Historique

Ma Chérie • Laurence Peyrin

Depuis que j’ai découvert Laurence Peyrin à l’été 2015, je lis chaque nouvelle parution de cette auteur, et chaque livre vient confirmer que j’aime énormément son écriture. Après La drôle de vie de Zelda Zonk, Hannah, Miss Cyclone et L’aile des vierges, j’ai eu le grand honneur de recevoir son nouveau roman en avant-première dédicacé. Merci à Calmann-Lévy et à l’auteur. Ce roman est en librairie aujourd’hui.

Résumé …

Un cocktail à la main, au bord d’une piscine entourée de palmiers, Gloria, 30 ans, écoute discuter ses riches amies de Miami, toutes ces « femmes de » aux bavardages superficiels. Qu’il est loin son village natal, ce Chooga Pines aux maisons de bois gris isolées du monde par la mangrove ! C’est son physique ravissant qui lui a permis de fuir la promesse d’une vie morne, il y a dix ans. Repérée par un photographe, elle est devenue Miss Floride 1952… et la maîtresse de l’agent immobilier des stars, Gerry Grayson, dit GG. Oui, Gloria a fait bien du chemin, de Chooga Pines jusqu’aux stucs des beaux quartiers de Miami. D’ailleurs, depuis bien longtemps elle n’a plus entendu son nom de baptême. Tous, des photographes de plage à GG, de son coiffeur jusqu’à ses nouvelles amies so chic, tous l’appellent « Ma Chérie ». Mais voilà, un matin GG est arrêté. Il a escroqué tout ce que Miami compte de gens importants. Le monde factice de Ma Chérie s’écroule : rien n’est à elle, ni la maison ni les bijoux. Munie d’une valise et de 200 dollars, elle monte dans un car Greyhound pour rentrer chez ses parents qu’elle n’a pas vus depuis dix ans. C’est le week-end de Pâques, le car est plein. Il ne reste qu’une place à côté d’elle, et un homme noir lui demande la permission de s’y asseoir. Un homme noir et une femme blanche assis l’un à côté de l’autre dans un bus, c’est choquant dans la très conservatrice Floride de 1963. Sans le savoir c’est à cet instant, quand Ma Chérie accepte son voisin, qu’elle prend la décision qui donnera un jour un sens à sa toute nouvelle vie.

Mon avis …

Il est toujours surprenant de constater qu’avec certains livres, on est tout de suite plongé dans l’histoire. Alors même qu’on ne sait rien des personnages, de l’histoire, de l’univers, on a l’impression d’y être, à la manière d’un film en quelques sortes. Je crois qu’après toutes ces années à lire Laurence Peyrin, je viens enfin de comprendre pourquoi j’aime autant ses livres. Elle est l’une des rares auteurs françaises à écrire des histoires à la manière des auteurs américains. Avec un style tellement vivant, avec des histoires romanesques, qui nous transportent, et des personnages tellement réels qu’on les croirait être sous nos yeux. Je ne sais pas bien comment expliquer cela, mais je retrouve dans son écriture ce que j’aime tant avec la littérature américaine : le divertissement, le plaisir si fou d’être embarqué dans une histoire et ne plus vouloir en sortir. De la pure fiction qui nous transporte, nous fait voyager et vibrer page après page.

Je me suis immédiatement sentie bien dans cette histoire et je trouve que Laurence Peyrin excelle dans les romans historiques, nous faisant voyager dans une époque à travers des personnages terriblement attachants. Chacune de ses héroïnes est inoubliable, à la fois fragile et très forte, prenant son destin en main, se battant pour son indépendance, pour être libre de ses choix. Gloria ne fait bien entendu pas l’exception, et son destin est extraordinaire mais également inattendu. Le contexte apporte beaucoup à l’histoire, avec pour toile de fond Rosa Parks, la mort de Kennedy et le combat des noirs américains contre la ségrégation raciale, et pour l’égalité entre noirs et blancs. Des sujets qui résonnent profondément en moi et sur lesquels je souhaite toujours lire davantage.

Laurence Peyrin a réussi à me surprendre en faisant évoluer son histoire mais aussi son personnage. J’ai aimé la douceur avec laquelle elle nous raconte l’histoire de Gloria mais aussi tout son engagement pour dénoncer la condition des noirs américains à cette époque, aux Etats-Unis, à travers les yeux de Gloria. Elle est aussi naïve qu’enthousiaste, et sa fraicheur est tout simplement merveilleuse. J’ai savouré ce roman comme un bonbon, et il égale à mes yeux complètement mon roman préféré de l’auteur que fut Miss Cyclone. Je ne suis pas prête d’oublier Ma Chérie, et je me sens tellement chanceuse d’avoir découvert Laurence Peyrin, dont chacun des romans est autant un voyage qu’un tourbillon d’émotions fortes.

Pour résumer …

Un énorme coup de coeur pour ce roman historique passionnant, son héroïne forte et libre, et cette histoire qui m’a fait voyager dans une époque et une région qui me captivent. Laurence Peyrin est si douée pour nous transporter dans ses romans, comme peuvent le faire les plus grands romanciers américains. Un bonbon à savourer et une lecture inoubliable !

Ma note : ★★★★★★
(20/20)

10 réflexions au sujet de « Ma Chérie • Laurence Peyrin »

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que j’ai toujours le sentiment d’ouvrir un roman écrit par une auteure américaine avec Laurence Peyrin. Et j’aurais presque l’impression qu’il a été bien traduit, ce qui est d’autant plus drôle !
    En tout cas je l’ai adoré aussi, je ne tarderai pas avant de poster ma chronique !

  2. Je vais commencer « L’aile des vierges ». « Ma chérie » me tente bien. J’ai beaucoup aimé « La vie de Zelda Zonk » que j’ai trouvé très original, très vivant et sentimental en même temps.

  3. J’avais adoré La Drôle de Vie de Zelda Zonk et Hannah, merci pour ton avis sur ce nouveau roman car j’avais lu l’avis d’une autre blogueuse qui était très mitigée ! Je pense que tu as mis le doigt sur quelque chose de très vrai (et que je n’arrivais justement pas à décrire) en disant que son style se rapproche de la littérature américaine (que j’aime beaucoup également)! Merci pour cette analyse !

  4. J’avais adoré La Drôle de Vie de Zelda Zonk et Hannah, merci pour ton avis sur ce nouveau roman car j’avais lu l’avis d’une autre blogueuse qui était très mitigée ! Je pense que tu as mis le doigt sur quelque chose de très vrai (et que je n’arrivais justement pas à décrire) en disant que son style se rapproche de la littérature américaine (que j’aime beaucoup également)! Merci pour cette analyse !

  5. J’ai lu « La Drôle de Vie de Zelda Zonk », « Hannah » et « Miss Cyclone ». Ces lectures ne m’ont laissé aucun souvenir et je n’ai vraiment aimé ; trop de clichés, et trop de choses attendues. Ma livraire m’a offert « L’aile des vierges », alors je ne désespère pas …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.