Contemporain

Celle qui attend • Camille Zabka

Ce roman fait partie de ceux que j’ai découverts par un pur hasard en librairie, et avec lesquels j’ai décidé de repartir. Je n’en avais jamais entendu parler, et pourtant il m’a énormément attirée.

Résumé …

Il y a ce moment où vous vous faites arrêter pour presque rien. Celui où l’on vous met en prison sans que vous puissiez savoir quand vous en ressortirez. Il y a cette petite fille qui vous attend avec votre femme. Et toutes ces lettres entre vous. Celle qui attend est le roman bouleversant d’une famille soudain entre parenthèses et de ce père confronté à la réalité carcérale – la promiscuité, l’ennui, le manque. Et de ce que les hommes imaginent dans les situations les plus difficiles pour conserver les liens. Réinventer l’amour.

Mon avis …

J’ai beau lire assez peu sur la prison, je m’y intéresse pourtant beaucoup, ayant longtemps étudié le droit pénal. C’est à Fleury-Mérogis que se déroule ce roman, prison dans laquelle le personnage principal est envoyé suite à un délit de fuite. Un simple délit de fuite qui va pourtant avoir de lourdes conséquences. Jour après jour, semaine après semaine, Alexandre va découvrir la vie en prison. Alors que sa femme et sa petite fille l’attendent, il ne sait pourtant pas quand il pourra sortir. Alors, ils s’écrivent, seul moyen pour rester ensemble, pour partager le quotidien et garder espoir de se retrouver au plus vite.

Je pense que l’auteur s’est beaucoup documentée sur l’univers carcéral au moment de l’écriture de ce roman et il est, pour cela, très intéressant. Difficile d’imaginer, quand on ne l’a jamais vécu, ce qu’est le quotidien en prison. Ces journées, interminables, ces conflits entre détenus, ce refuge que l’on peut trouver à la bibliothèque par exemple, comme ce sera le cas pour Alexandre.

« Un instant infime, tout appliqué qu’il était à écrire, il s’est cru libre. Libre de pouvoir descendre sur les quais, pour aller saluer Clément au Bistrot des Augustins. Prendre un verre même peut-être. Il en est tout étourdi. Il a cru qu’il était libre. Il a cru aux arbres derrière la fenêtre, aux péniches, aux pavés, au vent qui vient de loin, aux odeurs de marrons grillés. »

Ce que souligne ce livre, c’est le cercle sans fin que provoque la prison. Qui, à aucun moment, n’est positif pour le détenu. Qui impose de côtoyer d’autres condamnés, de vivre nuit et jour dans la violence et de n’avoir aucun réel projet d’avenir permettant une réinsertion efficace. C’est un livre beaucoup plus marquant qu’il n’en a l’air. A travers le personnage d’Alexandre, on assiste à l’injustice des procédures judiciaires longues, à l’évidente subjectivité des décisions, puisqu’étant prises par des êtres humains. Je placerai ce livre dans la lignée de ceux de Mathieu Menegaux. Il est si proche du réel, terrifiant par moments, et il provoque de nombreuses réflexions.  C’est un premier roman et je l’ai beaucoup aimé. Il est tiré d’une histoire vraie et cela ne le rend que plus beau encore. Il m’a touchée par son sujet et sa pudeur, et je sais déjà que j’aurai envie de lire le prochain de l’auteur.

Pour résumer …

Une plongée dans l’univers carcéral de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis avec ce premier roman marquant et glaçant d’injustice, inspiré d’une histoire vraie. Une vraie belle découverte sur la réalité de la prison et des défaillances de la justice.

Ma note : ★★★★★☆
(17/20)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Celle qui attend • Camille Zabka »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.