Contemporain

La voix cachée • Parinoush Saniee

image

Parinoush Saniee est une auteur que j’ai découverte en 2015 avec son roman « Le voile de Téhéran » que j’avais trouvé passionnant. Il était évident que je serai au rendez-vous pour ses prochaines parutions et je remercie les éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce nouveau titre, paru en janvier.

Résumé …

À quatre ans, Shahaab ne parle toujours pas. Pourquoi ? Personne ne le sait. Protégé par sa mère, Shahaab n’a pas conscience de sa différence et vit heureux. Puis il découvre que tout son entourage, y compris son père, le prend pour un idiot. Son monde de paix et d’harmonie s’écroule. Mais il est petit, il est mutique. Comment faire face à la violence psychologique dont il est victime ? Impuissant à se faire comprendre, submergé par une rage intense, il devient un véritable démon et commet les pires bêtises. Une histoire vraie racontée par Shahaab devenu adulte. Deux voix se mêlent et se répondent : celle de Myriam face aux difficultés de son fils, à la dureté de son époux et à la malveillance de sa belle-famille ; celle de l’enfant contraint d’affronter un monde qui lui est hostile.

Mon avis …

Avec « La voix cachée », Parinoush Saniee a choisi d’écrire sur un thème difficile et particulier : celui du mutisme chez les enfants. J’ai été surprise en me plongeant dans ce titre de découvrir à quel point il était différent de son premier roman et c’est quelque chose que j’ai su apprécier. Parce que c’est en quelques sortes une prise de risque que l’on observe rarement dans les seconds romans.

Shahaab est un petit garçon qui n’a pas dit un mot depuis sa naissance. Chaque jour, il fait face aux moqueries de sa famille, de son entourage. Au rejet de son père. Seul l’amour inconditionnel de sa mère est là pour lui faire prendre conscience de sa valeur, peu importe sa différence. Il est très perturbant d’entrer dans l’esprit de ce garçon qui s’exprime par « nous », qui cohabite avec deux « amis imaginaires » et qui agit bien souvent de façon dangereuse voire impulsive. Qui utilise des moyens détournés pour se faire entendre, à défaut de parler. Petit à petit, nous apparaissent les failles de son éducation, du comportement de ses proches qui, au lieu d’aider Shahaab à aller mieux en tentant de comprendre les raisons de son mutisme, l’enfoncent bien davantage dans son silence.

Ce petit garçon est touchant dans ses différences. Personne ne perçoit autour de lui sa richesse intérieure mais, au contraire, chacun pointe du doigt ce que leur apparaît comme « étrange ». A force d’entendre dire qu’il est « débile », Shahaab va construire son enfance autour de cette idée qu’il est la honte de sa famille et plus spécifiquement de son père, qu’il n’appelle d’ailleurs jamais autrement que par « le père de mon frère ». Se rendre invisible, voilà le moyen qu’il trouve pour exister tout en s’excusant presque d’être né. Ce garçon intelligent et en recherche d’amour est assez bouleversant que ce soit par ses cris d’amour silencieux ou par le rejet qu’il subit au quotidien.

Chaque parent éduque ses enfants différemment et nulle doute qu’il n’est jamais aisé de traiter chacun de ses enfants de la même manière exactement. Il est sans doute difficile de percevoir leurs capacités, de différencier leurs handicaps de leurs caprices. Pourtant, chaque parole, chaque mot, chaque geste d’un père ou d’une mère impactera la vie de ses enfants. L’aspect psychologique du roman est très prononcé et c’est en cela qu’il est intéressant. Autour de Shahaab, c’est toute la société iranienne que Parinoush Saniee continue à décrire, et notamment la place respective des hommes et des femmes, mais également les contrôles et interdictions quotidiens qui empoisonnent les vies de tous, notamment par le biais de la police de moralité qui surveille chaque iranien. Il y a beaucoup d’éléments passionnants dans ce nouveau roman de l’auteur, et d’autant plus parce que les sujets sont moins évidents et bien plus difficiles à appréhender.

Pour résumer …

Une vraie surprise car Parinoush Saniee n’est pas là où on l’attendait avec son second roman bien différent du premier. Beaucoup plus centré sur la psychologie, elle écrit sur le mutisme d’un enfant et les choix contestables qu’ont pu faire ses parents dans son éducation. Un très beau roman complexe et fort sur l’enfance, l’éducation et l’amour familial.

Ma note : ★★★★★☆
(17/20)

Publicités

10 réflexions au sujet de « La voix cachée • Parinoush Saniee »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s