Feel-Good

Le vieux qui déjeunait seul • Léa Wiazemsky

Le vieux qui déjeunait seul est un court roman que j’ai découvert en librairie, et qui m’a semblé être la parfaite lecture douceur pour un prochain voyage. Je l’ai emmené avec moi à Vienne et je l’ai lu rapidement, avec le plaisir de découvrir cette histoire.

Résumé …

« Comme tous les lundis, je l’attends. Comme tous les lundis, à midi trente précise, il pousse la porte du restaurant pour aller s’installer à sa place habituelle. Il n’a plus besoin de réserver, sa table est toujours prête. Je sais d’avance ce qu’il va commander, mais je devine que malgré tout il aime consulter la carte, peut-être pour se surprendre lui-même… » Clara, une jeune serveuse de 27 ans, se prend d’affection pour un client esseulé qui l’intrigue mais dont elle ne sait presque rien. Elle ne se doute pas qu’elle-même a piqué la curiosité de ce vieil homme éprouvé par la vie. Derrière la gentillesse et l’éternelle bonne humeur de la jeune femme, il décèle une blessure secrète qui empêche Clara d’être heureuse. Tout pourrait changer au contact de Clément, ce grand-père qu’elle se choisit. Et si ensemble, ils s’ouvraient enfin à la vie ?

Mon avis …

Clara est serveuse dans un café. Solitaire, elle vit dans son monde, un peu en décalage avec les personnes de son âge. Elle n’a pas les mêmes loisirs ni les mêmes envies, d’une façon générale. Son seul bonheur : la venue, chaque lundi, d’un vieux monsieur au café où elle travaille. Elle ne connaît pas son prénom, alors elle l’appelle Henri. Elle a cette impression de le connaître depuis toujours. Pour le vieux monsieur, dont le prénom est Clément, le sentiment est le même. Ces deux êtres se croisent chaque lundi, sans se parler mais avec la sensation de partager beaucoup.

L’auteur alterne trois points de vue dans son roman, avec des chapitres très courts. L’ambiance est parisienne, assez mélancolique, mais chaque personnage, qui vit dans une forme de solitude, va trouver en l’autre ce qui lui manquait : la sensation d’être aimé, l’authenticité d’une relation, la goût à la vie qui revient. Chacun voit sa vie être impactée par le poids du passé, et ils sont la guérison qu’ils attendaient. Clara va trouver le grand-père qu’elle aurait aimé avoir, et Clément la petite fille qu’il n’a jamais eue.

Ce roman m’a émue parce que cette histoire est très simple et pourtant très belle. Tendresse, bienveillance et espoir sont au coeur de ce livre qui fait beaucoup de bien même s’il est très court. Le message de ce roman est celui-ci : oublier le passé pour avancer. Se construire de ses erreurs et des drames de sa vie, pour accepter de saisir chaque jour comme une chance de transformer sa vie, et d’être enfin heureux.

Pour résumer …

Douceur et bienveillance dans ce court roman où des vies s’entrecroisent pour s’aider à aller mieux, à trouver dans la vie les petits bonheurs quotidiens, et à oublier le passé.

Ma note : ★★★★★☆
(16/20)

Publicités

7 réflexions au sujet de « Le vieux qui déjeunait seul • Léa Wiazemsky »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.