BD Autobiographique

Chroniques d’une survivante • Catherine Bertrand

Après avoir lu « Mon Bataclan » de Fred Dewilde en 2016, j’ai eu envie de partir à la découverte de cette nouvelle BD autobiographique d’une rescapée du Bataclan. Je tiens à remercier les éditions de la Martinière et l’agence Anne & Arnaud de m’avoir envoyé ce titre.

Résumé …

Bon, ben j’étais au Bataclan…
Mais ça va, hein. Je suis vivante, j’vais pas me plaindre.
Le quoi ? Le stress post-traumatique ?
Connais pas.
Si ça a bouleversé ma vie ? Non, pas du tout, pourquoi ?
J’ai fait quelques dessins pour raconter tout ça, une sorte de journal, quoi.
Peut-être bien que tu te retrouveras dans certaines pages.
Tu veux y jeter un oeil ? Ou les deux ?

Mon avis …

Le 13 novembre 2015, Catherine Bertrand se trouvait au Bataclan. En plein milieu du concert, c’est l’attentat qui se produit, duquel elle sortira en vie. Seulement, reprendre sa vie après un tel évènement n’est évidemment pas chose aisée, et c’est ce qu’elle va découvrir par surprise, pensant pourtant aller très bien. Dans cette BD très courte, l’auteur décrit ce qu’elle appelle son « Boulet », qui la suit partout, à savoir le Stress Post Traumatique. Difficile à appréhender, il se cache bien souvent pour ressurgir quand on s’y attend le moins.

Bien plus que l’attentat en lui-même, auquel elle consacre seulement deux pages, c’est l’après-attentat qui est au coeur de cette bande dessinée. Catherine Bertrand raconte, par ses dessins et son texte, ce qu’elle a pu ressentir les jours et semaines ayant suivi l’attentat. Difficile de comprendre sans l’avoir vécu, d’imaginer même, les conséquences qu’un tel choc peut avoir sur son cerveau, sur son corps, sur sa vie. Non seulement elle a failli mourir, mais reprendre sa vie normalement n’allait pas être possible. C’est souvent quelque chose qui est oublié lorsque l’on pense aux attentats. L’après, la vie de ceux qui ont survécu.

Cela se manifeste dans plein de petites choses. Des flashbacks qui reviennent, un bruit ou une situation qui soudainement la ramènent à cette soirée inhumaine, où elle a vu tant de personnes mourir, et où elle a cru partir elle aussi. Des émotions qui sont décuplées, ou absentes. Un décalage complet avec l’environnement habituel qui l’entoure. Et puis une dépression, omniprésente, une perte du goût à la vie qu’elle devrait pourtant apprécier encore plus qu’avant. Cette sensation de ne pas être normale, tout simplement. Parce que tout le monde lui dit qu’elle devrait profiter de chaque minute et être heureuse en permanence, parce qu’elle a failli ne pas connaitre ces instants.

J’ai trouvé cette BD très intéressante pour tout cela. Parce que le témoignage de Catherine Bertrand est empli de sincérité, d’émotions, et que cet angle d’approche est, je trouve, trop peu abordé dans les ouvrages sur le sujet. Je suis certaine que de nombreuses personnes sauront se reconnaitre dans les sensations que décrit l’auteur, quel que soit le choc ou l’évènement traumatisant qu’elles aient pu vivre. Parce qu’on a le droit de ne pas être bien, de traverser des moments difficiles, il me semble que cette voix doit être entendue. Et que même lorsqu’on a eu de la chance d’en sortir vivant, cela n’empêche pas de vivre difficilement la vie d’après. Il y a également toutes les procédures administratives et médicales, qui sont autant d’embuches à la reconstruction, et qui pointent l’incohérence de notre système.

Un aspect qui m’a, par contre, moins plu, est le dessin. Je l’ai trouvé très simple, presque trop, manquant à mes yeux de recherche et de détails. Le propos était important, mais je crois qu’il aurait été encore plus fort avec des dessins un peu plus construits. Il s’agit sans doute du style de l’auteur, sous forme de croquis, mais quand je lis une BD, je ne peux m’empêcher d’être un peu plus exigeante au niveau des illustrations

Pour résumer …

Un témoignage précieux de l’après 13 novembre, avec ce stress post-traumatique que l’on oublie bien souvent chez les personnes ayant vécu un tel choc. Ce récit est très intéressant, avec un propos qui doit être entendu, même si j’aurais sans doute encore plus apprécié cet ouvrage avec des illustrations un peu plus construites.

Ma note : ★★★★★☆
(15/20)

Publicités

Une réflexion au sujet de « Chroniques d’une survivante • Catherine Bertrand »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.