Feel-Good

Quand nos souvenirs viendront danser • Virginie Grimaldi

En quelques livres seulement, Virginie Grimaldi s’est imposée comme une auteur chère à mon coeur, dont j’ouvre chaque livre avec une émotion particulière. Après Le premier jour du reste de ma vie, Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie, Il est grand temps de rallumer les étoiles, et Chère mamie, j’étais très heureuse de recevoir son nouveau roman. Je tiens à remercier Virginie et les éditions Fayard pour cet envoi.

Résumé …

« Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies -, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus ». A travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

Mon avis …

Quand on me demande un conseil de roman qui fait du bien, je pense instantanément aux romans de Virginie Grimaldi. Une nouvelle fois, elle a écrit un roman plein de tendresse, à mettre entre les mains de ceux qui souhaitent se réchauffer le coeur de belles émotions. Les personnages de ce roman sont âgés et ils sont voisins. Ils ont passé leur vie Impasse des Colibris, et soudainement, la mairie décide de raser tous le quartier, pour laisser la place à la construction d’une école et d’un parking. Imaginez que l’on vous impose de quitter votre foyer, de partir de cet endroit où vous avez traversé votre existence..

Pour eux, c’est évidemment un drame car ce quartier et ces maisons, ce sont leurs souvenirs. Ils y ont passé leur jeunesse, y ont élevé leurs enfants, et ont partagé de nombreux moments de vie. On a tendance à l’oublier, mais les voisins sont ceux qui assistent à tout ce que l’on traverse. Les moments joyeux comme les plus tristes. On vieillit les uns à côté des autres. On est là pour s’aider en cas de coup dur, et on se dispute facilement en cas de désaccord. Ce sont tous ces souvenirs et cette vie partagée que va nous raconter Marceline dans ce journal qu’elle rédige.

« Il ne faut pas pleurer ce qui ne sera plus, mais chérir ce qui a été. »

Révoltés par cette décision du Maire, le petit groupe va décider de ne pas se laisser faire et va essayer de faire le buzz par tous les moyens. L’objectif ? Alerter l’opinion publique sur cette injustice et tenter de contrer cette décision politique. Leur combat va dépasser leur village, et ils ne s’attendaient certainement pas aux proportions que leurs actions vont prendre. Ils vont peu à peu devenir de véritables célébrités. C’est sans doute l’aspect du roman qui m’a le moins plu. Je ne m’y suis pas attachée, j’ai trouvé qu’il était de trop.

A l’inverse, j’ai été profondément émue par le coeur même du roman. Par ces souvenirs, par ces messages sur la vieillesse et le temps qui passe. On pense toujours avoir le temps, mais la vie passe, et parfois, on loupe beaucoup par des bêtises, à cause d’une incompréhension ou d’un peu trop d’orgueil. Marceline et Anatole étaient attachants, j’ai été très émue de partager leurs souvenirs, d’assister à cet amour si fort qu’il partage, celui d’une vie entière. C’est encore une fois un très beau roman, plein de tendresse.

Pour résumer …

Une histoire très belle et humaine sur les souvenirs et le temps qui passe. J’ai été moins sensible aux actions du petit groupe de voisins, mais très émue par leurs vies et ce qu’ils ont partagé toutes ces années. C’est un très beau roman, plein de tendresse.

Ma note : ★★★★★☆
(17/20)

ACHETER LE LIVRE *

* Lien affilié. Merci de votre soutien.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Quand nos souvenirs viendront danser • Virginie Grimaldi »

  1. J’avais lu « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie », mais je n’avais pas aimé et je m’étais pas mal ennuyée. Et puis, j’ai lu « Chère mamie » que j’ai trouvé très touchant. Alors j’ai bien envie d’essayer un autre de ses romans et celui-ci me parle (je nourris une passion non dissimulée pour les personnages âgées) !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.