Contemporain

Un collectionneur allemand • Manuel Benguigui

image

Ce livre m’a récemment été conseillé et j’ai donc été curieuse de le découvrir. Il s’agit d’une récente parution de janvier et j’ai été très heureuse que l’on me l’ait prêté pour que je puisse m’y plonger à mon tour.

Résumé …

« De son plus jeune âge, Ludwig fut absorbé par l’art. Il vivait par les oeuvres, pour les oeuvres, et rien d’autre. Leur vision, leur vision seule et simple lui tenait lieu de nourriture fondamentale. Principalement les tableaux, toiles et panneaux. Ludwig se contrefichait de la Terre et de ses habitants. Il n’aimait que l’art, il ne voyait que cela, et pas les hommes derrière. C’est tout juste si les artistes y sauvaient leur peau. L’humanité ne l’intéressait pas, il ne voulait en voir que les créations ». Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Ludwig, officier de l’armée allemande, est en poste à Paris dans un service dévolu à la confiscation des oeuvres d’art, où il excelle. Protégé par Goering, lui-même collectionneur compulsif, il attise les jalousies. Mais Ludwig ne déroge pas à sa mission, mû par une exigence et une intransigeance esthétiques qui l’éloignent de plus en plus du monde des hommes. Pourtant, le jour où il croise Lucette, quelque chose en lui vacille. Pour la première fois de sa vie, il est ému par un visage et un corps de chair.

Mon avis …

C’est toujours un grand plaisir pour moi de lire un roman qui situe son intrigue pendant la seconde guerre mondiale. Élément encore plus intéressant : ce livre traite de la spoliation d’œuvres d’art par le régime nazi. Je n’avais, je crois, pas encore approfondi ce sujet dans mes lectures donc ce fut une vraie bonne surprise que de lire ce roman. L’auteur choisit de l’aborder par le biais d’un personnage très particulier : Ludwig. Cette homme possède des capacités hors du commun : celles de pouvoir vivre les œuvres, les respirer, y pénetrer. Il repère d’un coup d’œil le Beau et entame de véritable dialogues avec les œuvres d’art. Ce fut la véritable originalité de ce roman. On en vient à envier cette capacité qu’il a de pouvoir percevoir de cette façon les oeuvres d’art en tous genres. Comme s’il vivait en elles, comme s’il les comprenait.

Pourtant, cet homme est un peu en décalage avec le reste du monde, du fait de sa particularité justement. Il ne vit que pour les oeuvres, sans souhaiter développer sa vie sociale. Pour lui, rien d’autre ne compte. Il aimerait vivre dans un musée en permanence. Tout le reste n’est que perte de temps. Lorsque les nazis entreprennent de réquisitionner et d’enlever les oeuvres d’art qu’ils jugent importantes, Ludwig voit là une façon de lier l’utile à l’agréable. Pour lui, son rôle dans cette entreprise est l’évidence même. Et, en effet, il va très rapidement occuper une place de choix dans ce mouvement. Il réussit à trouver, comme aucun autre, des oeuvres dissimulées, depuis longtemps disparues.. Il en vient même à souhaiter confisquer des oeuvres à des personnes non-juives. Il s’investit tellement que cela dépasse les seules motivations des nazis. Il va même plus loin qu’eux, puisque pour lui, seules les oeuvres comptent, sans le motif présent derrière.

C’est un personnage que j’ai eu des difficultés à apprécier. Il m’a semblé assez arrogant et détestable dans ses pensées, ses comportements. Comme s’il se sentait supérieur à tous les autres. Comme si lui seul savait. Autre aspect qui m’a dérangé : l’écriture. Elle est très froide, descriptive, et elle impose une distance avec l’histoire qui m’a empêché de ressentir des émotions. Je n’ai pas vécu ce roman comme j’aurais aimé le vivre. J’aurais souhaité être transportée par les oeuvres, comprendre Ludwig et ses émotions. Le choix narratif m’en a privée. C’est donc un roman qui possède beaucoup d’aspects très intéressants mais qui n’a pas su me toucher comme je l’aurais espéré.

Pour résumer …

Ce roman m’a permis de percevoir l’ampleur des spoliations d’oeuvres d’art par les nazis et son personnage principal étonne forcément par ses capacités hors du commun dans sa relation aux oeuvres. J’ai pourtant été gênée par le choix narratif qui m’a empêchée de ressentir les émotions espérées.

Ma note : ★★★☆☆☆
(09/20)

Advertisements

9 réflexions au sujet de « Un collectionneur allemand • Manuel Benguigui »

  1. En effet, le sujet est original et intéressant, dommage que l’écriture soit trop froide. Peut-être est-ce fait exprès, pour rendre l’impression que donne finalement le personnage principal? Je crois que comme toi, j’aurais aimé mieux comprendre les émotions qu’il ressentait devant les tableaux…merci pour cet avis, je ne connaissais pas ce livre.

  2. Une question me brûle les lèvres depuis quelques temps, COMMENT FAIS-TU POUR LIRE AUTANT DE LIVRES ??? Depuis le début de l’année, je n’ai lu que 3 livres (la saga Hunger Games) et là je suis à la moitié de mon 4e livre ! Quel est ton secret Ahahahah ? 😂😘

      1. Ahhhhhhhh d’accord ! C’est vrai que même si ce n’est que 10min par-ci par-là, on avance quand même ! Mais moi quand je lis j’ai vraiment beaucoup de mal à m’arrêter ahahah 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s