Contemporain

Les jours brûlants • Laurence Peyrin

Chaque année, je suis au rendez-vous pour le nouveau roman de Laurence Peyrin, une autrice devenue chère à mon coeur. Merci à Calmann-Lévy de m’avoir envoyé ce nouveau titre.

Résumé …

À 37 ans, Joanne mène une vie sereine à Modesto, jolie ville de Californie, en cette fin des années 1970. Elle a deux enfants, un mari attentionné, et veille sur eux avec affection. Et puis… alors qu’elle rentre de la bibliothèque, Joanne est agressée. Un homme surgit, la fait tomber, l’insulte, la frappe pour lui voler son sac. Joanne s’en tire avec des contusions, mais à l’intérieur d’elle-même, tout a volé en éclats. Elle n’arrive pas à reprendre le cours de sa vie. Son mari, ses enfants, ne la reconnaissent plus. Du fond de son désarroi, Joanne comprend qu’elle leur fait peur. Alors elle s’en va. Laissant tout derrière elle, elle monte dans sa Ford Pinto beige et prend la Golden State Highway. Direction Las Vegas. C’est là, dans la Cité du Péché, qu’une main va se tendre vers elle. Et lui offrir un refuge inattendu. Cela suffira-t-il à lui redonner le goût de l’innocence heureuse ?

Mon avis …

En débutant ce roman, j’ai été assez surprise car je l’ai trouvé très différent des précédents. Quand on rencontre Joanne, elle traverse une période difficile suite à une agression. Elle était tout simplement au mauvais endroit au mauvais moment, et cette rencontre avec un homme dans la rue va profondément la marquer et lui faire perdre toute confiance en elle et tout goût pour son existence. Sa souffrance, elle ne réussit par à l’exprimer, et elle se renferme progressivement sur elle-même, ne se reconnaissant plus dans ses actes, dans ses pensées. Elle a besoin de s’inventer une autre existence que la sienne pour avancer, et elle qui avait toujours eu une vie bien réglée, beaucoup de relations et une vie de famille épanouie, c’est un chamboulement.

Du jour au lendemain, elle va donc quitter tout ce qui fait sa vie. Sa maison, sa ville, son mari, ses enfants, ses amis. Elle va partir sans laisser de trace, jusqu’à Las Vegas. Dans cette ville de fête et d’alcool, où tout n’est que superficialité, paillettes et spectacle, elle va croiser la route de nombreux personnages, tout aussi perdus qu’elle. L’un d’entre eux va lui offrir un toit, un rôle, un abri. Sans lui poser aucune question, cette communauté excentrique et originale, faite de vies brisées, va l’accueillir à bras ouverts, en lui permettant de se reconstruire. Si j’ai un petit regret, c’est qu’il me semble que les personnages secondaires n’ont été qu’effleurés alors qu’ils auraient pu prendre plus de place, être plus creusés. Je crois que ce roman avait le potentiel pour prendre plus d’ampleur.

J’ai été étonnée car ce livre est assez sombre, nous plongeant dans le mal-être de Joanne. Dans sa quête d’elle-même, mettant ainsi les mots sur ses émotions les plus dures, les plus dérangeantes. Laurence Peyrin raconte ce brouillard dans lequel Joanne se trouve et n’arrive plus à sortir. J’ai été très touchée par la manière avec laquelle elle ne juge jamais. Par son regard bienveillant porté sur l’humanité en chacun de nous, sur nos failles, nos faiblesses.

J’ai longtemps été déstabilisée par cette lecture qui m’a poussé à regarder en face la souffrance de Joanne et à accepter ses choix, en dépit de son rôle de mère et d’épouse. Je crois que c’est l’amour que Laurence Peyrin porte à chacun de ses personnages qui éclaire ce roman de la plus belle des manières. Qui nous fait les aimer autant à notre tour. C’est décidément une autrice qui me touche toujours, en me surprenant et en me touchant avec des histoires qui me bouleversent autant qu’elles me bousculent.

Pour résumer …

La reconstruction de Joanne à Las Vegas est parfois déstabilisante, mais elle est racontée avec tant de lumière et d’amour que j’en ai été profondément émue.

Ma note : ★★★★★☆
(17/20)

6 réflexions au sujet de « Les jours brûlants • Laurence Peyrin »

  1. J’ai beaucoup aimé la plume de Laurence Peyrin récemment dans « Miss Cyclone » et je viens de trouver « L’aile des vierges » cette seamine. Quant à celui-ci, encore un sujet sensible qui pourrait nous toucher également donc hâte de le lire… Encore une fois, une chronique à la fois sobre et sincère donc merci à toi pour le partage et belle fin de journée ☼

  2. Je n’ai encore jamais lu cette auteur mais plus je la vois passer plus j’ai envie de la découvrir, ma chérie me tente beaucoup aussi, je ne sais pas vraiment par lequel commencer ! Mais je pense que je les lirai tous si je tombe amoureuse de sa plume ! Merci pour ton retour ! @meslivresdepoche

  3. L’histoire me tentait moins que les précédents a priori, mais j’aime tellement Laurence Peyrin qu’il est évident que je le lirai bientôt… Ton avis me confirme en tout cas dans l’idée qu’il reste différent des autres !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.