Témoignage / Biographie

Nos 14 novembre • Aurélie Silvestre

15577529_757528057737550_273141094_n

J’ai repéré ce titre bien avant sa sortie puisqu’à l’image de Vous n’aurez pas ma haine, d’Antoine Leiris, il me semblait très important de le lire. Merci énormément à JC Lattès pour l’envoi de ce livre.

Résumé …

« C’était un vendredi, la vie était belle ». Le cauchemar est arrivé un soir de novembre sans crier gare et la vie d’Aurélie ne sera plus jamais comme avant. Matthieu avait prévu de rentrer tôt après le concert d’Eagles of Death Metal. A 21h46, il lui envoie son dernier texto : « ça, c’est du rock ». Quelques secondes plus tard, les terroristes entrent au Bataclan et font basculer des dizaines de familles dans l’horreur. Matthieu ne reviendra pas. Aurélie, au moment du drame, est mère de leur fils de trois ans et enceinte de cinq mois. Entre deuil et naissance, le livre raconte, d’un automne sanglant à un printemps layette, le combat invisible et émouvant d’une jeune femme qui ne veut pas renoncer à l’énergie, à la joie et au bonheur. Comment préparer une naissance lorsque l’on pleure le père de l’enfant à venir ? Comment rebondir quand tout vous assigne au statut décourageant de victime ? En partant de photos qui disent la quotidienneté de l’absence et la puissance de la vie qui s’accroche, elle témoigne de ce que fut une histoire d’amour assassinée et de ce que sera sa famille, amputée mais debout. Quand la vraie vie ressemble à une tragédie où la mort et la vie se livrent un combat féroce.

Mon avis …

Il y a de ces textes que l’on commence et que l’on se doit de terminer dans la journée. Parce que les mots sont si forts, l’émotion si intense, qu’il semble impensable de le laisser de côté même quelques heures. J’ai été bouleversée par cette lecture, profondément émue par l’écriture d’Aurélie Silvestre et sa façon de raconter Matthieu, l’homme de sa vie.

Ce récit est évidemment très personnel, à l’image d’un journal intime. Il revient sur l’avant, le pendant et l’après. Les souvenirs des heures ayant précédé la séparation, l’inquiétude lors de la diffusion dans les médias français des attentats dans Paris, et la brutale descente aux enfers lorsque Matthieu apparaît parmi la liste des personnes décédées. Le livre est parsemé de photos prises sur le vif, dans les moments où Aurélie traverse l’épreuve de l’absence de Matthieu. Mais pas seulement. Il y a également énormément de traces de sa présence dans ce récit. En cela, c’est un peu comme s’il était toujours là.

Je ne sais pas si c’est parce que je suis moi-même une femme mais j’ai ressenti les mots d’Aurélie au plus profond de mon être et de mon âme. J’ai pleuré sans pouvoir m’arrêter face à sa douleur, à sa solitude, à ce bébé qui grandit en elle. Car la vie continue. C’est également ce qui ressort de ce livre. Par le biais de Gary, petit garçon qui doit comprendre l’absence de son papa et le fait qu’il ne reviendra pas, mais aussi par la venue de Thelma, encore dans le ventre de sa maman le 13 novembre. Quelques mois plus tard, la vie viendra prouver qu’elle continue, que l’on survit malgré tout. Ce sont aussi les questionnements d’une maman qui traversent ce livre. Une femme qui doit faire le deuil de son amour, mais qui doit aussi avancer pour ses enfants. Qui doit être présente auprès d’eux, pour combler ce vide qu’ils ressentiront. Qui tente de trouver les mots, de leur permettre de toucher le bonheur du doigt chaque jour, quand bien même la tristesse les assaille bien souvent.

Avant tout, ce texte est un hommage à l’amour qu’Aurélie et Matthieu se sont portés. Il raconte leur rencontre, leurs débuts difficiles, leur vie commune à apprivoiser et puis l’indestructible volonté de construire une famille, ce sentiment qu’ils forment un tout, qu’ils ne peuvent plus imaginer le futur l’un sans l’autre. C’est extrêmement fort et bien entendu très douloureux de lire ces mots en sachant que Matthieu n’est plus là. Mais c’est aussi magnifique de lire tout ce qu’il était et ce qu’ils ont vécu ensemble, ainsi que tout l’amour qu’il laisse derrière lui.

Pour résumer …

Un magnifique texte qui m’a bouleversée et que j’ai vécu de façon si intense que j’ai été obligée de le lire d’une seule traite. Aurélie Silvestre a écrit un magnifique hommage à l’homme qu’elle a aimé et ce récit contient une véritable force qui nous prouve que la vie continue et qu’elle peut, malgré tout, nous émerveiller chaque jour.

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

Advertisements

12 réflexions au sujet de « Nos 14 novembre • Aurélie Silvestre »

  1. J’ai également été très touchée par ce livre, comme je l’ai été par celui d’Antoine Leiris. Des livres que l’on oubliera pas, car ils ont une résonance si particulière au fond de nous…

    As-tu d’autres ouvrages « récit de vies » à me conseiller ? J’avais également beaucoup aimé Journal d’un vampire en pyjama…

    Je te remercie 🙂 !

    1. Bonjour, oui bien sur. Je te conseille Maligne, Camille mon envolée, Les mots qu’on ne me dit pas, Et tu n’es pas revenu, Wave, Nuit de septembre. Ils sont tous bouleversants. Je compte lire Journal d’un vampire en pyjama également. A bientôt !

  2. Je viens tout juste d’ajouter le livre d’Antoine Leiris à mes prochaines lectures, parce que j’en ai beaucoup entendu parler. Ce sont des récits très touchants, et j’aimerais beaucoup lire celui ci également.

  3. Il était déjà dans ma WL, mais là, j’ai encore plus envie de le lire. C’est horrible, l’accumulation de tous ces témoignages, mon Dieu… on ne devrait pas connaître ça… mais c’est tellement important de les lire, je trouve. ❤

  4. Beaucoup d’émotions dans ta chronique. Je n’ose imaginer le puissance de ce texte… Peut-être trop pour que je parvienne à le lire maintenant. Peut-être plus tard, quand le temps aura passé un peu de baume sur les plaies…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s