Contemporain

Changer l’eau des fleurs • Valérie Perrin

C’est un peu par hasard qu’en juillet 2015, j’ai ouvert le premier roman de Valérie Perrin, « Les oubliés du dimanche » . La surprise a été totale car j’ai découvert une auteur extrêmement talentueuse et une histoire magnifique. J’ai, depuis, eu l’occasion de croiser sa route à plusieurs reprises et l’interviewer pour mon blog il y a bientôt deux ans. Lire son nouveau roman a été une véritable évidence. Un grand merci à Albin Michel et à Valérie Perrin pour cette lecture.

Résumé …

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.

Mon avis …

Comment réussir à parler de ce livre en lui rendant l’hommage qu’il mérite ? Deux semaines de lecture, cela ne m’était pas arrivé depuis très, très longtemps. Deux semaines pour comprendre ce roman, sa complexité, sa beauté, aussi. Deux semaines où je picorais une phrase par-ci, une phrase par-là, pour ne jamais qu’il s’achève. Et page après page, réaliser à quel point cette histoire me bouleverse complètement. A quel point je ne l’oublierai jamais et à quel point je l’aime profondément. Valérie Perrin a fait en sorte que cette histoire fasse partie intégrante de ma vie pendant ces deux semaines de lecture, et a su me faire pleurer, me faire sourire, me faire réflechir et me surprendre à de très nombreuses reprises. C’est un des rares livres pour lesquels j’ai senti un besoin presque vital de le recommencer. Et je sais que je le relirai. Parce que ce livre m’a tellement renversée qu’il ne peut en être autrement.

Plusieurs vies, des milliers de jardins secrets. C’est là tout le point de départ de Valérie Perrin et de son roman « Changer l’eau des fleurs ». Violette est garde-cimetière, un métier étonnant qui lui permet de rencontrer de nombreuses personnes très différentes, dans leur intimité la plus profonde, celle de la perte. Elle croise leur route, souvent, et veille sur « ses morts » et leurs tombes, ceux de son cimetière, avec amour et grand soin. De chaque enterrement, elle conserve les discours, les personnes présentes et les évènements qu’elle relate dans son carnet, afin de laisser une trace, pour ceux qui n’ont pas pu y assister. Ses compagnons sont des fossoyeurs, des chats, et elle accueille chaque personne de passage à bras ouvert, pour une boisson chaude et quelques paroles échangées. Violette, c’est cette personne que l’on aimerait croiser, qui sait écouter et qui est pour autant remplie de mystère, tant sa discrétion peut intriguer. C’est une histoire qui renferme des tristesses immenses, quelle que soit leur forme ou leur origine, et qui pourtant reste pleine de vie. C’est absolument incroyable de réussir à écrire sur des thèmes aussi tristes avec une omniprésence de la mort, tout en réussissant à faire en sorte qu’à chaque instant, la vie prenne le dessus. C’est aussi toutes ces belles citations de début de chapitres qui contribuent à donner cette note d’espoir au roman. Comme si, pour une fois, la vie et la mort étaient douceur, et que chacun était en paix avec elles.

Une fois encore, Valérie Perrin choisit de raconter des points de vue différents, en parallèle, en nous faisant voyager à travers le passé, puis revenir dans le présent. Creuser derrière les apparences pour comprendre les blessures, ce qui construit chaque individu, c’est là tout l’enjeu de ce roman. Elle rend le banal extraordinaire et la lenteur du récit captivante. Elle nous donne envie de poser le livre après chaque page pour le réfléchir, pour mieux appréhender ses personnages. Elle nous donne envie de nous arrêter sur chaque détail et, une fois le roman terminé, de le relire encore et encore. Car on réalise que ce que l’on pensait savoir n’est pas toujours vrai et que c’est bien souvent après avoir fouillé et questionné leurs vies que l’on apprend à vraiment connaître chacun de ses personnages. C’est un roman bouleversant et jamais la vie, le quotidien et les blessures n’auront été racontés avec autant de beauté, je crois.

Ce livre m’a accompagnée très longtemps et il a été, dans une période chargée et intense, une petite bulle d’émotion, d’intimité, de sensibilité et de poésie. Les histoires de ce roman, toutes autant qu’elles sont, m’ont touchée en plein cœur. Elle décrit la joie, la tristesse, la trahison, le désir, la vengeance, l’effacement avec tant de pudeur et de beauté, sans jamais juger, qu’elle ne peut que nous toucher. C’est un roman très spécial car il est lent dans chacun de ses mots et dans chacune de ses scènes. Et pourtant, j’aurais aimé qu’il soit interminable. J’aurais aimé encore rester avec Violette, tendre l’oreille pour écouter ses doux mots. Elle qui est si bienveillante auprès des autres, j’aurais eu envie de continuer à la découvrir. Pour tenter de soulager ses blessures et pour apprendre de sa vie si difficile. Elle qui cache ses couleurs et son sourire derrière des habits tristes, qui ne se dévoile que très peu, qui a oublié ce que le bonheur voulait dire et qui pourtant, a tellement à donner autour d’elle. Cette héroïne est tout simplement inoubliable. La simplicité est le mot décrivant le mieux ce roman. Celle du quotidien, de la vie, des sentiments. C’est une véritable merveille, pleine d’humanité, de tolérance, de douceur et de poésie, à l’image de cette auteur qui choisit chacun de ses mots avec minutie. Si j’avais adoré Les oubliés du dimanche, croyez-moi, Changer l’eau des fleurs a su le surpasser et me marquer d’une manière unique. Parce que l’âme humaine et la vie sont tout simplement si belles à travers les mots et la sensibilité de Valérie Perrin.

Pour résumer …

Retrouver Valérie Perrin et son écriture, c’est comme retrouver ce cocon chaleureux et se laisser porter par ses histoires, si humaines et poétiques. Violette est inoubliable et son histoire ainsi que toutes celles racontées dans ce livre m’ont bouleversée. C’est un livre si beau qu’il en est précieux, parce qu’il raconte la vie avec tant de justesse, de simplicité et de beauté.

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

ACHETER LE ROMAN *

* Lien affilié. Merci de votre soutien.

Publicités

13 réflexions au sujet de « Changer l’eau des fleurs • Valérie Perrin »

  1. Je suis émue par ta chronique et j’ai hâte de découvrir l’univers de Valerie Perrin. Je viens d’acheter ce roman mais je voudrais d’abord lire le premier. Merci pour le partage et bon dimanche ^-^

  2. Bonjour ♡

    Nous avions rapidement échangé sur Instagram (où je te suis et me délecte de tes partages… et de ton bébé félin ♥).
    Je me permets de ré-exprimer mon avis, ici, en espérant qu’il puisse être utile aux âmes hypersensibles comme moi ?

    J’ai acquis et lu ce roman en partie grâce à toi (ainsi qu’à d’autres chroniqueuses l’ayant mis en avant)… et je suis mitigée.
    Je ne l’ai pas détesté, loin de là.
    Ce roman est une prouesse d’écriture : en terme de déroulé de l’histoire (scénario), de styles (changeant au fil de l’histoire selon le narrateur qui change), de l’intrigue, de la beauté des leçons de vie véhiculés, de l’intensité réussie des émotions qui naissent au fil du roman. Vraiment, un petit bijou ✩

    Cependant… l’atmosphère m’a réellement dérangé, et ce à plusieurs reprises.
    J’ai mis un moment avant de mettre le doigt dessus : ce n’est pas le cimetière, ni les morts, ni les deuils qui imbibent chaque page de l’histoire.
    Ce qui m’a dérangé, c’est cette atmosphère étrange, légèrement glauque (surtout lorsque le narrateur est Philippe Toussaint ou Geneviève M.), la sexualité lugubre qui s’étend autant par la forme (les passages des deux personnages cités, je ne suis pas prête de les oublier…), autant par le fond (toutes ces tromperies de corps et de coeurs, à toutes les classes et tous les âges).
    Cette atmosphère, ce brouillard lugubre et glauque qui imbibe nombre de passages m’a quelque peu gâché l’impression finale du roman. C’est dommage car, comme je l’ai dit au début de mon commentaire, j’ai trouvé ce roman exceptionnel.

    J’ai eu un besoin (vital) d’un roman doux, léger, joli pour me faire oublier cette noirceur glauque… malgré cela (après avoir pris le temps de digérer ce livre), je pense essayer d’autres livres de l’auteure ♥

    1. Coucou, merci pour ton avis détaillé. Chacun vit chaque roman différemment, et c’est aussi ce qui rend la lecture si belle. Elle est assez imprévisible au final. Je n’ai pas ressenti cet aspect glauque, j’y ai vu au contraire beaucoup de réalisme dans l’écriture et la manière de raconter. J’espère que Les oubliés du dimanche saura te plaire en tout cas.

  3. Bravo pour cette chronique très émouvante, tu m’as donné envie de lire le livre, j’adore les romans beaux et émouvants comme celui-ci qui te touche en plein cœur, sont durs mais gardent l’espoir en même temps.

  4. Quelle chronique magnifique pour un roman d’une justesse incroyable. Depuis ma découverte des « Oubliés du dimanche » l’automne dernier, il me tardait vraiment de relire Valérie Perrin et ce fut bouleversant. J’aime par dessus tout ce genre d’auteure qui prend son temps pour écrire des histoires aussi belles et émouvantes, qui parlent de la vie avec beaucoup de réalisme ❤

  5. J’a Eu l’occasion De lire les 2 romans de Valérie Perrin , un ravissement ,un regard doux sur la relation à l’autre et surtout une envie de revenir aux petits bonheurs tout simples qui rendent la vie si jolie,une façon de contrer cette société du toujours plus le plus difficile est de fermer le livre et se dire quel dommage, c’est terminé !!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.