Mon métier de bibliothécaire

Le jour où j’ai osé faire de ma passion mon métier

Vous l’aurez sans doute compris depuis cinq années que je tiens ce blog mais je me dévoile rarement de façon personnelle. Je raconte peu ma vie, mon métier, mon quotidien. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous raconter comment j’ai un jour décidé de modifier le cours de ma vie, par une décision difficile mais nécessaire. Lorsque Cache-Cache m’a demandé de me dévoiler dans le cadre de leur campagne Viser Haut, mettant à l’honneur des femmes ayant fait de leur passion leur métier, je me suis sentie concernée et j’ai donc accepté de vous raconter ce jour où j’ai pris une décision qui allait changer ma vie.

Des études « par défaut »

Vous le savez peut-être, j’exerce le métier de bibliothécaire. On me demande souvent comment j’ai choisi ce métier, les étapes pour y arriver et mon expérience personnelle à ce sujet. Ce n’est pas une décision qui s’est imposée d’elle-même puisqu’à la sortie du bac, j’ai intégré une Fac de Droit pendant 5 ans. Oui, j’ai bien un master en droit, spécialité judiciaire et pénal. Rien à voir avec le monde du livre, vous le constaterez.

Choisir de tout plaquer pour recommencer autre chose est une décision difficile. Souvent mal comprise. Pourtant, dans la vie, il faut savoir oser prendre des risques. En avançant dans mes études de droit, je me rendais compte que je ne m’épanouissais absolument pas. Même si certaines spécialités me passionnaient, je n’arrivais pas à me projeter dans le futur, dans un métier concret. Je ne me voyais surtout pas évoluer dans cet univers très spécifique au droit, où je ne retrouvais pas mes propres valeurs. Les années passaient, je poursuivais mes études, et aucun projet précis ne me semblait évident.

Sac à main : Cache-Cache

L’ouverture de mon blog

C’est à ce moment-là que j’ai décidé d’ouvrir mon blog. La lecture et ce nouveau projet ont été pour moi une bulle de bonheur absolu. Des moments précieux qui me rendaient heureuse. Parler de livres, suivre l’actualité éditoriale, me rendre à des salons, des rencontres d’auteurs, échanger sur mes lectures avec d’autres lecteurs, voilà qui me faisait vibrer. Chaque jour, je passais des heures à lire, à écrire, à penser mon blog et à le faire évoluer.  J’avais alors sous mes propres yeux ce que je voulais faire de ma vie : travailler dans les métiers du livre. Qui a dit qu’une passion ne pouvait pas également devenir un métier ?

Oser tout recommencer

J’ai alors commencé à me renseigner. La blogosphère m’a permis de rencontrer d’autres passionnés de littérature, et de constater que beaucoup d’entre eux exerçaient un métier proche des livres : édition, librairie, bibliothèque… Sur les conseils de certaines d’entre elles (Coucou Eloo!), j’ai pris connaissance de certaines formations et reconversions professionnelles possibles. Je ne savais pas réellement ce dont j’avais envie exactement car tous les métiers proches des livres pouvaient potentiellement beaucoup me plaire, mais je savais une chose : je voulais évoluer dans ce milieu. J’en étais certaine, je devais changer ma vie dès maintenant. Prendre cette décision avant qu’il ne soit trop tard. Eviter de perdre plus de temps que nécessaire. Il n’est pas facile, loin de là, de tirer un trait sur cinq années de sa vie, de presque les effacer pour recommencer à zéro. Mais quand on est intimement persuadé que l’on fait le bon choix, cela en vaut la peine. Parce qu’au fond de moi, je savais que j’avais trouvé ce pour quoi je voulais vivre, l’univers dans lequel je souhaitais évoluer.

On met parfois longtemps avant de trouver sa voie, mais quand on l’a trouvée, il faut savoir la saisir.

Le choix d’un métier

Pour être claire, trois familles de métiers s’offraient à moi : l’édition, la librairie et la bibliothèque. Pour les trois, j’avais découvert l’existence du DUT Métiers du Livre et du Patrimoine, auquel s’ajoutaient ensuite des options selon le métier choisi. L’avantage de cette formation était qu’elle était professionnalisante (comportait des stages permettant une insertion professionnelle plus facile) et qu’elle pouvait être réalisée en Année Spéciale dans certaines villes (en un an au lieu de deux, pour les personnes ayant déjà un niveau d’études supérieur à Bac +2). Cela m’intéressait beaucoup car après 5 années d’études intensives (il ne faut pas se le cacher, le droit était ainsi), je n’avais plus vraiment la force ni le courage de reprendre plusieurs années d’études. Je voulais une formation courte me permettant de travailler rapidement. J’avais envie de concret, après tant d’année de théorique. Je voulais me projeter dans un métier et le connaitre de façon précise.

L’édition s’est un peu écartée d’elle-même car elle nécessitait bien souvent de vivre à Paris, ce que je ne souhaitais absolument pas. Concernant la librairie, les perspectives d’évolution réduites dans une carrière de libraire, et les difficultés actuelles rencontrées par les librairies indépendantes me rebutaient un peu. 

Pull : Cache-Cache

La bibliothèque, une évidence

La bibliothèque s’est en réalité imposée presque comme une évidence. J’aimais l’idée de porter une mission, celle de la lecture publique. De mettre en place des projets culturels pour rendre la culture et la lecture vivantes. J’aimais la diversité du métier : la constitution des collections (choix des ouvrages à acquérir), leur valorisation, la création d’animations, la vocation sociale du métier et les liens créés avec tous les publics, qu’ils soient proches ou non de la culture en général.

J’ai donc choisi de réaliser le DUT MLP option Bibliothèque en Année Spéciale, pendant un an. Au cours de cette année d’étude, j’ai pu réaliser deux stages. Je savais que je ne souhaitais pas travailler en bibliothèque universitaire, mais plutôt en bibliothèque municipale. C’est donc dans ces structures que j’ai réalisé mes stages. Suite à l’obtention de mon diplôme, j’ai cherché activement du travail. C’est un petit milieu, et l’enjeu est donc d’y mettre un pied, de se créer un réseau et de se constituer une expérience. J’ai donc accepté des postes à temps partiel, parfois très loin de chez moi, à durée déterminée. C’était un pari sur l’avenir, une prise de risque.

Elle a payé, puisque deux ans après l’obtention de mon diplôme, j’ai signé une mise en stage. Pendant un an, je serai donc stagiaire de la fonction publique avant d’obtenir une titularisation et d’être fonctionnaire. Aujourd’hui, je peux donc dire que je suis bibliothécaire de façon stable. J’ai pu occuper différents postes au cours de ces deux années d’expérience : le secteur adulte, jeunesse, DVD, numérique, effectuer des animations à destination de tous les publics (petite enfance, scolaires, clubs de lecture jeunesse, ado et adulte, animations numériques, ateliers divers, visites d’exposition, etc.). Je suis passionnée par ce métier et j’y trouve une grande complémentarité avec mon blog. Mes lectures me servent dans mon métier pour conseiller les lecteurs, pour sélectionner les ouvrages à acquérir. Les projets créés avec mon blog trouvent une résonance dans mon métier, et vice-versa.

J’ai réellement l’impression d’être accomplie sur tous les plans, de faire un métier de passion, et cela est une chance. Mais bien plus qu’une chance, c’est aussi le résultat d’une prise de risque importante. J’ai, pour cela, accepté d’être jugée, bien souvent critiquée, parfois découragée. J’ai suivi mon instinct, ce que je pensais être bon pour moi-même. Parce qu’il faut savoir prendre ses propres décisions et surtout s’écouter. Personne ne peut décider d’être heureux à notre place, c’est à nous de le décider.

Cet article a été réalisé en partenariat avec Cache-Cache.

Publicités

50 réflexions au sujet de « Le jour où j’ai osé faire de ma passion mon métier »

  1. Merci pour ce très, très bel article ! Je suis moi-même devenue bibliothécaire après une réorientation professionnelle et je me retrouve en tous points dans tes paroles.
    Il a fallu se battre, tout lâcher pour sauter dans le vide et y croire très fort mais aujourd’hui on peut dire que ça en valait la peine ! ^,^

  2. Merci pour cette histoire, la tienne, qui peut donner plein d espoir au gens qui ont cette envie mais qui n osent pas franchir le pas.
    Ta passion pour les livre est contagieuse et je te remercie pour ça…

  3. Un magnifique article qui trouve un écho en moi puisque je commence le même poste qu’en toi en début d année prochaine!!!
    J espère vraiment m y épanouir comme toi après des années en tant que libraire! Contrairement à toi ce n était pas un choix au départ puisque mon employeur m a changé de post après ma grossesse du coup j’ai du prendre la décision de partir afin de continuer à exercer ma passion!!!

  4. Merci beaucoup pour cet article intéressant 🙂 Je suis contente de savoir que tu t’épanouis dans le domaine de la bibliothèque. J’ai fais comme toi, une reconversion à la suite de mes études, même si cela semblais plus logique puisque je venais d’un domaine plus littéraire, celui de la philosophie, afin de travailler dans ce milieu. celui de la bibliothèque. Je me suis malheureusement rendue compte que je ne m’épanouissais pas du tout là dedans, pour plusieurs raisons, et du coup, je cherche une nouvelle fois à me reconvertir…
    Je te souhaite d’être titularisée à la fin de ton stage 🙂 Et bon courage pour la suite 😀

    1. Ton témoignage est intéressant! Qu’est-ce qui ne t’a pas plu? Je suis également en reconversion et je ne vis que pour les livres depuis l’enfance… Je voudrais cesser d’aller contre les évidences, me jeter à l’eau… Je commence néanmoins à être un peu âgée (37) pour me reconvertir après un poste très stable mais peu satisfaisant. Pas le droit à l’erreur, tous retours d’expérience est donc une grande aide! Merci d’avance! et Bravo pour ce beau changement de cap et témoignage! Ce blog est superbe !

  5. C’est chouette de te découvrir un peu plus .. Je suis devenue bibliothécaire après avoir fait un an à l’université en littérature, et m’être perdue deux ans en école d’institutrice maternelle … Comme toi, j’adore mon métier, les rencontres avec les auteurs, les conseils aux lecteurs, les animations avec les enfants, et l’acquisition de livres (aaaah, toutes ces caisses de nouveautés, quelle joie !). J’y trouve aussi, comme toi, une complémentarité avec mon blog. Super article (et très joli sac à main !)

  6. Merci pour cet article, qui me parle terriblement vu toutes les questions que je me pose actuellement… J’ai fait comme toi un master en droit (public pour le coup), puis j’ai trouvé un poste dans la fonction publique territoriale, qui ne me plaît finalement pas du tout (et j’y suis depuis juin 2015…). Je vais être titularisée en janvier, et je sais que je ne veux pas rester moisir là où je suis, sans pour autant savoir ce que je veux faire… J’y réfléchis pas mal, et comme toi l’ouverture de mon blog m’a permis de m’accrocher, ça a été une bouée dans cette année assez merdique, qui m’a mis une idée en tête : je veux travailler dans les métiers du livre. Et comme toi là encore, j’ai envie de m’orienter vers les bibliothèques municipales. Malheureusement je ne sais pas trop comment et où me renseigner, mais dès que ma titularisation sera officialisée je pense me pencher sérieusement sur la question.
    Du coup ça fait du bien de savoir que d’autres ont fait le même choix et ont réussi, c’est encourageant 🙂
    Et désolée pour le racontage de vie ^^

    1. En effet je me retrouve énormément dans ce que tu dis. Et j’espère que tu réussiras à te réorienter pour être épanouie dans ta vie professionnelle. C’est parfois difficile mais ça vaut la peine promis ❤️

  7. Je me retrouve dans ce que tu as dit. Tout comme toi, j’ai fait cinq ans de droit mais pour une licence (j’ai redoublé ma première année et une autre fois pour maladie). Au bout du compte, j’ai aussi changé de voie pour l’Histoire de l’art et je suis passionnée par ce que je fais. Je m’investis beaucoup plus dans ce domaine. J’ai plus de projets et ils voient leur aboutissement comme partir étudier à l’étranger.

  8. Merci pour ce témoignage ! Chapeau pour la décision car j’imagine que cela na pas du être facile de faire ce choix et de répondre aux critiques. Moi aussi je me suis posée beaucoup de questions sur le métier que je voulais faire. J’ai toujours été intéressée par les métiers du livre et quand j’étais au lycée je voulais faire une fac de lettres pour travailler dans l’édition. Et ensuite je me suis rendue compte que c’était un milieu très fermé et que ce serait dur de trouver une place qui me conviendrait. J’ai commencé à m’intéresser à la politique et j’ai fait une licence de science politique puis Sciences Po. Actuellement je prépare les concours de la fonction publique et c’est vrai que le métier de bibliothécaire est toujours dans un coin de ma tête. Pour l’instant je n’ai pas fait ce choix, surtout parce que le concours catégorie A est très dur et je n’ai pas la formation pour et que je me dis que c’est dommage d’avoir fait toutes ces études pour passer un concours de C ou B. Mais qui sait, peut être qu’un jour j’y reviendrai ?
    Ps : Est-ce que tu as passé un concours pour les bibliothèques ?

  9. Bravo pour ton parcours et pour ta persévérance 😉
    Je suis heureuse de savoir que tu es épanouie en exerçant le métier de ton choix!
    Gros bisous ma belle ❤

  10. Merci pour ce témoignage et de partager un peu de toi 😉
    Depuis deux ans, j’ai fait des missions en médiathèque, j’ai toujours voulu travaillé dans la culture, c’est ma vocation, je ne me vois pas faire autre chose. J’adore être en bibliothèque, travailler au contact des gens… En ce moment, j’ai des difficultés à décrocher un poste (CDD ou CDI) dans ma région, mais je m’accroche car j’adore ce métier.
    C’est génial que son travail soit une passion .

  11. Bonjour ,j’ai 45 ans dont 20 d’expérience en compta finance après 5 années d’études et comme toi, mais à un âge plus canonique je me suis lancée ce défi ! je suis en année spéciale du DUT à ST CLOUD avec plein de petites jeunes déjà en reconversion et je m’éclate ! Je suis la doyenne et j’ai presque 4 h de transport hebdomadaire mais cela n’entame pas ma motivation, j’ai toujours aimé les livres, partager mes lectures et j’aimerai travailler en bibliothèque de lecture publique ou en librairie voir avoir ma propre librairie ! Un rêve de gosse …j’en ai souvent parlé et mon licenciement que j’ai très mal vécu m’a fait réfléchir à ce que je voulais vraiment…et surtout ce que je ne voulais plus ! C’est un projet familial ,mon mari m’aide beaucoup à gérer la maison et ma fille pour que je puisse étudier mais il a du mal à comprendre que je lâche un métier très rémunérateur pour une éventuelle précarité. Il faut que l’idée fasse son chemin ! En fait, j’engage toute la famille dans ma passion et mes copains sont à fond derrière moi ! on verra bien mais au moins j’aurai essayé, je ne vivrai avec aucun regret à ce niveau ..ton témoignage m’a beaucoup fait sourire et émue car je vis la même chose mais avec des années bien sonnées en plus !Bonne chance pour ce nouveau poste ! MYMY du blog LES COUSINES DE LECTURES

    1. Coucou Mymy, ton témoignage est très touchant et je vois que nous sommes animées par la même passion. Tu es très courageuse d’avoir suivi tes rêves et j’espère que cela te permettra de trouver rapidement un travail en bibliothèque ou en librairie. Aimer son travail est un luxe qui vaut tout l’argent du monde. Belles fêtes à toi et à tes proches. ❤️

  12. Coucou très joli témoignage. Tu me donnes encore plus envie de me lancer et de trouver un métier dans cette passion des livres. Mais j’avoue que j’ai un peu de mal à trouver une formation sachant que je n’ai que Le bac et une formation d’auxiliaire de puériculture. J’ai aussi entendu que j’étais trop vieille (34ans) pr des formations. Du coup j’avoue que je postulé un peu à droite à gauche mais par manque d’expérience je n’ai que est refus. Alors j’avoue parfois je me décourage un peu. Mais j’ai envie d’en croire en ma bonne étoile et peut être qu’un jour mes efforts payeront. En tout cas bravo pour ton parcours. C’est vraiment merveilleux de faire de sa passion son métier. Coralie

  13. J ai lu ton temoignage avec beaucoup d intérêt. Je cherche moi même une reconversion. J avais la vocation de soigner et des gros problèmes de santé et trop longtemps passer de l autre côté des barrières, ont éteint cette passion. On sent ta passion dans tes mots. J espère trouver ma voie avec autant d épanouissement. Merci de t être livrée à nous. Joyeuses fêtes 😊

  14. Merci pour ce beau texte ! C’est important, je crois, de rappeler qu’aujourd’hui on est en droit d’avoir le choix et de décider quelle orientation on a envie de prendre et de choisir. Les études qu’on a fait nous aideront toujours dans le futur. Je travaille avec des tout-petits et j’ai très envie de le lier avec ma passion du livre, ainsi que pouvoir travailler en bibliothèque au sein d’un pôle jeunesse. Ton article résonne en moi et je le trouve très inspirant. « Faire de sa passion un métier », je pense que c’est ainsi que chacun pourra s’épanouir également. En tout cas, bravo pour ton courage d’avoir osé et féliciations pour ta stagiérisation ! 🙂

  15. Merci pour ton article qui fait largement écho avec ce que je vis actuellement. Cette année, je viens à bout de 5 années d’études intensives qui n’ont rien à voir avec les métiers du livre et j’ai malgré tout décidé de passer les concours pour devenir bibliothécaire. Deux mois de stages en BM m’ont d’ailleurs confirmé qu’il s’agissait d’un fabuleux métier. Je me sens tellement bien et libérée depuis que j’ai fait ce choix que j’arrive à supporter les remarques et incompréhensions de certaines personnes qui ont parfois beaucoup de mal à comprendre pourquoi je « gâcherais » mes années d’études pour faire ce métier, finalement très mal connu. Je tiens donc à te féliciter pour ton parcours courageux qui me motive à faire de même !
    Marion

  16. Très beau témoignage. Et lorsqu’on est passionné de lecture, je pense qu’un métier lié au droit y laisse trop peu de place. Il fallait donc se lancer hein 🙂 Bravo. Le triptyque métro-boulot-dodo n’est pas fait pour tout le monde.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.