Contemporain

Les jours d’après • Kristin Harmel

14171996_692363060920717_112919502_n

Kristin Harmel est une auteur que je connais déjà puisque j’avais lu L’heure indigo en 2014, un roman qui avait été un coup de coeur. Je surveillais donc la sortie de son nouveau roman depuis plusieurs mois et je suis très heureuse d’avoir pu le lire. Merci à Milady de me l’avoir envoyé.

Résumé …

Après la mort subite de son mari il y a plus de dix ans, Kate Waithman n’espérait jamais être assez chanceuse pour retrouver de l’amour dans sa vie. Mais désormais, elle est en train de planifier sa seconde descente de l’allée, vers un homme parfait. Alors pourquoi n’est-elle pas plus excitée ? Au début, Kate pense que son manque de sommeil est dû au stress. Mais quand elle commence à voir Patrick, son ancien mari, dans ses rêves, elle se demande si elle est vraiment prête à tourner la page. Est-ce que Patrick essaie de lui dire quelque chose ? Tentant de naviguer entre rêve et réalité, Kate doit découvrir le message caché de son mari. Sa quête la mène dans une classe de langage des signes et dans le système favorisé de New York City, où elle découvre des récompenses plus grandes que ce qu’elle aurait pu imaginer.

Mon avis …

J’ai lu ce roman dès que je l’ai reçu car je l’attendais depuis si longtemps que je ne pouvais plus attendre pour m’y plonger. J’étais consciente que ce roman n’aurait rien à voir avec le précédent, notamment parce que le thème n’est pas le même, et je n’avais aucune intention d’effectuer une comparaison. Pourtant, j’avoue avoir été surprise que ces deux histoires soient à ce point éloignées l’une de l’autre, comme si deux auteurs différentes les avaient écrites. Et il est certain que Les jours d’après est un roman qui m’a beaucoup moins émue que L’heure indigo.

J’aime toutefois beaucoup ce genre d’histoires entre la chick-lit et le roman contemporain, et j’étais curieuse de connaître le personnage de Kate et sa vie suite au décès de son mari. Très rapidement, nous découvrons qu’elle se réveille parfois dans sa vie d’avant, à l’époque actuelle pourtant. Elle rêve que son mari n’est jamais mort, qu’ils ont eu une fille, qu’ils sont toujours heureux et amoureux. Et puis, elle se réveille, dans la « vraie vie », celle qu’elle partage avec Dan, son fiancé. Ces rêves plus vrais que nature se répètent quasiment chaque nuit et ils ont la particularité de paraître très réels, mais aussi de lui apprendre des choses qu’elle ignorait, et qui se confirment pourtant bien souvent une fois qu’elle se réveille et qu’elle s’interroge et enquête à leur sujet.

Il y a donc une petite touche de surnaturel dans ce roman, qui ne trouve pas de réelle explication d’ailleurs, et en cela, l’histoire m’a un peu rappelée Merci pour les souvenirs, de Cecelia Ahern. Je suis rarement convaincue par ce genre d’éléments inexplicables, et là encore, je n’ai pas spécialement apprécié cette partie du récit. Comme si l’histoire manquait un peu de réalisme. Kristin Harmel évoque le deuil, la perte, la difficulté d’avancer en acceptant d’être aimé et d’aimer à nouveau. C’est un sujet qui m’a touchée et je n’ai pu qu’imaginer la douleur de Kate, même douze ans plus tard, en continuant à vivre avec l’absence de son mari.

Ses rêves, bien que difficiles à expliquer, l’aident pourtant à trouver un sens à sa vie, à réaliser ce dont elle a besoin, ce qui la rend heureuse, et elle va alors s’investir auprès d’enfants malentendants. L’auteur décrit énormément le langage des signes, au point que j’ai eu envie de l’apprendre moi aussi. On sent qu’elle a fait beaucoup de recherches pour enrichir son roman à ce niveau-là, et il est clair que cet aspect prend une place importante dans l’histoire.

J’ai donc trouvé le roman assez touchant, la fin émouvante et l’histoire originale, mais elle m’a semblée être trop longue et tourner en rond, comme si le roman était très répétitif au final. Je n’ai pas vraiment été captivée du début à la fin, et je ne peux donc m’empêcher d’être un peu déçue de ne pas avoir été emportée par cette nouvelle lecture de Kristin Harmel, ce qui ne m’empêche évidemment pas d’être curieuse de lire son prochain roman.

Pour résumer …

Les jours d’après, un roman entre la chick-lit et le contemporain, sur le deuil et la difficulté d’accepter de retrouver le bonheur sans oublier la personne disparue. Un roman touchant, original avec une touche de surnaturel, mais un peu long et répétitif à la lecture.

Ma note : ★★★★☆☆
(13/20)

Publicités

3 réflexions au sujet de « Les jours d’après • Kristin Harmel »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s