Témoignage / Biographie

Lait et miel • Rupi Kaur

J’ai acheté ce livre en anglais il y a plusieurs mois. C’est l’un des rares livres que j’ai acheté en VO avec l’intention de le lire. J’en avais lu la moitié, j’ai été bousculée, et puis il est sorti en français et je l’ai alors relu, avec la volonté de juger de la traduction de ce texte si particulier. Merci à Charleston pour l’envoi de ce livre en avant-première. Il sortira le 22 septembre en librairie. Il est certain que ce titre s’éloigne complètement de leur ligne éditoriale habituelle, mais c’est une très bonne surprise de le voir être publié chez cette maison d’édition, puisque ce qui est au centre de ce texte, c’est la femme, et pour cela, il y a une certaine cohérence tout de même puisque Charleston les met à l’honneur depuis sa création.

Résumé …

Un ensemble de poèmes en prose invitant le lecteur à naviguer à travers les moments les plus amers, mais également doux de l’existence.

Mon avis …

En ouvrant ce livre en français, j’attendais sa traduction au tournant, et je n’ai pas été déçue. Je la trouve parfaite, et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’alternerai des citations en VO et en VF, afin que vous puissiez juger par vous-même de l’égale puissance des mots, peu importe la langue dans laquelle ils sont exprimés. Ce livre et ces poèmes sont la preuve que par quelques mots, rares et précieux, un texte peut avoir un réel impact. Un réel sens. Ce livre contient si peu de mots, et pourtant, il est comme une bombe qui explose. C’est un texte sur la souffrance, la difficile construction de soi lorsque l’on a été abusée, rabaissée. Il faut être prêt pour lire un tel texte. Il peut choquer, bousculer, déranger. Mais, pour ma part, il m’a simplement énormément touchée.

« si tu n’es pas assez pour toi-même
tu ne seras jamais assez
pour quelqu’un d’autre »

C’est comme une thérapie, par des dessins et quelques poèmes, un cri lancé dans la nuit, dans la pénombre. Un cri qui exprime l’envie de s’en sortir, de se débarrasser de toutes ces plaies qui tapissent le coeur et le corps. Ce livre est sombre. Les poèmes racontent le viol, le fait d’être une femme face à des hommes violents, qui souhaiteraient une femme soumise et silencieuse. Le fait d’être une fille, née sans savoir se défendre, sans savoir ce qui est normal ou même juste. Une fille abusée, violée, violentée, trompée. Une fille qui ne sait pas comment se lier à son père, comment communiquer avec lui. Une fille qui n’a jamais été respectée, qui a été éduquée ainsi.

« i am your daughter. i know the small talk is the only way you know how to tell me you love me. cause it is the only way i know how to tell you »

L’éducation est également au centre du livre. L’alcoolisme des parents, la transmission de valeurs qui dénigrent la femme. Qui la rabaissent. L’absence de parents, de présence, de réconfort, de soutien. Il y a la souffrance intérieure, le fait d’être salie, brisée intérieurement, et la peur qui s’en suit. L’impossibilité de faire confiance, d’aimer, de s’offrir à quelqu’un sans avoir peur d’être à nouveau abusée. Et pourtant, il y a aussi de l’espoir dans ces poèmes. Parce qu’un jour, on rencontre quelqu’un qui nous fait ressentir que nous sommes la chose la plus importante au monde. Quelqu’un qui nous fait nous sentir en sécurité. Qui nous aime.

« i’ve had sex she said
but i don’t know
what making love
feels like »

Celui qui a aimé, été trompé, a vécu des violences physiques ou encore une séparation, saura se reconnaitre dans les mots de l’auteur. Je trouve qu’elle arrive avec une justesse extraordinaire à reproduire nos émotions les plus profondes, les plus intenses aussi. C’est tout à la fois un livre qui est un cri de survie qu’une lettre d’amour enflammée. Les émotions y sont à vif. Le corps saigne autant qu’il vit d’amour, de désir. On les entend pleurer et parfois on les sent respirer. On assiste à tout cela dans un même livre et c’est incroyable.

« i’m learning how to love him by loving myself »

Il y a un souffle de féminisme dans ce livre, dans lequel l’auteur transmet l’importance qu’elle juge de s’accepter soi-même, de s’aimer tel que nous sommes. De faire ses choix en toute liberté, de ne pas vivre à travers le regard des autres. De faire ce qui nous plait, à nous-même. Parce qu’on a une seule vie, et il faut la vivre pour soi.

« je ne suis pas partie parce que
j’ai cessé de t’aimer
je suis partie parce que
plus je restais moins
je m’aimais »

On sent le coeur saigner à travers les mots. J’ai rarement lu des textes aussi forts que celui-là. Il dénonce si fortement le viol sous toutes ses formes, il est tellement féministe, c’est si inspirant. Il fait mal mais il est si important. Pour que toutes les femmes puissent s’y retrouver et réaliser qu’elles ne doivent rien à personne et que leur corps leur appartient. Qu’elles sont importantes et que personne n’a le droit de leur faire croire le contraire.

« tu n’étais peut-être pas mon premier amour
mais tu étais l’amour qui a rendu
toutes les autres amours
insignifiantes »

Je pourrais relever en citation chaque poème de ce livre tant ils m’ont tous touchée en plein coeur. J’ai juste une chose à lire : lisez-le. C’est beau mais aussi violent. On vit littéralement à travers chaque mot. Que ce soit des agressions sexuelles, l’amour profond d’un enfant à sa mère, le désir absolu de deux corps, l’acceptation de soi. C’est un livre qui ne ressemble à aucun autre. Chaque mot est sublimé par les dessins magnifiques qui les illustrent.

« nos dos
racontent des histoires
qu’aucun livre
n’a le courage
de porter
– femmes de couleur »

 

Pour résumer …

Ce recueil de poèmes est à mes yeux une révélation. Il est d’une beauté rare et d’une violence sans filtre. Illustré de somptueux dessins tout en simplicité, il raconte les violences et abus sexuels, le désir et l’amour, l’épanouissement, la rupture, l’acceptation de soi. C’est extrêmement féministe tout en étant brutal et cru. Sa lecture laisse des traces profondes en nous, et il semble tout simplement indispensable.

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

Publicités

6 réflexions au sujet de « Lait et miel • Rupi Kaur »

  1. Je ne suis pas du tout poésie et quand j’ai lu ce recueil, je ne me qualifiais pas de féministe non plus. Cependant, il a attiré ma curiosité car il revenait souvent sur les Tumblr littéraires, sur Instagram, dans les librairies irlandaises que je fréquentais où il était constamment mis en avant. J’ai fini par craquer et, tout comme toi, ce fut la révélation.

    Je n’ai jamais lu un texte aussi fort, aussi inspirant. Souvent, peut-être trop, j’ai l’impression qu’elle mettait des mots sur ce que je pouvais ressentir. Je me suis sentie proche d’elle, comme une amie, une soeur parfois. C’est un recueil à mettre entre toutes les mains et j’ai déjà commencé à le faire, notamment en commençant par ma petite soeur de dix-neuf ans qui a aussi fait circuler son exemplaire.

    Elle va bientôt sortir un deuxième recueil et je serai bien évidemment au rendez-vous !

  2. Ce livre ne quitte jamais ma table de chevet ! J’aime beaucoup son style d’écriture, épuré et bouleversant. J’attends son nouveau recueil avec impatience !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s