Contemporain

Mon Père • Grégoire Delacourt

J’ai toujours un attrait pour les romans de Grégoire Delacourt, et il y a pourtant toujours quelque chose qui me dérange chez eux. Je n’ai jamais le coup de coeur attendu. Après La liste de mes envies (celui que j’ai préféré entre tous), La première chose qu’on regarde, Danser au bord de l’abîme et La femme qui ne vieillissait pas, je ne pensais pas lire ce dernier roman, et puis la critique étant très positive, je me suis laissée tenter et l’ai acheté en librairie.

Résumé …

« Mon Père c’est, d’une certaine manière, l’éternelle histoire du père et du fils et donc du bien et du mal. Souvenons-nous d’Abraham. Je voulais depuis longtemps écrire le mal qu’on fait à un enfant, qui oblige le père à s’interroger sur sa propre éducation. Ainsi, lorsque Edouard découvre celui qui a violenté son fils et le retrouve, a-t-il le droit de franchir les frontières de cette justice qui fait peu de cas des enfants fracassés ? Et quand on sait que le violenteur est un prêtre et que nous sommes dans la tourmente de ces effroyables affaires, dans le silence coupable de l’Eglise, peut-on continuer de se taire ? Pardonner à un coupable peut-il réparer sa victime ? Mon Père est un huis clos où s’affrontent un prêtre et un père. Le premier a violé le fils du second. Un face à face qui dure presque trois jours, pendant lesquels les mensonges, les lâchetés et la violence s’affrontent. Où l’on remonte le temps d’avant, le couple des parents qui se délite, le gamin écartelé dont la solitude en fait une proie parfaite pour ces ogres-là. Où l’on assiste à l’histoire millénaire des Fils sacrifiés, qui commence avec celui d’Abraham. Mon Père est un roman de colère. Et donc d’amour « .

Mon avis …

Les faits de viols ou d’attouchements sexuels par des hommes d’église sur des enfants est un réel sujet, dont on parle trop peu d’ailleurs. J’ai été profondément marquée par le film Spotlight sur le sujet, et il est vrai que le fait que Grégoire Delacourt choisisse de l’aborder dans son roman me semblait très intéressant. Comme si c’était une façon d’être engagé pour que lumière soit faite sur ces actes souvent cachés par l’église. Je savais donc très bien dans quel type de roman je me lançais, je savais que ce serait sombre, sans doute difficile. En effet, l’auteur raconte la détresse d’un père qui découvre que son fils a été victime d’abus sexuels par un prêtre. Fou de rage, d’impuissance, de colère, il va décider de se rendre dans l’église en question et de confronter le prêtre directement.

La tournure des évènements est intéressante. On sent une tension très forte dans cette opposition entre les deux hommes. Ce qui m’a plu, c’est que Grégoire Delacourt réussi à nous surprendre dans l’évolution des faits, en nous faisant remettre en question ce que nous pensions savoir avec certitude. La justesse des sentiments est également une de ses forces. Il sait poser les mots sur les contradictions, les malaises, les émotions les plus fortes et les plus dures à supporter et à assumer. J’ai forcément été touchée par la façon dont l’auteur décrit l’impact de ces actes sur les enfants qui deviendront adultes, qui n’arriveront pas à se construire, qui se sentiront toujours salis. Parce qu’on ne peut pas se remettre d’un viol, on n’a pas d’autre choix que de vivre avec. L’auteur va très loin, nous plaçant tant dans l’esprit d’un homme coupable d’un crime que dans celui d’un père ayant le sentiment d’avoir échoué à protéger son enfant. Et pour que l’on prenne la mesure des faits, il n’hésite pas à les décrire. Je dois reconnaitre que même si je savais le sujet et sa violence, certains passages m’ont été insupportables. L’auteur pose des mots sur les actes et y faire face est extrêmement dur, car ces crimes-là touchent des enfants et sont d’une horreur inimaginable.

Comme cela avait pu être le cas dans « Danser au bord de l’abîme » , l’auteur mêle à son récit des interludes s’inspirant de textes extérieurs, et ici de la Bible. Il y trouve ainsi une ligne conductrice avec sa propre histoire, faisant résonner l’intrigue avec celle d’Abraham. Je n’ai pas adhéré à ce choix qui, selon moi, a pour conséquence de rendre l’intrigue principale presque secondaire. Le livre étant déjà court, j’aurais aimé que l’auteur se concentre davantage sur l’histoire de ce père et de ce prêtre, sans y insérer en permanence des réflexions annexes.

Malgré ces points négatifs importants, j’ai quand même apprécié la réflexion profonde que porte l’auteur dans ce livre, engageant un véritable combat contre la pédophilie et pour la lutte contre les abus sexuels au sein de l’église. Ce sont tout le statut des prêtres et leur célibat imposé, ainsi que les manoeuvres de l’Eglise pour protéger leurs membres et pour éviter les scandales qui doivent être questionnés. Je crois que l’on devrait tous s’interroger bien davantage sur ces crimes dont on ne connait qu’une infinie minorité de l’existence, et qui détruisent tant d’enfants et de familles, condamnés au silence.

Pour résumer …

Ayant pour sujet les abus sexuels sur des enfants par des prêtres, ce roman provoque le malaise et rend sa lecture souvent très difficile, voire insoutenable. Je n’ai pas vraiment été convaincue par ce texte mais j’ai trouvé la réflexion importante, pour que ces crimes soient enfin mis en lumière et condamnés.

Ma note : ★★★☆☆☆
(10/20)

6 réflexions au sujet de « Mon Père • Grégoire Delacourt »

  1. Comme toi, je pense que c’est un sujet dont il faut parler, mais je ne pense finalement pas le lire car le côté insoutenable de certaines descriptions me refroidi complètement. Je pense que l’on peut dire les choses sans traumatiser le lecteur. ^^’ Merci à toi pour ce retour ! 🙂

  2. Je te rejoins totalement ! Je viens de le finir et je trouve que les références à la Bible m’ont perdu dans la déroulement de l’histoire. Le roman aurait pu en être encore plus poignant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.