Contemporain

Le champ de bataille • Jerôme Colin

C’est en librairie que j’ai croisé pour la première fois la route de ce roman, et il m’a intriguée. Lorsque Allary m’a contacté pour me proposer de le lire, j’ai décidé de laisser ma curiosité l’emporter face à ce roman dont je ne savais finalement pas grand chose. Merci à la maison d’édition pour l’envoi de ce titre.

Résumé …

Le problème avec les enfants, c’est qu’ils grandissent. Un jour, sans prévenir, ils claquent les portes, rapportent de mauvaises notes et ne s’expriment que par onomatopées. Voici l’histoire d’un couple sur le point de craquer face aux assauts répétés de leur fils de 15 ans. L’école les lâche, le père part en vrille, la mère essaie d’éteindre l’incendie… C’est un roman sur l’amour familial où les sentiments sont à vif, comme sur un champ de bataille. Le problème avec les enfants, c’est qu’ils grandissent. Un jour, sans prévenir, ils claquent les portes, rapportent de mauvaises notes et ne s’expriment que par onomatopées. Surtout, ils cessent de vous considérer comme un dieu sur terre. Et ça, il faut l’encaisser. La science explique qu’ils n’y sont pour rien. C’est leur cerveau en formation qui les rend feignants, impulsifs et incapables de ramasser leurs chaussettes. N’empêche. On n’a jamais rien créé de pire que les adolescents du virtuolithique. Voici l’histoire d’un couple sur le point de craquer face aux assauts répétés de leur fils de 15 ans. Qu’ont-ils mal fait ? Rien. Mais la guerre est déclarée. Et ils ne sont pas préparés. L’école les lâche, le père part en vrille, la mère essaie d’éteindre l’incendie. C’est un roman sur l’amour familial où les sentiments sont à vif, comme sur un champ de bataille.

Mon avis …

J’avais vu de très bons avis au sujet de ce livre lorsque j’avais fait quelques recherches à son sujet sur internet, et j’attendais donc beaucoup de ma lecture. Pendant tout le roman, j’ai d’ailleurs cherché à comprendre ce qui avait provoqué ces commentaires aussi positifs, attendant d’être étonnée, surprise, touchée. Malheureusement, la littérature a cela de magique aussi qu’elle est remplie de subjectivité, et chaque lecteur apprécie un livre avec son bagage, sa sensibilité et ses attentes personnelles. Avec moi, ce roman n’a pas réellement fonctionné.

J’ai trouvé que l’auteur abordait beaucoup trop de sujets différents, en assez peu de pages finalement, puisque le roman n’en contient que 180. L’adolescence, censée être au coeur du livre, n’en est en fait qu’un des aspects, puisque c’est bien davantage la famille en général, et le temps qui passe qui sont décryptés dans ce roman. C’est surtout l’histoire d’un couple qui se cherche sans plus se trouver. Qui se perd dans la routine, dans le quotidien, dans les soucis et dans l’éducation parfois difficile de leurs enfants.

Autour de ces problématiques, il y a la société, l’école, les informations quotidiennes parfois difficiles à appréhender, et la difficulté de s’épanouir à un âge où il est difficile de tout recommencer. Je suis généralement sensible à ces sujets, mais je n’ai cette fois pas réussi à vraiment être touchée par l’écriture de l’auteur, ni même par son approche de ces différents éléments. C’est donc une petite déception pour moi car il m’a manqué quelque chose pour que ce livre me marque, m’interpelle, et qu’il ne me laisse pas indifférente, comme ce fut malheureusement le cas.

Pour résumer …

La vie de famille, le couple qui s’effrite avec la routine, l’adolescence impossible à dompter, et la société autour qui ne nous laisse aucun répit. Des sujets intéressants mais bien trop nombreux pour qu’ils aient un vrai impact sur le lecteur dans le traitement qu’en fait l’auteur. Dommage.

Ma note : ★★☆☆☆☆
(07/20)

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le champ de bataille • Jerôme Colin »

  1. Pour rejoindre ton post Instagram, le fait d’être blogueur passe, à mes yeux, après le fait que je sois une lectrice. Tu le dis bien, nos sensibilités varient en fonction des romans, des histoires qu’on découvre. On ne peut aimer chaque roman, chaque histoire qu’on découvre et je crois qu’on ne devrait pas à avoir à se justifier si on est réellement déçue d’un roman. Cela arrive, tout comme il arrive qu’on aime profondément un roman à l’inverse 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.