Historique

Un bref désir d’éternité • Didier Le Pêcheur

Voici encore un roman que j’ai lu dans le cadre du Prix Maison de la Presse cette année, puisque j’ai fait partie du jury. Je ne sais pas si c’est un titre que j’aurais lu sans ce prix, et c’est une très belle chose qu’il m’ait permis de sortir un peu de ma zone de confort.

Résumé …

Paris, 1892. Alors que la capitale est en proie à une vague d’attentats et que la police recherche activement l’anarchiste Ravachol, un garçon de café, Jules Lhérot, le reconnaît parmi ses clients et rend possible son arrestation. Érigé en héros par une presse qui est en train de découvrir que la peur fait vendre, Jules devient aussitôt, pour les anarchistes épris de vengeance, l’ennemi à abattre. De son côté, la jeune Zélie, fille d’ouvrier prompte à frayer avec les marlous et bien décidée à vendre son corps pour se faire une place dans le monde, s’enfuit de la maison de correction où elle a été enfermée. C’est alors qu’elle rencontre Jules, qui tombe éperdument amoureux d’elle… Il deviendra policier, elle prostituée. Leurs routes croiseront celles du commissaire Raynaud l’humaniste, de Bolivar le flic aux mœurs dévoyées, de Milo l’Apache, de Lefeu le journaliste sans scrupule, ou encore de Madeleine, l’épouse d’un grand patron de presse tiraillée entre sa vie bourgeoise et ses désirs. Mais il aura beau perdre ses idéaux, jamais Jules n’oubliera Zélie… Dans cette fresque saisissante où les trajectoires personnelles rencontrent la grande Histoire, Didier Le Pêcheur nous entraîne au cœur d’un Paris âpre et sulfureux, des beaux quartiers aux bas-fonds où règnent les insoumis, dans un monde où chacun a quelque chose à cacher, et où la survie des uns se paie de la souffrance des autres.

Mon avis …

Je n’avais, je crois, jamais vraiment lu sur cette époque et sur ce contexte historique, et ce fut pour moi le premier véritable point positif de cette lecture. J’ai été transportée dans le Paris de la fin du XIX° siècle, dans les bas-fonds parisiens, et j’ai découvert une période qui m’était vraiment méconnue. En cette année 1892, l’Histoire se souvient des anarchistes, de leurs attentats et d’un certain Ravachol, activement recherché par la police locale, et admiré par une certaine partie de la population qu’il fascinait. C’est donc un roman qui s’imprègne énormément de cette période historique et des personnalités qui l’ont marquée. L’auteur nous plonge en plein coeur de la police, des espionnages, des complots, des dénonciations, et c’est un véritable voyage dans le temps qui est vraiment agréable, à la manière d’un très bon film historique.

En ce qui concernant l’inspiration de personnages ayant réellement existé, l’auteur s’est également intéressé à une femme qui a marqué son temps. Amélie Elie, connue sous le nom de Casque d’Or, est une célèbre prostituée de l’époque qui a très clairement inspiré le personnage de Zélie. Le personnage qui nous est décrit est fascinant, et j’ai d’ailleurs eu une sensation de trop peu à son égard. Pour moi, elle est le coeur du roman et aurait mérité d’être encore plus exploitée. Ses apparitions, même si elles sont à mes yeux trop rares, sont incroyables. J’ai aimé sa liberté, sa fragilité et sa force qui se mélangent pour en faire une femme inspirante. Nous sommes, avec ce livre et grâce au personnage de Zélie, plongés au coeur de la prostitution, et par la même occasion dans la condition féminine de l’époque. Entre désir de liberté et soumission au mari, le contraste est intéressant et frappant à suivre.

Ce roman raconte aussi une histoire d’amour, celle entre Zélie et Jules. Ils vont se croiser, par un hasard absolu, et le regard qu’ils échangeront viendra impacter leurs vies. Je suppose que cette partie-là du roman est la plus inventée par l’auteur, mais c’est aussi celle qui m’a le plus passionnée. Dans cette histoire si forte et pourtant presque inexistante, il y a des airs de celle entre Pierrot et Rose, dans le roman « Les enfants de coeur » , de Heather O’Neill. Et cela me touche beaucoup. Ces destinées contrariées, ces âmes-sœurs éloignées par la vie, par le sort. Il y a une forme de résignation dans leur histoire d’amour qui semble impossible, mais pourtant ils ne s’oublieront jamais, et cela représente une histoire d’amour unique et spéciale.

Si je devais avoir quelques regrets concernant ce livre, c’est les choix de l’auteur de mettre davantage en avant le personnage de Jules et d’effacer un peu celui de Zélie, qui a pourtant un intérêt historique très grand, et une personnalité charismatique. L’univers policier et le contexte politique de l’époque, les tensions régnant au sein de la population et la misère sont les personnages centraux du roman, ce qui reste très intéressant évidemment. J’ai été vraiment passionnée par le début du roman, mais j’ai senti ensuite mon intérêt diminuer. J’avais l’impression de lire la même scène indéfiniment, que l’histoire n’avait pas réellement de ligne conductrice, et les longueurs m’ont semblé vraiment trop présentes.

Pour résumer …

Le roman a un véritable intérêt historique et présente des personnages charismatiques, mais j’ai trouvé trop de scènes répétitives et une histoire qui manquait de rythme et de direction, ce qui entrainait de nombreuses longueurs.

Ma note : ★★★★☆☆
(12/20)

Publicités

4 réflexions au sujet de « Un bref désir d’éternité • Didier Le Pêcheur »

  1. Je suis très intéressée par le contexte, qui m’intrigue beaucoup je dois dire 🙂 Quand tu le compares à « Les enfants de cœur », que j’ai abandonné, j’ai un peu peur…

  2. J’ai beaucoup étudié cette période historique pendant ma classe prépa et c’est une période qui m’avait beaucoup plu. Je serais curieuse de lire un roman qui se déroule à ce moment-là, je ne l’avais pas vu passer !

  3. Est-ce que je vais réussir à aller au-delà de mon aversion pour les longueurs ? Parce que le contexte historique, tel que présenté, me va super bien ! Je vais attendre de lire d’autres chroniques… voir si les longueurs sont si terribles que d’autres les soulignent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.