièrement des romans mais je n’avais pourtant jusqu’à présent rien lu de lui. Son nouveau roman est sorti début mai et j’ai donc saisi l’occasion pour le lire enfin. Merci à Albin Michel pour cette lecture.

Résumé …

« On dirait nous, à leur âge… » Deux jeunes amoureux en détresse. Un vieux couple irrésistible qui envahit leur vie et réalise leurs rêves. Le bonheur absolu ? Ou le plus dangereux des pièges… ? Soline est une jeune violoncelliste, Illan un brillant glandeur au potentiel en sommeil. En dehors de leur amour, rien ne va plus dans leur vie… jusqu’au jour où un vieux couple attachant leur propose une existence de rêve. Mais qu’attendent-ils en échange ?

Mon avis …

En commençant le livre, j’ai été agréablement surprise de découvrir une histoire très originale, qui m’a fait sortir un peu de ma zone de confort habituelle en matière de lecture avec un sujet que je n’avais encore jamais vraiment appréhendé : la migration des âmes. Je ne crois pas du tout à ce genre de choses, et pourtant, j’ai tout de suite apprécié cette histoire notamment par les situations cocasses et par les personnages hauts en couleurs.

Parce que ce roman, c’est l’histoire de deux couples. A des étapes de leurs vies bien différentes. L’un des deux couples est dans la période passionnelle des débuts, et l’autre s’apprête à se quitter pour toujours. Un couple de jeunes et un couple de personnes âgées, voilà la rencontre que présente ce roman. Tout pourrait sembler les éloigner, notamment les générations qui les séparent, et pourtant ils vont se reconnaitre mutuellement, parce qu’ils sont liés par le même amour fusionnel.

La proposition que va faire le couple de personnes âgées au jeune couple est pour le moins originale : accepter que leur futur enfant devienne porteur de l’âme de la vieille dame après sa mort. L’auteur s’est basé sur les croyances d’une tribu d’Alaska, d’un peuple presque disparu. Il est donc assez étonnant de voir le jeune couple apprivoiser ce vieux couple, réfléchir à leur proposition et découvrir les croyances de cette dame. Sans le savoir, cela va changer leur vie et leur avenir.

« Elle m’appelait mon amour vingt fois par jour, mais elle ne conjuguait jamais le verbe. C’est toujours moi qui le faisait en premier et elle disait moi aussi. »

J’ai donc apprécié l’originalité du récit, des thèmes abordés, que ce soit celui de la réincarnation en cette forme-là si particulière, et celui des plantes et de leur pouvoir. Me connaissant, tout cela aurait pu me laisser complètement indifférente, mais je me suis surprise à m’y intéresser. C’est déjà, je pense, une réussite pour l’auteur.

Cependant, il est vrai que si le début était très plaisant, la suite devient un peu lassante. Le couple de personnes âgées en devient même agaçant. Ils restent touchants mais leur façon de pénétrer dans l’intimité de la vie de Soline et de Illan devient malsaine, voire dérangeante. Enfin, le livre part un peu trop dans ces sujets-là et en délaisse la fraicheur des personnages et leur vie de couple, alors même que c’est ce qui rendait le livre si beau, si fort. Leur indifférence au monde extérieur, leur bulle de bonheur et d’intense passion. Le livre en devient presque triste, au fur et à mesure des pages, comme si chacun essayait de se raccrocher à quelque chose pour croire encore en la vie. Derrière tout cela se cache en réalité beaucoup de réflexions sur la mort, sur l’après, et sur ce à quoi chacun se raccroche pour continuer sans l’être aimé.

Pour résumer …

Etonnant roman sur des sujets originaux : la migration des âmes, les coutumes d’une tribu d’Alaska et le pouvoir des plantes. Des sujets intéressants mais qui ont pris un peu trop de place dans le récit, délaissant la fraicheur qui était présente au début : l’amour fou qui unit ce jeune couple, et qui le remplace progressivement par une certaine tristesse en évoquant le sens de la vie et de la mort.

Ma note : ★★★★☆☆
(12/20)

Advertisements

10 réflexions au sujet de « On dirait nous • Didier Van Cauwelaert »

  1. Dommage, du coup j’ai un peu peur de cette lecture… ahah ça m’a fait la même chose avec Nos vies insoupçonnées, après ta chronique j’ai décidé d’attendre et… toujours dans ma PAL ^^

  2. Nous avons lu il y a peu dans le cadre de notre club de lecture, Le journal intime d’un arbre de Didier Van Cauwelaert et je pense que dans tout ses romans, l’originalité est de mise, tout comme les sujets variées et d’actualité.
    Je ne sais pas si je réitérerais l’expérience mais pour une première c’était intéréssant.

  3. Je voulais me le prendre, mais la critique me refroidie un peu…
    Les occasions de le croiser ne manquent, je me laisserai peut-être tenter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s