BD Adulte

Juliette : Les fantômes reviennent au printemps • Camille Jourdy

14193632_695513410605682_631037712_n

J’ai découvert Camille Jourdy il y a peu de temps avec sa trilogie Rosalie Blum que j’ai beaucoup aimée. C’est donc sans aucune hésitation que j’ai emprunté Juliette, sa nouvelle BD, à la médiathèque.

Quel plaisir de retrouver le charme des dessins de Camille Jourdy. Elle a un style qui se reconnait entre tous. Je ne sais pas si cela m’a frappé parce que j’ai lu de façon très proche Rosalie Blum et Juliette mais j’ai trouvé que son style avait énormément évolué. Certaines planches sont tout simplement époustouflantes de beauté et j’ai été vraiment impressionnée par les couleurs, la précision des dessins, leur réalisme aussi. C’est comme admirer un tableau où chaque détail a son importance.

m

Même si on constate une évolution, on remarque toutefois l’identité des oeuvres de Camille Jourdy. Ces petites scènes de vie qui s’enchainent, qui nous font sourire et qui semblent tellement ancrées dans la réalité qu’elles nous parlent immédiatement. Lire du Camille Jourdy, c’est un peu comme voir le reflet de sa propre vie. Elle nous propose des personnages haut en couleur, souvent avec un petit grain de folie, des corps généreux, des petits complexes, des angoisses inexplicables, des plaisirs cachés.. fidèles à la réalité de ce que chacun d’entre nous peut être.

l

Juliette est une BD qui se savoure et elle ne se lit pas en quelques minutes comme cela peut être souvent le cas. On sent un travail très conséquent derrière, des dessins très recherchés, une histoire complète que l’on prend beaucoup de plaisir à lire page après page. On s’attache à Juliette et à tout ce petit monde qui l’entoure, ses rencontres mais aussi sa famille qui, parfois, est un peu encombrante mais qui est pourtant terriblement touchante.

J’ai donc été convaincue une nouvelle fois et je suis certaine que Camille Jourdy a encore beaucoup à écrire et à dessiner, à raconter. Parce qu’elle écrit et dessine la vie et que celle-ci est un sujet inépuisable. Et parce qu’elle a une façon bien à elle de lui donner un peu de poésie et de la rendre plus douce et belle encore.

Pour résumer …

Ce fut vraiment un joli voyage dans un monde de poésie dans lequel on perçoit presque le chant des oiseaux. C’est ce mélange entre réalisme et poésie qui est si charmant chez Camille Jourdy et qui nous assure à chaque lecture une évasion et un doux plaisir teinté d’une touché de mélancolie.

Ma note : ★★★★★☆
(17/20)

Advertisements

5 réflexions au sujet de « Juliette : Les fantômes reviennent au printemps • Camille Jourdy »

  1. Je viens de découvrir Camille Jourdy cette semaine, en empruntant le premier volume de Rosalie Blum à la médiathèque (je l’ai lu hier, je suis « en manque »!). J’ai vraiment vraiment hâte de terminer « Rosalie Blum » puis de me plonger dans « Juliette ». Je vais donc très vite les emprunter, mais je sais que c’est le genre de livre que j’ai très envie d’avoir pour moi dans ma bibliothèque, pour pouvoir m’y replonger de temps en temps, les dessins sont si beaux, si doux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s