Contemporain

Confessions d’une cleptomane • Florence Noiville

Florence Noiville est une auteur que j’avais envie de découvrir depuis plusieurs années, et lorsque j’ai été invitée à la présentation de la rentrée littéraire de Stock, ce titre m’a intéressée. Je remercie la maison d’édition de m’avoir offert un exemplaire de ce roman.

Résumé …

Pour Valentine de Lestrange, voler c’est jouer. Mais c’est surtout une manie incurable, peut-être héréditaire, qui lui procure des frissons autrement plus excitants que la vie bourgeoise ordinaire dans l’ombre de son mari ministre. Cleptomane, le mot même la ravit… Jusqu’au jour où, presque sans le vouloir, elle subtilise l’objet de trop. Celui qu’elle n’aurait jamais dû voir et qui va changer le cours de sa vie.

Mon avis …

Savez-vous ce qu’est la cleptomanie ? Je dois bien avouer que je l’ignorais avant aujourd’hui, et c’est sans aucun doute ce sujet original qui m’a donné envie de lire ce roman. L’héroïne souffre de cette pulsion qu’elle ressent souvent et qui lui impose de voler. Elle entre quelque part et en ressort avec un objet qu’elle n’a pas payé. Cela peut être un bijou, un parfum, un manteau ou même des choses insignifiantes. Le coût n’a pas de réelle importance en réalité, seul compte ce frisson qu’elle ressent.

Voler, c’est pour elle une obsession, une intense satisfaction. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle ne ressent jamais de culpabilité. Parfois un peu de peur mais jamais trop longtemps. Son mari est ministre, elle ne manque donc de rien, elle vit même dans un certain luxe, à vrai dire. Sa situation n’arrange rien car elle risque tout à chaque fois qu’elle vole. Parce que si cela s’apprenait, ce serait un scandale. Mais elle anticipe chaque problème et prévoit ce qu’elle dira si par malheur l’antivol sonne ou si quelqu’un la surprend.

J’ai été très intéressée par ce livre qui est plutôt très bien documenté sur la cleptomanie. J’ai appris que cette maladie mentale, ou plus précisément ce trouble addictif, touche environ 1% de la population, ce qui est assez énorme en réalité. Et pourtant, personne n’en parle jamais. C’est un peu honteux, j’imagine, pour les personnes qui en souffrent, d’autant plus qu’il s’agit d’un délit, puni par la loi, et pour autant, je crois que ça n’a pas à être un tabou, au contraire. Encore trop peu de recherches semblent être effectuées sur le sujet, mais il apparait que ce trouble serait lié à un manque de confiance en soi, pouvant être lié à une dépression, ou encore à la peur de l’ennui et à l’envie de provoquer de la nouveauté dans sa vie.

Concernant l’intrigue en elle-même, elle m’a laissée un peu de marbre. Je dois dire aussi que le personnage principal n’est pas forcément une personne à laquelle je me suis attachée. Je l’ai trouvée froide, hautaine, et je n’ai pas vraiment réussi à avoir de l’empathie pour elle. J’ai seulement été très contente de pouvoir découvrir la cleptomanie, et en cela le livre est, je trouve, vraiment intéressant. Même si la fin était plutôt réussie, je trouve dommage que le roman n’ait pas eu dans l’ensemble une histoire un peu plus captivante pour compléter ce sujet au potentiel certain.

Pour résumer …

J’ai pu découvrir la cleptomanie grâce à ce roman, un trouble addictif encore trop méconnu qui touche pourtant beaucoup d’individus. J’ai été très intéressée par l’aspect documenté du roman, un peu moins par l’intrigue en elle-même qui n’était pas assez fournie à mon goût, d’autant plus que l’héroïne ne m’a pas vraiment touchée, et je n’ai donc pas réussi à ressentir d’empathie à son égard.

Ma note : ★★★★☆☆
(12/20)

ACHETER LE ROMAN *

* Lien affilié. Merci de votre soutien.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Confessions d’une cleptomane • Florence Noiville »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.