Interviews d'auteurs

INTERVIEW • Quelques questions à Carol Rifka Brunt

13820310_672910672865956_1044867710_n

L’été dernier, j’ai découvert Dites aux loups que je suis chez moi, de Carol Rifka Brunt. Ce roman fait, depuis, partie de mes livres préférés et j’ai eu la chance de rencontrer l’auteur il y a quelques semaines. J’ai également pu échanger avec elle par e-mails et j’ai pu lui poser quelques questions sur son roman. Un grand merci à elle d’avoir accepté de réaliser cet interview.

• Carol Rifka Brunt •

3312-331de

Carol Rifka Brunt est née aux États-Unis et vit aujourd’hui en Grande-Bretagne.
Dites aux loups que je suis chez moi est son premier roman. (Source : éditeur)

• Interview •

L’interview a été réalisé en anglais et a été traduit par mes soins.

1- Dites aux loups que je suis chez moi est votre premier roman. Etait-ce une histoire que vous souhaitiez écrire depuis longtemps ?
C’est davantage une histoire qui a évolué au fur et à mesure de l’écriture qu’une idée préconçue dès l’origine. J’ai commencé à écrire avec l’image d’un oncle en train de mourir en train de peindre le dernier portrait de sa nièce. Ecrire le roman a été un processus où j’ai tenté de comprendre la relation entre ces deux personnages.

2- Aviez-vous imaginé quand vous avez écrit le roman que l’histoire allait toucher tant de lecteurs ?
Absolument pas ! Je pensais que le livre attirerait seulement quelques lecteurs. Je n’ai jamais imaginé que ce serait un succès commercial ou même qu’il serait publié dans tant de pays dans le Monde.

3- Pourquoi avez-vous choisi d’écrire à propos du Sida ? Qu’avez-vous trouvé d’intéressant dans le fait de situer votre histoire dans les années 80 ?
Je n’ai pas commencé à écrire sur le Sida. Au départ, je pensais que peut-être, Finn, l’oncle, pourrait être en train de mourir d’un cancer. Mais quand j’ai creusé un peu plus, j’ai commencé à comprendre qu’il avait une telle connexion avec sa nièce parce qu’il n’avait pas d’enfant lui-même. J’ai pensé que peut-être que cela était dû au fait qu’il était gay. A partir de là, les années 80 et le Sida complétaient parfaitement le puzzle.

4- Un des aspects les plus beaux et incroyables du roman sont les relations entre June et Toby, et June et Finn. Elles sont magnifiques. Pourquoi sont-elles aussi fortes à votre avis ?
Je pense que la relation entre June et Finn est très pure et innocente. Ils s’aiment et reconnaissent chacun quelque chose d’eux-même en l’autre. Sa relation avec Toby est bien plus complexe. Au départ, il provoque chez June de la jalousie et de la colère, mais peu à peu, leur relation évolue vers quelque chose de meilleur.

5- Qui est votre personnage préféré ?
J’ai aimé chacun des personnages d’une façon ou d’une autre mais peut-être que Toby est mon préféré. Cependant, je pense que Greta a été mon personnage préféré à écrire.

6- L’art tient une place importante dans le roman. Pourquoi avoir décidé d’écrire aussi au sujet de la peinture ?
La peinture a été présente depuis la toute première étincelle d’idée de l’histoire, donc c’était dès le départ une partie intégrante du roman. J’aime la façon dont le portrait de ces soeurs devient presque un moyen pour Finn de continuer à être présent dans la vie de June.

7- June grandit tellement pendant le roman. Quelle est la chose la plus importante qu’elle ait appris selon vous ?
Je crois qu’à la fin du roman, elle apprend à apprivoiser ses propres sentiments. Je pense qu’elle commence à voir l’égoïsme et l’inutilité de la honte et de la jalousie et qu’elle commence alors à devenir quelqu’un qui peut agir d’une façon plus généreuse.

8- Quand j’ai lu le roman, j’ai eu le sentiment que cette lecture était universelle. Qu’elle pourrait être lue tant par des adolescents que par des adultes. Cela était-il voulu ? Vouliez-vous écrire pour des jeunes et pour des adultes en même temps ?
Quand j’ai commencé à écrire ce roman, je n’étais pas certaine si ce serait un roman adulte ou young adult. Après la première ébauche du roman, cela pouvait toujours être un roman young adult, mais après deux années d’approfondissement de l’histoire, je crois vraiment que c’est un roman adulte avec un narrateur adolescent. Cela ne veut pas dure que ce n’est pas une bonne lecture pour les adolescents, mais davantage qu’il ne ressemble pas à la plupart des romans young adult que j’ai pu lire. Le roman ne parle pas spécifiquement aux adolescents comme les romans de John Green peuvent le faire. Je suis très heureuse que tant les adultes que les adolescents se soient connectés à l’histoire.

9- Votre livre est tout simplement parfait. Les lecteurs français sont tellement chanceux d’avoir pu le lire. Comment avez-vous réagi quand vous avez appris que le livre serait publié en français ? Avez-vous quelque chose à dire à vos lecteurs français ?
Merci beaucoup ! Les lecteurs français ont été les premiers droits étrangers à avoir été vendus pour ce livre, probablement parce que mon agent de droits étrangers à New York était français ! Cela s’est produit en 2012. Parce qu’il y a eu beaucoup de changements avec les éditeurs, le livre a seulement été publié en France l’an dernier. C’est tellement un sentiment agréable de savoir que cette histoire contient quelque chose qui transcende les langues ou les lieux.

10- Travaillez-vous sur un nouveau livre ? Sur quels sujets aimeriez-vous écrire dans vos prochains romans ?
J’ai travaillé sur plusieurs idées pour un second roman et aussi sur quelques oeuvres plus courtes. Je n’aime pas évoquer mes romans en cours par superstition.

Merci à Carol Rifka Brunt !

Dites aux loups que je suis chez moi est disponible en grand format chez Buchet/Chastel et en poche chez 10/18.

Advertisements

6 réflexions au sujet de « INTERVIEW • Quelques questions à Carol Rifka Brunt »

  1. Merci pour cette belle interview, ça donne encore plus envie de rencontrer ces personnages. Et c’est très intéressant de voir comme son histoire a évolué depuis son idée de base,… vraiment passionnant de pouvoir en apprendre plus sur ce processus de création ! Merci Fiona 🙂

  2. Cette interview est très intéressante ! 🙂
    Je n’ai pas encore lu Dîtes aux loups que je suis chez moi. Quand j’ai su qu’il sortait en poche, j’ai été plus que ravie car depuis sa sortie GF, il me donnait extrêmement envie 😀 Il n’y a plus qu’à je me le procure ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s