Contemporain

Vivre près des tilleuls • L’AJAR

13823572_673019566188400_865702406_n

Ce titre de la rentrée littéraire publié le 17 août est pour le moins étonnant puisque son auteur est l’AJAR, un collectif de 18 jeunes auteurs. Merci à Flammarion pour cette lecture en avant-première.

Résumé …

Vincent König est le dépositaire des archives de l’écrivaine suisse Esther Montandon. En ouvrant par hasard une chemise classée « factures », il découvre des dizaines de pages noircies, qui composent un récit intime. Esther a donc tenu un « journal de deuil », dans lequel elle a pour la première fois évoqué la mort de sa fille Louise et l’aberrante « vie d’après ». Les souvenirs comme les différents visages de la douleur s’y trouvent déclinés avec une incroyable justesse. Ces carnets seront publiés sous le titre Vivre près des tilleuls. Roman sur l’impossible deuil d’une mère, porté par une écriture d’une rare sensibilité, Vivre près des tilleuls est aussi une déclaration d’amour à la littérature : ce récit d’Esther Montandon est en réalité l’œuvre d’un collectif littéraire suisse, l’AJAR. Ces dix-huit jeunes auteur-e-s savent que la fiction n’est pas le contraire du réel et que si « je est un autre », « je » peut aussi bien être quinze, seize, dix-huit personnes.

Mon avis …

Ce livre est déroutant. On repère l’auteur du livre, l’AJAR, et pendant tout le roman, on se questionne sur son rôle, l’impact qu’il a eu sur le livre. En effet, ces 18 auteurs nous proposent de découvrir, grâce à leur ouvrage, les carnets retrouvés d’une écrivaine suisse racontant la perte de sa fille de 3 ans. Un livre qui dévoile donc des écrits intimes. Qui nous permet de pénétrer avec pudeur dans les mots si douloureux de cette mère en deuil.

Ce livre, découpé en plusieurs très courts chapitres, raconte donc la naissance de cette enfant, Louise, puis ses trois années de vie. Ses premiers pas, ses premiers mots, ses premiers sourires. Le bonheur qu’elle apportait à ses parents. Et puis, nous découvrons l’accident, la disparition, l’absence. Il est toujours déchirant d’assister au deuil d’un parent. C’est quelque chose qui me bouleverse toujours. Cependant, j’ai peut-être été moins émue avec ce texte-là. Il est écrit avec une certaine distance qui m’a peut-être empêché d’être profondément touchée par les mots de cette femme.

Pendant tout le roman, j’ai eu envie de savoir réellement la part de réel et d’invention dans le récit. J’étais assez perturbée par ce flou dans l’implication d’AJAR. Finalement, toutes les réponses nous sont données et j’ai été très surprise par ma découverte. Très surprise de ce pari fou pris par ces 18 auteurs. Impressionnée aussi par ce qu’ils racontent sur cette fameuse nuit où tout a commencé. Je ne vous en dirai pas plus, je crois que la réponse doit être découverte par chaque lecteur, mais il est clair que ce livre est original et surprenant rien que pour sa forme.

Pour résumer …

Les mots d’une mère sur la perte de son enfant. Sur sa vie trop courte. Sur sa disparition, son absence. C’est beau, triste même si je n’ai pas été bouleversée par ce texte. Cependant, j’ai été pendant tout le livre assez perturbée par l’implication d’AJAR dans ce récit, et je dois dire que les réponses qui nous sont données à la fin du texte sont surprenantes !

Ma note : ★★★★★☆
(14/20)

Publicités

4 réflexions au sujet de « Vivre près des tilleuls • L’AJAR »

  1. Le concept d’écriture collective est très intéressant je trouve. Rien que pour ça je me lancerais bien dans la lecture de ce bouquin, même si je dois dire que le synopsis ne m’attire pas vraiment à première vue. Merci pour cette chronique 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s