Contemporain

Un clafoutis aux tomates cerises • Véronique de Bure

Quand quelqu’un à qui l’on tient nous offre un livre qu’il a aimé, c’est toujours un cadeau précieux. Je remercie énormément mon amie Livres de Filles de m’avoir offert ce roman pour mon anniversaire.

Résumé …

Au soir de sa vie, Jeanne, quatre-vingt-dix ans, décide d’écrire son journal intime. Sur une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l’hiver, d’événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis plus de soixante ans dans l’Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches. La liberté de vie et de ton est l’un des privilèges du très grand âge, aussi Jeanne fait-elle ce qu’elle veut et ce qu’elle peut : regarder pousser ses fleurs, boire du vin blanc avec ses amies, s’amuser des mésaventures de Fernand et Marcelle, le couple haut en couleurs de la ferme d’à côté, accueillir pas trop souvent ses petits-enfants, remplir son congélateur de petits choux au fromage, déplier un transat pour se perdre dans les étoiles en espérant les voir toujours à la saison prochaine… Un clafoutis aux tomates cerises, le plus joli roman sur le grand âge qui soit, traite sans fard du temps qui passe et dresse le portrait d’une femme qui nous donne envie de vieillir.

Mon avis …

Si vous cherchez de l’action, ce livre n’est pas fait pour vous. Il décrit les journées, saison après saison, de Jeanne, une vieille dame de 90 ans. Les journées se ressemblent, et pourtant … Le talent de l’auteur est de rendre chacune d’entre elle spéciale, unique et précieuse. J’ai adoré ce roman, je l’ai dévoré comme j’aurais dégusté un bon clafoutis. Il y a de la tendresse dans l’écriture de Véronique de Bure. Un amour des personnes âgées, aussi.

C’est un roman plein d’humour, de douceur, de bienveillance. Ce fut un petit régal et je n’avais pas envie d’en venir à bout, car je me sentais bien en le lisant. J’ai ressenti tellement d’affection pour Jeanne, et je pense que je penserai souvent à ce roman quand ma route croisera celle de personnes âgées. On voit les choses différemment après avoir lu ce livre, je pense. Des petits détails qui semblent sans importance nous sembleront avoir un sens nouveau. On apprend à se mettre à leur place, à comprendre ces aînés qui portent un regard souvent perplexe sur les évolutions de la société, les nouvelles technologies et cette vie qui va « à toute vitesse », au rythme des réseaux sociaux.

Le quotidien de Jeanne est fait de petites choses. C’est sa routine, ce qui la rassure et lui permet de se sentir bien. Des journées qui peuvent sembler répétitives mais qui lui sont nécessaires pour passer le temps. Recevoir le Figaro, faire ses mots croisées, ramasser ses légumes dans son jardin, attendre son aide ménagère, rejoindre ses amies pour une partie de bridge, lire quelques pages d’un roman, prendre la route pour quelques kilomètres, attendre ses enfants. Ses journées sont aussi faites de petits problèmes qu’elle ne peut pas résoudre seule : sa télé qui affiche « de la neige », son réveil qui se met soudainement « à clignoter rouge », ses petits oublis quotidiens que ses enfants lui reprochent…

On comprend que bien qu’elle soit seule, Jeanne apprend à aimer cette solitude, à porter un regard apaisé sur la vie et sur son départ qui approche. Personne ne peut être éternel et arrive un jour où les personnes qui nous accompagnaient disparaissent les unes après les autres. Il devient alors de plus en plus difficile d’apprivoiser le temps qui passe. Jour après jour, Jeanne prend de l’âge. Il y a des jours avec et des jours sans. Page après page, on sent pointer une mélancolie du passé, des difficultés à se projeter dans l’avenir. Je crois que Véronique de Bure a retranscrit avec le plus de justesse possible ce que l’on peut ressentir lorsque l’on atteint l’âge de 90 ans. On repense forcément à nos grands-mères ou arrières-grands-mères en lisant les écrits de Jeanne. C’est un roman que je ne peux que vous recommander, du plus profond de mon coeur.

Pour résumer …

Véronique de Bure raconte avec justesse, bienveillance et tendresse ce qu’est la vieillesse au quotidien par le biais du journal attachant de Jeanne. C’est un petit bonbon à la fois drôle et mélancolique qui nous permet de sans doute mieux comprendre les personnes âgées et ce qui fait leurs journées. Une magnifique découverte que j’ai savouré page après page.

Ma note : ★★★★★★
(19/20)

Publicités

7 réflexions au sujet de « Un clafoutis aux tomates cerises • Véronique de Bure »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s