Historique

Le rameau d’amandier • Michelle Cohen Corasanti

Depuis 2015, ce roman était dans ma bibliothèque. Je me souviens du jour où je l’ai découvert par hasard en librairie et où je l’ai acheté, persuadée qu’il correspondait à mes goûts littéraires et aux thématiques qui me touchent. 4 ans plus tard, j’ai enfin pris le temps de le découvrir.

Résumé …

La Palestine, dans les années 50. Alors que le conflit israélo-palestinien s’enflamme, Ahmed, douze ans, découvre la violence et la peur. L’armée israélienne contraint sa famille à s’installer sur un misérable lopin de terre où rien ne pousse. Rien, sauf un amandier. Quand son père est emprisonné, Ahmed n’a pas le choix : il doit travailler pour aider sa famille. Année après année, injustice après injustice, sa famille succombe à la haine. Ahmed, lui, découvre qu’il a un véritable don pour les sciences. Et c’est ce talent qui va lui ouvrir un monde nouveau. Traversant le siècle, Ahmed va vivre un extraordinaire destin. Une vie qui suit les soubresauts de l’Histoire, entre colère, pardon et espoir.

Mon avis …

J’ai parfois lu sur le conflit israélo-palestinien, et j’ai toujours envie de lire davantage à ce sujet car j’ai la sensation que je suis loin d’avoir encore véritablement cerné le contexte. Pour autant, ce sont toujours des ouvrages forcément orientés, dans lesquels il peut être difficile de savoir ce que l’on peut prendre ou non pour acquis, surtout dans un roman. Ce livre a fait beaucoup parler de lui et il a notamment suscité des polémiques puisque l’auteur, américaine, s’est vue reprocher de traiter du sujet sans réelle objectivité et sans rendre réellement compte de la souffrance vécue. Pour ma part, je souhaitais me faire un avis sur cette lecture, bien que j’ai évidemment été lire les points de divergence qui ressortaient des débats.

La lecture de ce livre a suscité chez moi plusieurs émotions assez contradictoires. J’étais à la fois vraiment intéressée par le sujet et pourtant assez perturbée par la construction. Il y a un vrai changement entre les différentes parties du livre, qui ont chacune une dynamique très différente. Au début du roman, nous rencontrons Ahmed, un jeune palestinien qui, à cause d’une mauvaise décision qu’il va prendre, va entrainer des conséquences terribles pour toute sa famille. C’est un enfant qui grandit dans un contexte de guerre, de conflit, et qui va donc connaître la souffrance, sous toutes ses formes. Le destin de cette famille est terrifiant tout autant que bouleversant. J’ai toutefois trouvé que les évènements s’enchainent un peu trop rapidement.

En effet, alors que son père est en prison, que sa famille est complètement détruite et qu’il est obligé d’aller travailler sur des chantiers, Ahmed a un talent pour les mathématiques, et ce talent va être repéré par un de ses instituteurs. Il va donc être poussé, par ce dernier, à développer ses compétences et à tenter sa chance dans une compétition pour intégrer une Université prestigieuse. Dans cette nouvelle vie qui sera la sienne, Ahmed va découvrir un autre monde, où on ne compte pas son argent, où on mange à sa faim et où son talent extraordinaire va faire de lui un cas unique. Il va aussi devoir se faire une place dans un univers où il est le seul arabe, entouré de juifs qui ne l’acceptent pas. Les passages en compagnie de Nora sont ceux qui m’ont le plus marquée et bouleversée. Ils sont d’une beauté à couper le souffle.

Le roman retrace la vie d’Ahmed avec un peu trop de rapidité. Les évènements s’enchainent sans qu’ils ne soient parfois suffisamment creusés, comme certaines rencontres ou étapes importantes de la vie d’Ahmed. Par moment, j’ai eu envie d’arrêter ce livre, et à d’autres instants, j’étais vraiment absorbée par l’histoire. J’ai, il faut le dire, été particulièrement agacée de constater que le résumé dévoile quasiment toute l’histoire. Certains éléments (que j’ai supprimés de l’article) n’interviennent qu’à la fin du roman. Je ne comprends vraiment pas l’intérêt d’en dévoiler autant d’une histoire dans un résumé, et c’est pour moi une faute de l’éditeur qui peut aussi impacter notre sentiment au cours de la lecture. Je garderai quand même un souvenir assez positif de ce roman même s’il ne me marquera pas autant que d’autres sur des sujets similaires. Il y a finalement un véritable appel à la paix, notamment à travers le personnage du père d’Ahmed dont la sagesse illumine ce livre.

Pour résumer …

Certaines étapes de la vie du personnage principal sont un peu trop rapidement expédiées, mais c’est un livre touchant qui peut être lu comme un plaidoyer pour la paix et la fin du conflit israélo-palestinien.

Ma note : ★★★★☆☆
(13/20)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.