Contemporain

Songe à la douceur • Clémentine Beauvais

13900956_676860152471008_1932062920_n

Songe à la douceur n’était pas encore sorti que j’en avais pourtant déjà entendu parler et j’ai eu très envie de m’y plonger à mon tour. C’est d’ailleurs le premier roman de l’auteur que je lis. Un grand merci aux éditions Sarbacane pour cette lecture que j’ai pu lire dans le cadre de la médiathèque où je travaille. Ce roman sera en librairie le 24 août 2016.

Résumé …

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ?

Mon avis …

Un roman écrit en vers, je n’avais jamais lu rien de tel. Je n’ai jamais lu Eugène Onéguine, dont le roman  de Clémentine Beauvais est une adaptation. Tout partait plutôt mal. Et pourtant, j’étais attirée par cette lecture. Parce que je la sentais particulière, et elle l’a été. Je ne vais pas passer par plusieurs chemins : c’est un coup de coeur pour moi. C’est un roman a priori de littérature jeunesse et pourtant, je n’avais jamais lu un roman jeunesse comme celui-ci. Je crois qu’il est destiné tant aux jeunes adultes qu’aux adultes, parce qu’il fait partie de ces romans qui sont un pont entre les âges.

A l’image des personnages qui traversent leur adolescence et qui vont se retrouver à l’âge adulte, le lecteur pourra se retrouver dans cette lecture qu’il soit à la sortie de l’adolescence ou déjà adulte depuis longtemps. Mais à vrai dire, je reste persuadée qu’il parle encore davantage aux personnes de mon âge, qui sont nées au début des années 90. C’est comme si Clémentine Beauvais avait écrit notre adolescence. Les échanges par MSN, le nez plongé dans les livres. Je m’y suis revue. Parce que si cela semble complètement dépassé aujourd’hui, j’ai eu cette adolescence-là.

Il y a cette écriture, en vers, inattendue, perturbante au début, et puis complètement merveilleuse au fur et à mesure de la lecture. On se prend au jeu et c’est comme si ce choix d’écriture rendait l’histoire encore plus belle. Clémentine Beauvais écrit une histoire d’amour moderne d’une façon poétique, un peu à l’ancienne. C’est un exploit rare et surprenant.

« Pourquoi voudrait-on reconnaitre ses pensées
dix ans plus tard
quand le miroir nous montre bien qu’on a changé ?
On place plus haut nos idées
que notre visage, on se dit
qu’elles ne changeront jamais, nos pensées platine,
nos inoxydables promesses
(…)
Là où le présent caresse,
plus tard le passé pince. »

J’ai été très touchée par son texte, par les sentiments qu’elle évoque. Par son analyse de l’adolescence, des premiers sentiments, de l’amour, de la vie, du temps qui passe. Touchée aussi par ce choix de raconter l’histoire sur deux périodes différentes : l’adolescence, l’âge de la rencontre, de ce coeur qui bat fort à la vue de l’autre, et l’âge adulte, où chacun a fait sa vie, sans oublier le passé, mais en ayant avancé. Songe à la douceur est l’histoire d’un amour très fort qui peut sembler inconditionnel, évident. Seulement, l’amour n’est pas l’amour s’il est facile. On peut passer toute une vie à croiser son âme soeur.

13884600_676860002471023_1702534070_n

C’est un livre que j’ai commencé et terminé dans la même journée car je n’ai pas pu le poser. Il y a ce rythme dû au choix d’écriture qui rend la lecture encore plus active, encore plus réelle, comme si on était plongé dans les pensées de chacun, comme si on assistait à un échange de mots, de phrases, sans interruption aucune. Je ne le conseillerai pas aux plus jeunes car il est exigeant dans sa forme et s’adresse par moments à un public un peu plus âgé (notamment parce que l’on retrouve Tatiana et Eugène en tant qu’adultes et que le vocabulaire utilisé peut être par moment un peu cru) mais c’est clairement un roman à découvrir parce que ses particularités en font un roman d’exception.

Pour résumer …

Un roman écrit en vers pour raconter une histoire d’amour à la fois moderne et poétique. C’est très beau, la mise en page est sublime, le choix des mots est superbe. C’est original, inattendu, surprenant. Ca ne ressemble en rien à ce que l’on a pu déjà lire auparavant.

Ma note : ★★★★★★
(19/20)

Advertisements

17 réflexions au sujet de « Songe à la douceur • Clémentine Beauvais »

  1. Le côté histoire en vers me faisait un peu peur au début, non pas que je n’aime pas cette forme, mais je ne voyais pas trop ce que ça pourrait donner sur un gros livre.
    Mais finalement, tu me donnes tellement envie de le découvrir !

  2. Je n’avais jamais entendu parler de ce livre mais tu me donnes vraiment envie de m’y plonger, tu en fais une si belle description ! Je l’ajoute à ma liste de livres à lire de ce pas.

      1. D’accord ! 😊 Merci pour ta réponse ! J’aime beaucoup tes chroniques et ton blog en général (comme beaucoup de personnes ahah mais je voulais le dire)

  3. Tout le monde a l’air intriguée par cette lecture et moi, pas du tout ^^
    En fait, j’aime beaucoup la romance mais je n’accroche pas aux récits écrit en vers :-/
    Du coup, je sens que ce roman ne me plaira et préfère passer mon tour 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s